Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Trouille

27/07/2009 4142 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

Q uand on l’a vue une fois, elle ne vous quitte plus. Vous arrivez à la distancer mais jamais pour très longtemps. Elle rôde, elle cherche sa prochaine proie. Joe Egan, est-ce toi le suivant ? Peut-être... Tu as beau fuir, te cacher, te perdre dans des nuits de poker enfumées elle sera toujours sur tes talons, prête à saisir sa future victime.

La collection Rivages/Casterman/Noir s’enrichit d’une nouvelle adaptation. Après Dennis Lehanne ( Shutter island ), Pierre Pelot ( Pauvres zhéros ), Donald Westlake ( Pierre qui roule ), etc. c’est Marc Behm qui voit la mise en image d’un de ses romans. Trouille convient admirablement à la mise en scène imaginée par Joe Giusto Pinelli (Poisson chat, Une magnifique journée, etc.). Car la notion de découpage est ici abandonnée au profit d’un cadrage plus cinématographique. Absence totale de case et de bord de page, les planches sont des successions de plans entremêlés les uns aux autres, le plus souvent par des dégradés de couleurs. Le gris du ciel et de la mer se confondant dans une transition en "fondu" comme on dit dans le 7e art. A l’instar d’un Will Eisner, pour la forme mais pas pour le trait, qui s’est affranchi du carcan de la bande dessinée dite classique pour donner naissance au roman graphique, Joe G. Pinelli transcende le genre en réalisant des enchaînements indissociables. L’impression rendue renforce l’atmosphère sombre et angoissante en ne laissant aucun répit au regard. On ne cesse de chercher la faucheuse, puisque c’est d’elle dont il s’agit, omniprésente, surgissant à chaque coin de page dans les ombres des décors désolés de la solitude de Joe Egan. Car si la mort rôde, l’isolement est également au centre du récit, conséquence directe de l’errance et de la fuite imposée par la peur d’entraîner des proches au sein d’une malédiction qui semble indécrochable. Le héros tente de se perdre dans des parties de poker enfumées, ambiance typique du polar noir américain, espérant ainsi échapper à son destin ou tout simplement l’oublier.

La lecture est rapide. Les tableaux successifs sont parcourus comme on dévale un escalier quatre à quatre, les dessins remplaçant les marches. La progression est ralentie par une voix off omniprésente, qui ne parvient pas à enrayer le léger goût de précipitation ou de trop peu. L’adaptation a souvent ses revers…

Par T. Pinet
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Trouille

  • Currently 3.12/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.1/5 (25 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kingtoof Le 12/04/2018 à 13:22:56

    Déçu par cet album !
    Surtout que j'apprécie cette collection.
    Mais, ici pas grand chose à se mettre sous la dent, l'histoire se lit rapidement et l'on ne voit pas où l'auteur souhaite nous amener.

    zaaor Le 11/07/2010 à 04:25:11

    Tout s'y déroule sans profondeur. L'ambiance est différente puisque crayonnée ce qui apporte une touche d'originalité.

    La nouvelle, puisque je préume que c'est là d'où ça vient doit être plus étoffée, concise. Ici, on lit rapidement et on oublie...rapidement. Rabattez-vous dans cette collection sur Shutter Island.