Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

L'homme bonsaï

28/09/2009 5221 visiteurs 7.3/10 (3 notes)

D ans un port, au fond d’une taverne, à la lueur tremblotante et blafarde d’une lampe à pétrole, un vieux loup de mer raconte à des marins médusés l’incroyable aventure qui lui est arrivée lors d’une tempête. Tandis que son vaisseau affrontait une mer et des cieux déchaînés, il a croisé la route d’un navire-arbre et, le calme revenu, le capitaine O’Murphy a fait la connaissance d’Amédée, le géant vert. Potier enrôlé de force, déraciné, celui-ci a été abandonné sur une île déserte par une bande de pirates et a eu la surprise de voir un arbuste pousser sur son crâne après la chute d’une graine. C’est la que sa seconde vie a commencé, que l’amour l’a hanté, que ses racines ont pris… qu’il s’est métamorphosé.

Dans ce one-shot, Fred Bernard reprend et développe en cases et en bulles un de ses récits originaux qu’il avait d’abord publié sous forme d’un album jeunesse illustré par François Roca. Mais, comme tout conte, l’histoire ne se destine pas aux seuls enfants et cette version BD prend des accents adultes avec son cortège de sentiments forts, souvent violents, et cette idylle si singulière entre la belle Changhaï-Li et l’homme-bonsaï. Le récit suit le rythme, tout de suspens et d’effets ménagés, du narrateur et joue habilement sur la mise en abîme – O’Murphy est notre Shérazade, barbue, fumant la pipe et sentant le cuir mouillé. Les mots sont bruts, les hommes rudes, et au fil des phrases la magie s’enclenche, opère. Le lecteur est entraîné dans un ailleurs qui s’émancipe de l’espace, du temps, des limites humaines pour faire plonger dans un monde de mystères où le corps de transforme, où le petit, le malmené devient grand, vainqueur, triomphant, où le sang cède la place à la sève, sans que la vie s’interrompe puisqu’elle ressurgit… autrement. La fable est séduisante, envoûtante et porte ces parfums d’Orient qui dépaysent et ensorcèlent tout en conservant les éléments basiques des histoires de flibuste. Difficile de ne pas se prendre au jeu, de ne pas se perdre dans le merveilleux qui épanche ses méandres semblables au tatouage d’Amédée, le potier, le vengeur, l’amant, l’arbre.

La crudité des scènes et du propos passe par un coup de crayon épais, aussi brut que le sont les protagonistes. Il ne s’embarrasse d’aucune fioriture, mais va au cœur de l’être, des êtres, des émotions, des désirs, des attentes. Les regards, sages, fiévreux ou fous, se détachent à l’instar des corps qui se meuvent, ploient et envahissent les cases, s’imposant à chaque page, prenant de la substance comme s’ils voulaient rendre réel ce qui paraît irréel. Le dessin de Fred Bernard se pare des couleurs unies de Delphine Chéru comme d’une peau. Des cieux et eaux sombres cèdent la place à des aubes timides, tandis que les ombres suffocantes d’une cabine ou la lumière incertaine d’une taverne succèdent à des extérieurs lumineux qui forment de véritables bouffées d’air. La valse des teintes, simples, nues, comme celle du graphisme et de l’aventure prend toute sa dimension dans l’alternance colorée, en milieu d’album, des cases montrant l’assaut du vaisseau pirate et la consommation de l’amour, la brutalité sauvage de l’un faisant pendant à la sauvagerie sensuelle de l’autre.

L'homme-bonsaï est de ces BD qui captiveront ou déplairont d'emblée. Pour celui qui s'y laisse prendre, c'est comme un songe, fabuleux, unique, incroyable, comme seuls peuvent l'être les contes qui touchent au plus profond.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

L'homme bonsaï

  • Currently 3.10/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.1/5 (21 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Yovo Le 05/01/2020 à 11:46:49

    Aucun avis sur l’homme bonsaï ?? Pourtant, en adaptant le conte qu’il avait écrit avec F. Roca, Fred Bernard signe un album très réussi sur un petit potier français du 18° s. devenu par le hasard du destin un demi-dieu vénéré en mer de Chine, le puissant Homme-Bonsaï !

    Narré par un vieux capitaine à la table d’une taverne, le récit bénéficie d’un ton léger sans faire l’impasse sur la violence ou la sensualité. Une aventure exotique au souffle épique ébouriffant, pleine de fureur, d’imaginaire et de poésie… si l’on se laisse embarquer.

    Cette BD se lit vite mais laisse des images plein la tête malgré un dessin peu élaboré. Je l’ai lu maintes fois avec le même plaisir ! Recommandable et recommandé !