Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ashrel 1. Dragon

16/06/2009 7403 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

A lors qu'un jeune palefrenier dénommé Pahn s'enfuit du château, poursuivi par la femme prévôt Chandra, les villageois traquent Ashrel, l'assistant du tavernier. Le crime de ce dernier ? Avoir ranimé son patron décédé, sans pour autant lui rendre la vie. Les deux jeunes gens sont réunis dans leur fuite et apprennent à se connaître. Très vite, il leur faut trouver un travail, tout en essayant de préserver leurs secrets. Leur passé ne tarde pourtant pas à les rattraper.

Les premières pages plongent d'emblée le lecteur dans une ambiance mixte, entre tonalité enfantine et noirceur, la reine noire et son prévôt en chasse s'opposant à l'innocence apparente des jeunes héros. La suite confirme cette ambiguïté. L'atmosphère sombre est soulignée par les paysages de désolation aux teintes brunes ou enneigés, tandis que l'aspect dessin animé est mis en évidence par des couleurs plus vives, orange et rouges.

Le choix d'enfants comme héros confère un petit côté naïf à la série. Pourtant, le scénario annonce déjà les drames à venir et de douloureuses révélations, en contre-pied à une apparence de gentil conte de fées. Valp (Lock, chez Paquet) mène ce premier tome de façon très honnête, nous dévoilant des acteurs attachants et voilés de mystères.

Si le dessin est dynamique, le découpage du récit n'est pas en reste. Les plans rapprochés, fixés sur un visage expressif, succèdent aux plans large, par exemple lors de l'arrivée des personnages dans un nouvel environnement. L'ensemble paraît très réfléchi et les angles de vue variés donnent un charme supplémentaire à l'aspect visuel de cet album.

Ashrel est donc une série à la fraîcheur indéniable. Cependant, sa simplicité apparente pourra en lasser certains. Ce premier tome présente en outre un léger goût de trop peu et de trop lisse, la mise en place étant finalement assez lente. Il reste deux tomes à l'auteur pour concrétiser les promesses portées par ce premier opus.

Par E. Flandin
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Ashrel
1. Dragon

  • Currently 3.24/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (50 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    arathras Le 19/07/2012 à 15:41:17

    Un premier tome très captivant. Si le scénario n'est pas aussi touffu et complexe qu'on aurait pu l'espérer, c'est néanmoins une excellent mise en bouche qui donne de l'appétit pour déguster les autres albums.
    L'idée de créer un personnage "donneur de vie" antithétiquement appelé "thanatis" est tout à fait dans l'esprit gothique de la série.
    Les dessins sont magnifiques, les traits sont d'une fluidité remarquable même si ça et là on peut remarquer un manque de souci du détail.
    La mise en page, le travail sur la dynamique des cases et leur enchaînement donnent un rythme effréné à cet album.