Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

R ock n’ Roll is not dead. Le King a fait des émules. Chaque samedi soir, au Bubba snack, Billy Rockerson se la joue « Pelvis » Presley, genre énième version santiags avec force déhanchés et mouvements du bassin. Jusqu’à ce qu’un zombie se fasse les dents sur l’homme aux blue suede shoes. Le rock n’ roll n’est pas mort mais ça sent le sapin. Intervient alors le fantôme de Graceland. La bénédiction de l’idole, l'extrême onction en quelque sorte. Billy, d’une pelle de qualité ainsi que d’une rutilante Dodge Challenger arborant les couleurs de la bannière étoilée, se voit soudainement pourvu. Le loser est devenu un étranger dans sa propre ville (« Yeah, I’m like a stranger, like a stranger in my own home town ») ? Le retour au foyer s’annonce fracassant.

Depuis Les Zombies Qui Ont Mangé Le Monde et Bubba Ho-Tep où Bruce Campbell campait un Elvis croulant, chacun sait que le King est vivant. Sans doute n’est-il pas de toute première fraîcheur, voir pour s'en convaincre le portrait qu'en brossait Frederik Peeters. Une longévité qui n'a rien de très surprenante dans le monde infesté de morts-vivants décrit par Lou et Nikopek. Encore fallait-il s’habituer à leur présence, les apprivoiser. Un zombie tenu en laisse, cela peut faire un sympathique animal de compagnie, à condition de le nourrir régulièrement et de lui fixer quelques limites. En Afrique du Sud, dans le District 9, ils y étaient bien parvenus avec les crevettes aliens, moyennant l’achat de quelques boîtes de nourriture pour chat. Mais l'Amérique est ce qu'elle est : une terre de contraste. Aussi y rencontre-t-on parfois de menues résistances dans les États du Sud. Historiquement, le redneck moyen éprouve quelques difficultés - surtout s’il est texan - à appréhender le concept de tolérance dès qu’on omet de lui adjoindre le qualificatif zéro. Ambiance grindhouse garantie 100 % white trash.

» Le blog de Nikopek.

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Rock a Billy Zombie Superstar
1. Tome 1

  • Currently 3.47/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (30 votes)

  • Nikopek
  • Lou
  • 09/2009 (Parution le 31/08/2009)
  • Ankama Éditions
  • Label 619
  • 978-2-916739-64-9
  • 96

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.