Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ange & Diablesses 2. La nuit du grand bouc

25/06/2009 5471 visiteurs 5.5/10 (2 notes)

Q uand Estelle, sa tendre amie d’enfance, est bannie pour avoir voulu trop profiter de la vie, le sang d’Arkel ne fait qu’un tour. Au risque de tout perdre, il décide de l’aider et l’arrache des griffes de son bourreau. On a beau être un ange (un vrai !), les raisons du cœur sont parfois plus fortes que la volonté divine. Au cours de leur fuite désespérée, ils vont mettre à jour un complot fomenté par les plus sombres diables de l’Enver. Sera-ce suffisant pour espérer un peu de clémence des cieux ?

Arkel, série mettant en scène une version musclée et humoristique des luttes entre le paradis et l’enfer, débute dans le magazine Spirou en 1983, un luxueux album double sortant en 1985, quelques histoires y paraissent encore avant de disparaître du sommaire. En 1993, les éphémères éditions Palombia rééditent les deux premiers titres avec un inédit, juste avant de faire faillite. Près de quinze ans plus tard, Dupuis publie une nouvelle série – un peu malheureusement – intitulée Ange et Diablesses. Ce diptyque composé de Au plus haut des cieux et La nuit du grand bouc correspond donc aux quatrième et cinquième tomes des aventures d’Arkel.

L’histoire concoctée par Stephen Desberg (IR$, Trilogie avec Dames ) souffre un peu de l’orientation jeunesse du titre. En effet, l’intrigue, assez convenue, n’est qu’un prétexte pour décrire la relation entre Arkel et Estelle. Malheureusement, la confrontation entre le héros, resté éternel adolescent comme nombre de ses confrères de papier (Tintin, Spirou...) et Estelle, son amie d’enfance devenue femme, demeure au stade d’embryon : Arkel est fleur bleue tandis qu’Estelle veut un mâle, un vrai. Le récit, dont l’action se déroule en majorité dans un endroit étrange à mi-chemin entre la terre et le ciel, propose d’autres pistes intéressantes. La frontière clairement définie entre le Bien et le Mal qui structurait la série s’estompe. Arkel le bon ange se doit d’enfreindre les lois, Estelle ne rêve que de goûter à tous les fruits défendus ; mais là aussi, publication jeunesse oblige, Desberg semble avoir dû mettre de l’eau dans son vin pour adoucir son propos.

Marc Hardy (Pierre Tombal, Lolo et Sucette) est un « vrai » auteur au style reconnaissable dès le premier coup de pinceau. Malheureusement, il souffre du même manque de reconnaissance que beaucoup d’artistes issus de la BD populaire. Malgré une œuvre immense (plus de quarante albums en trente ans) dans des genres assez différents allant de l’humour bon enfant de Pierre Tombal à la bête et méchante Patrouille des Libellules, il reste, comme peuvent l’être Philippe Bercovici ou Willy Lambil, boudé par l’intelligentsia des grands festivals. Comme pour Desberg, Hardy semble être un peu « coincé » par l’orientation jeunesse de ces deux albums. Ses diables, s’ils sont affreux comme il se doit, ses diablesses, privées des charmes de la luxure, sont bien fades. À quand, comme Desberg l’avait proposé à Will avec Trilogie avec Dames, une histoire sulfureuse signée Hardy chez Aire Libre ?

Est-ce qu’Arkel va finalement trouver son public ? Cette série, née avant la vogue de l’Héroic-Fantasy, joue bien de malchance. Il aurait peut-être été plus judicieux de la part de Dupuis de proposer une intégrale, format très à la mode, des cinq récits existants plutôt que ces deux albums aux titres bien peu séduisants.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
5.5

Informations sur l'album

Ange & Diablesses
2. La nuit du grand bouc

  • Currently 2.77/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.8/5 (22 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.