Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
AD

Rocher rouge 1. Rocher rouge

11/05/2009 12693 visiteurs 7.0/10 (3 notes)

T rois jours à l’écart, sur une île, à se faire dorer le nombril, à se caresser le nombril et à se laisser caresser le nombril. Tout un programme pour ces jeunes à l’abri du besoin, qui, à l’occasion, se paient le luxe d’un petit doute ou d’un léger inconfort moral, et qui, surtout, entendent bien croquer à pleines dents ce que peut leur offrir ce petit coin de paradis. Il y a le ciel, bleu, le soleil, éclatant, la mer, limpide et turquoise. Et Maboukou, créature légendaire connue dans la région pour décapiter ses proies et leur dévorer la tête ? Est-ce bien le péril majeur des lieux ?

Au cinéma, les films « de genre » ont enfin gagné leurs lettres de noblesse ou sont tout du moins sortis du placard dans lequel ils étaient confinés. C’était bien le moins qu’on puisse faire alors qu’ils ont permis à bon nombre de jeunes auteurs de mettre le pied à l’étrier pour proposer des métrages qui laissaient entrevoir une bonne dose de créativité et de caractère. Il a révélé quelques grandes signatures d’aujourd’hui, qui ont élargi leur registre, certains retournant de temps à autres à leurs premières amours avec gourmandise. Depuis une dizaine d’années, même l’Hexagone y est venu, même si le succès se mesure plus en termes d’estime et de découvertes enthousiastes dans son salon que de files d’attentes aux guichets des cinémas et de tapis rouges déployés par les institutionnels garants de la bonne tenue du 7ème Art.

C’est que « le genre », outre le fait d'être un créneau pour les débrouillards sans grand budget, ça vient gratter là où on n’a pas forcément l’habitude. Et outre une bonne dose de vitamine inoculée à la pellicule, il n’hésite pas à rentrer dans le lard, à jouer la carte de la distanciation – indispensable -, et de temps à autre celle de l’érotisme. Ensuite, tout est question de dosage et consiste à faire la part entre ce qui est nécessaire à l’histoire et ce qui la fait basculer dans le Grand-Guignol et le gratuit.

Sans savoir réellement s’il s’en revendique, Rocher rouge mériterait en tout cas une place sur la photo de famille de ses dignes représentants. Tout est là : le dynamisme, les chausse-trappes destinées aussi bien aux protagonistes qu’au lecteur, les moments de tension, une pointe d’humour, des jeunes gens qui ne dissimulent ni leurs motivations ni leur corps lorsque c’est nécessaire et une fin digne de ce qui a précédé. Ni la classique histoire de monstre que les auteurs nous placent devant les yeux, ni un slasher traditionnel dont ils exhibent les ingrédients incontournables pour mieux dissimuler leurs intentions. Si légende locale et si jeunes fils et filles à papas inconséquents et sexy il y a, c’est la manière dont les Borg et Sanlaville jouent avec les codes et les poncifs inhérents au style qui est particulièrement réjouissante.

Ils se permettent de remettre plusieurs fois le couvert au cours de la bonne centaine de pages que compte l’album, avant même qu’on ait eu le temps de mâcher convenablement ce qu’on croyait être le plat principal. La bouche pleine, le convive voit son assiette presqu’arrachée tandis qu’une autre est balancée sur la table et sème à nouveau le doute sur le contenu véritable du menu. Ce sont les auteurs qui ont assimilé, digéré, ce qu’ils servent ici. Une légende séculaire grossièrement épicée couleurs locales. Un « survival » joué par des gosses de riches qui n’ont pas la carrure pour s’en sortir. Une comédie style « sea, sex, sun, sex & sex » calibrée pour les mangeurs de pop-corn. Une chasse à l’homme reposant sur un motif qui n’appartient plus aux thèmes chers à l’anticipation dans ce qu’elle a livré de plus cynique. Prises indépendamment les unes des autres, les saveurs sont connues, les recettes aussi mais c’est bien la virtuosité du service qui étonnera les vieux routiers du « genre », qui en avaleront leurs références. Les autres vivront l’expérience selon leur inclinaison : baptême pour les uns, dépucelage pour les autres. Ensuite, le souvenir qu’on en garde…

Comme pour ses petits frères des salles obscures, c’est la mise en scène qui fait qu’on remarque Rocher rouge, à la fois efficace, maline et qui s’y entend dans l’exercice qui consiste à tendre et détendre l’élastique - non pas des maillots de bain, quoique… - mais de la tension. Le piège des dialogues, dont la vacuité s’est souvent révélée fatale, est évité, et, mieux, exploité. Autre facteur de cette réussite : la mise en images. Elle joue sur la variété des plans pour imprimer rythme et variation d’intensité dramatique et le couple qu'elle forme avec les couleurs câline et cajole d’abord pour mieux plonger spectateurs et héros dans l’horreur de la fin de parcours.

« C’est pour mieux te leurrer, mon enfant ». Telle pourrait être la devise du petit Rocher rouge. Il se mange sans faim et laisse un sacré appétit pour découvrir ce que ses auteurs proposeront à l’avenir.



» Interview du scénariste, Eric Borg

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Rocher rouge
1. Rocher rouge

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (62 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 05/09/2020 à 15:32:18

    Il est vrai que la morbide couverture choc ne me donnait pas du tout envie de lire ce genre d'histoire. Mais bon, je me laisse parfois tenter par des sentiments un peu contradictoires. On a envie de savoir à qui appartient ce corps sans tête et pourquoi en est-il arrivé là ? Et cela a été une vraie surprise que cette lecture revigorante et angoissante à la fois ...

    On est embarqué avec un groupe de jeunes un peu favorisés et insouciants qui débarquent sur une île paradisiaque du genre l'île de la tentation. Or, il va se passer des choses pour le moins horribles sur cette île tropicale maudite. On a le temps de faire connaissance avec tous les protagonistes. Cela ajoute du piment à l'histoire. On a réellement peur pour chacun d'entre eux à la manière d'un film comme Scream ou Souviens-toi l'été dernier. D'ailleurs, c'est trop cinématographique dans la mise en scène. Je ne serai pas étonné de l'adaptation d'un film un jour.

    Les auteurs sont parvenus à nous tromper de manière très subtile. En cela, je dois bien avouer avoir éprouvé beaucoup de plaisir à cette lecture. Un huis clos cauchemardesque à ne pas louper si vous êtes également amateur de frissons et de sensations fortes.

    Il est vrai qu'il vaut mieux s'arrêter au premier tome car le second sera dès lors une grosse déception. C'était pourtant bien parti. Que s'est-il passé ?

    Nalojolan Le 25/09/2014 à 12:01:31

    Rocher rouge est sexy et ce n'est déjà pas commun dans le paysage puritain de la bd actuelle.
    Rocher rouge est cohérent (des personnages crédibles à la psychologie travaillée).
    Rocher rouge est surprenant, violent, coloré... Bref, un excellent moment de lecture !