Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Amato

11/05/2009 6789 visiteurs 6.5/10 (2 notes)

A près plus d’un mois de soins en institut pour une soi-disant maladie chronique, Hélène, dix-neuf ans, en rupture avec les siens, est reçue par le médecin - ami de son père - qui la suit. Il lui annonce que la rémission passe par un séjour à la montagne, où l’air pur lui sera profitable. Elle opte pour une « résidenzia » éloignée de tout. De cette maison, gigantesque et en décrépitude, et de ses hôtes, sinistres et reclus, s’exhale une atmosphère pesante. Cela ne semble pourtant pas toucher outre-mesure la jeune femme. Insouciance ou folie ?

A peine un an après L’intrusion, album très sombre réalisé en solo, plongeant dans les tréfonds de l’âme humaine, Aude Samama reprend les pinceaux pour illustrer un récit non moins torturé, scénarisé par Denis Lapière. Ce dernier, qui a déjà commis dans une veine similaire La saison des anguilles avec Pierre Bailly, livre ici une interprétation librement inspirée du roman Olalla de Robert-Louis Stevenson. Comme dans L’intrusion, la voix-off porte les pensées du personnage principal et révèle ses failles psychologiques, même si dans le cas présent, Hélène est peut-être la plus saine d’esprit parmi les différents protagonistes. Aveuglés par les certitudes propres aux solitaires et travaillés par de lourds secrets, aucun ne semble jouer cartes sur table. Ce huis clos prend, au fur et à mesure, une tournure inquiétante.

Pas moins inquiétante, l’imposante bâtisse, vestige d’une grandeur passée, semble intimement liée, au-delà de ce qui est normal, au destin de ses propriétaires. Ce procédé n’est pas sans similitudes avec ceux développés dans Le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde, ou encore, dans La chute de la maison d’Usher d’Edgar Allan Poe. L’usage de symboles ne s’arrête pas là et doit beaucoup à la force évocatrice des peintures - la page de garde est éloquente en la matière - d’A. Samama. L’usage des couleurs, en particulier leur agencement, fonctionne comme un baromètre d’atmosphère. L’aube est apaisée, le crépuscule angoissant. Si les scènes d’intérieur éclairées par la lumière du jour sont rassurantes, en revanche, la lueur diffuse qui émane des chandeliers l’est bien moins. Il faut peu de choses pour donner aux couloirs une dimension quasi-irréelle. Celle-là même que semble desservir la longue route sinueuse qui mène aux portes de cette demeure à l’intérieur mouvant. Ce trajet effectué en carriole constitue le passage classique - il y a même un pont - entre le monde cohérent et celui où l’irrationnel peut prendre le dessus. Les auteurs parviennent à maintenir tout du long l’incertitude sur le fait de savoir si cette frontière a été franchie ou non, et c’est là une réussite, d’autant que le final ne vient pas tout gâcher par une quelconque pirouette.

Amato est de ces bandes dessinées au romantisme sous-jacent, dont le graphisme fait partie intégrante de l’histoire et où la perception qu’en aura le lecteur sera fondamentale. Celui qui ne parviendra pas à s’attarder dessus gardera le souvenir d’une lecture brève, voire ennuyeuse. Par contre, celui qui y sera sensible pourrait bien littéralement se perdre dans les cases.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Amato

  • Currently 3.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (16 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    vacom Le 30/04/2013 à 11:40:17

    L'histoire n'est pas à proprement parler originale, mais elle se déroule naturellement et est bien racontée. Surtout, le scénario de Lapière convient à merveille au dessin d'Aude Samama : beaucoup de couleurs contrastées, beaucoup de sentiments, un rythme lent qui s'accorde très bien avec le côté à la fois figé et plein de fureur retenue du dessin. Il y a une tension continue, diffuse, comme si tout n'attendait qu'une étincelle pour éclater. Et puis il y a les personnages d'Hélène et Amato qui s'esquissent petit à petit et font naître des émotions contradictoires.