Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

ATTENTION : Une importante opération de maintenance et de migration est prévue dans la nuit du 9 au 10 mars 2021. L'intégralité des sites sera indisponible pendant une durée estimée de 8 heures.

L'art, conversations imaginaires avec ma mère L'art, conversations imaginaires avec ma mère (L')

05/03/2009 9467 visiteurs 8.0/10 (2 notes)

A l'instar de Mes hommes de lettres, d'Alpha ...direction ou encore de La petite histoire des colonies françaises, Juanjo Saez nous propose avec L'art, conversations imaginaires avec ma mère une approche séquentielle de la culture. Le sujet traité est donc comme son nom l'indique l'Art, contemporain convient-il de préciser.

Tout au long de l'ouvrage, Juanjo Saez va confronter l'art du début du XXe siècle à nos jours aux cinquante ans de bon sens de sa mère, pilier de la démonstration et ménagère qui ferait les délices des instituts de sondages. C'est là toute sa subtilité. Il ne s'intitule pas "L'art expliqué à ma fille" (ou "L'art pour les nuls"), mais "Conversations avec ma mère", figure éducative. La nuance est de taille, car dans ce dialogue, les rôles vont s’inverser. Il ne s'agit pas d'apprendre mais, au contraire, de désapprendre, de se défaire des idées reçues, de se libérer d'un éventuel sentiment d'infériorité, d'ignorer la condescendance de certains cercles élitistes. La démarche vise à se présenter nu face à l'art, à appréhender chaque œuvre avec une sensibilité propre (dans les deux sens du terme), mais sans pour autant prétendre à une virginité retrouvée ni oublier son libre arbitre. Si n’importe qui peut être artiste, l’art n’est pas pour autant n’importe quoi. Quoi que…

Même s'il s'avère didactique, Juanjo Saez n'oublie pas l'humour au détour d'une anecdote et sait être sévère avec ses contemporains dans ses jugements. Avec des intitulés de chapitres volontiers provocateurs comme « Picasso, c’est laid », « Une chaussette est une chaussette » ou encore avec une assertion comme « Les artistes sont des baratineurs », sans nécessairement le démentir dans le développement, il caresse le néophyte dans le sens du poil. Mais, dans le même temps, il offre des portes d’entrées joviales à une démonstration moins consensuelle, un débat moins simpliste qu’il n’y paraît, avec une mère terre à terre, un peu dépassée par des concepts qu’elle juge assez inutiles, nonobstant son amour maternel et le regard bienveillant qu’elle porte sur le travail de son fils. C'est aussi l'occasion, mine de rien, de tordre le cou à des préjugés populaires tenaces tels que "Un enfant de six ans pourrait faire ça". Au final, tout au long de ces 260 pages, c’est plus d'un siècle d’art et d’artistes contemporains, en majorité ibériques, qui est décortiqué à travers l’analyse des œuvres de Picasso, Miro, Dali, Tapiès, Magritte, Warhol, et bien d’autres encore.

Le style de Juanjo Saez, qui a justement passé ses études d’art à Barcelone à désapprendre et déconstruire son trait pour aboutir à une représentation faussement enfantine, est tout à fait propice à cet exposé, aussi convivial que peu académique, et totalement en accord avec l’intention du livre.

Par S. Farinaud
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

L'art, conversations imaginaires avec ma mère
L'art, conversations imaginaires avec ma mère (L')

  • Currently 2.82/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.8/5 (11 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.