Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le manuscrit interdit 2. Volume 2

30/07/2009 4783 visiteurs 7.0/10 (2 notes)

1950. Egon Bauer a mal choisi son moment pour entreprendre des recherches dans un monastère, au fin fond du Tibet. La République populaire de Chine envahit la région et ne rencontre qu’une faible résistance. Les affrontements tournent parfois au massacre, sous la houlette notamment d’un capitaine un peu trop zélé, Tongiu. C’est lui qui commande l’attaque de Bainang dans lequel se trouve l’anthropologue américain. Ce dernier était sur le point de faire une découverte qui aurait ébranlé les fondements du Christianisme en modifiant l’interprétation des Saintes Ecritures. L’essentiel de son travail est consigné dans un cahier qui devient l'objet de toutes les convoitises, celle de Zhang Ziyi, qui représente le gouvernement chinois, mais aussi celle des Hommes en noir, la branche armée de l’Eglise. Pendant ce temps à Los Angeles, Elen, la fille d’Egon Bauer, se morfond de ne pas avoir de nouvelles de son père. Elle décide alors de partir à sa recherche en compagnie d’un détective privé, Kevin McBride.

Si l’un des thèmes du Manuscrit interdit concerne la résurrection du Christ, il pourrait tout aussi bien s’appliquer à la genèse de cette série initiée en 2007 sous le titre de l’Ombre du temps. Robert Laffont ayant décidé de mettre un terme à son expérience dans le milieu du 9ème Art, ce sont les éditions Delcourt qui ont racheté le catalogue et se sont ainsi assurés la reprise de ce titre sous un nouveau nom, peut-être plus accrocheur. A l’occasion de la sortie du deuxième volume, le premier est réédité avec une couverture, inédite.

Au premier coup d’œil, le scénario imaginé par Roberto Dal Pra’ (Les larmes d’opium) ne semble pas se départir d’autres, innombrables, traitant de la traduction de textes sacrés qui viennent mettre en péril les dogmes chrétiens. Pourtant, même si le Manuscrit interdit ne révolutionne pas le genre, certains éléments rendent la lecture très agréable et parviennent presque à faire oublier bon nombre de ses prédécesseurs. A commencer par l’environnement géographique, partagé entre les frontières chinoises, tibétaines et indiennes, mais aussi historique, dans lequel l’auteur puise certains événements qui s’intègrent parfaitement dans le récit, que ce soit la question de l’indépendance du Tibet ou l’émergence du Maccarthisme faisant d’Hollywood l’un des centres d’investigations. C’est également grâce à des personnages particulièrement bien fouillés que le charme opère, chacun jouant, dans son registre, une partition sans fausse note : Tongiu, dans le rôle du militaire borné et pervers, Zhang Zivi, dans celui de l’agent aux charmes ravageurs ou Elen, l’amoureuse transie et apprentie aventurière. Mais c’est surtout Kevin McBride, mélange d’Humphrey Bogart et d’Indiana Jones, qui crève l’écran, un privé dont la fausse nonchalance n’est pas sans rappeler celle de Sam Spade.

Le travail de Paolo Grella est tout aussi remarquable. Les cases peintes sont autant de tableaux qui attirent immédiatement l’œil, qu’elles représentent les paysages montagneux du Tibet ou ses monastères. Les visages sont quant eux plus ou moins travaillés selon qu’ils expriment les ravages du temps, comme celui d’Egon Bauer, ou la jeunesse et la candeur de celui d’Elen. Et si le résultat peut paraître parfois un peu désuet, il évoque par ailleurs bon nombre de films issus des productions hollywoodiennes des années 50. Néanmoins, certaines scènes, surchargées par un trop fort mélange de couleurs, perdent un peu en lisibilité.

Les auteurs du Manuscrit interdit réussissent le tour de force de relancer l’intérêt d’un genre décliné sous toutes ses formes. Malgré un caractère relativement classique, l'histoire devient au fil des pages prenante, grâce notamment à sa galerie de personnages, attachants, et à sa richesse graphique. Si le troisième et dernier tome est à l’avenant, nul doute que la série pourrait devenir un must dans le domaine du thriller ésotérique.

Par L. Gianati
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Le manuscrit interdit
2. Volume 2

  • Currently 3.81/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (31 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.