Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D eux jeunes couples sont voisins de palier. Rien ne les différencie en apparence, si ce n’est que dans l’intimité d'un des deux foyers, une petite fille et sa maman se retrouvent à la merci d’un père et conjoint violent.

Les auteurs de Ce qu’il est reste, récit déjà axé sur le couple, renouvèlent leur collaboration avec un sujet grave et tabou rarement abordé en bande dessinée : celui de la violence conjugale. Dépendance économique, agressions physiques, psychologiques puis finalement sexuelle, Inès dénonce sans chercher à expliquer, toutes les formes que peuvent prendre ces maltraitances, mais également l’indifférence et la passivité de l’entourage.

Grâce à un scénario en quatre actes relatant un peu plus de vingt-quatre heures de la vie du couple, Loïc Dauvillier a su donner l’impression de banalité et de répétition des sévices subis, sans alourdir ou complexifier son récit. Appuyé par le trait noir et blanc de Jérôme D'Aviau, à la croisée entre ligne claire et manga, notamment au niveau des expressions des visages, les auteurs jouent sur les contrastes pour créer et faire ressortir les tensions. Le dessin s’assombrit, se salit lors des scènes les plus dures et au contraire s’éclaircit, perd sa texture, lors des passages plus légers donnant une sorte de respiration dans la lecture après des phases « à risque » et de brutalité. L’utilisation de plans rapprochés servent également efficacement l’histoire en évoquant certains éléments importants, tels que ce gros plan sur l’alliance de la jeune mère de famille qui déclenche la préparation d’un hypothétique départ, ou encore les passages à tabac, davantage suggérés qu'exposés, grâce à un cadrage se concentrant sur les poings de l’homme, évitant ainsi les errements d'une mise en scène trop démonstrative.

Inès est un récit graphique poignant parfaitement mené, qui ramène à un triste constat : en France, tous les trois jours, une femme meurt à la suite de violences conjugales.

Par C. Georgin
Moyenne des chroniqueurs
6.8

Informations sur l'album

Inès (Dauvillier/D'Aviau)
Inès

  • Currently 3.55/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (33 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    herve26 Le 30/10/2017 à 15:31:34

    Cela va vite, très vite.
    Cette bande dessinée, malgré sa centaine de pages, se dévore en quelques minutes (c'est presque un reproche) mais on ne sort pas indemne de cette lecture, fut-elle rapide.

    Dans un quasi huis-clos, nous assistons au calvaire d'une femme (qui curieusement ne se prénomme pas Inès). Il y a tout dans ce calvaire : violence conjugale, alcool, machisme et bien d'autres encore.
    Pas de temps mort, on rentre très rapidement dans le vif du sujet, et on se prend à tourner les pages pour savoir avec impatience jusqu'où cela va aller....

    Le dessin de Jérôme d'Aviau, en noir et blanc, colle parfaitement à l'histoire.

    Une chronique amère, violente mais prenante.

    salene Le 18/04/2009 à 22:44:51

    Album hyper prenant, on ne peut plus s'en détacher des qu'on a commence a tourner les pages.
    Sujet grave, mais au combien d'actualité.Le dessin est tres realiste et le noir et blanc rend l'ambiance encore plus pesante.
    Il faut maintenant attendre la suite...