Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sergent Kirk Première époque

16/02/2009 6055 visiteurs 7.3/10 (4 notes)

L ’ouest américain, la frontière entre le monde des blancs et les dernières tribus indiennes. Face à la violence aveugle des siens, le sergent Kirk du 7e de cavalerie choisit la désertion. Adopté par les Tchatooga, il va se rendre compte que chez les Indiens, aussi, la vie n’est pas parfaite. Entre lutte interne et trahison, il va néanmoins lutter vaillamment contre une bande de hors-la-loi prêt à tout pour s’accaparer le filon de métal jaune situé sur le territoire tchatooga.

Après la guerre, comme beaucoup d’italien à cette époque, Hugo Pratt avait choisi d’émigrer en Argentine. Dès 1949, sous contrat avec un éditeur d’origine italienne, il se met à dessiner plusieurs séries, aujourd'hui oubliées, destinées au marché argentin. En 1953, il commence à travailler avec le grand scénariste argentin Hector Oesterheld (L’Eternaute, Mort Cinder) ; de cette collaboration naîtra, outre Sergent Kirk, Ernie Pike et Ticonderoga ; tous des héros populaires destinés à un large public. Cette période de travail est intense, car la demande est très forte, la qualité graphique passant souvent en second pour respecter les délais. Il est important de garder à l’esprit ce contexte général avant de ce lancer dans la lecture de Sergent Kirk.

Graphiquement, les débuts de cet album sont assez mitigés. Outre ses inévitables contraintes de temps, Pratt est encore en phase d’apprentissage et son trait n’est pas toujours assuré. Le dessin passe allègrement d’un style illustratif classique - sans doute recopié à partir d’illustrations américaines traditionnelles - à des cases plus hésitantes mais plus naturelles, plus lâchées. Le lecteur attentif peut y déceler les prémices graphique de se qui fera Corto Maltese un chef d'oeuvre du neuvième art quinze ans plus tard.

C’est au niveau du scénario que Sergent Kirk se démarque des récits de l’époque. A l’opposé des histoires traditionnelles du genre (gentils cowboys contre méchant indiens), Oesterheld a concocté un western social décrivant une réalité bien différente de celle de la légende de l’ouest. Un héros déserteur, une société indienne torturée, consciente de sa disparition prochaine, hésitant entre acceptation de son sort et un dernier combat sans espoir contre des blancs sans scrupules, prêts à tout pour accaparer les richesses de ces immenses territoires, les situations sont variées et les personnages contrastés. Sauf pour son héros tout-puissant, bande-dessinée populaire oblige, aucun camp ne sort vraiment gagnant : les Blancs sont soit cupides, soit, pour l’autorité (la cavalerie), dépassé par la situation et les indiens, malgré leur bon droit, n’hésitent pas à massacrer des innocents et à s’enfermer dans une spirale auto-destructrice.

Ce volume reprend la structure de la première édition italienne, supervisée par Pratt, de la fin des années soixante. Les planches avaient été remontées et les textes modernisés. Les originaux sont pour la plupart perdus, les films d’impressions dégradés et, malgré le soin apporté la publication de cet album, certaines pages sont vraiment très dégradées. Le choix pour le lettrage est le point le plus discutable, l’utilisation d’une police de charactère très fine rend la lecture fatigante.

Sergent Kirk
représente un pan entier du début de la carrière d’Hugo Pratt resté longtemps indisponible. Cette intégrale ne peut donc que réjouir tous les amateurs du créateur de Corto Maltese. Espérons que Futuropolis, dans la lignée de feue la collection Copyright, continuera de proposer d’autres séries de l’âge d’or de la bande-dessinée.

Par A. Perroud
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Sergent Kirk
Première époque

  • Currently 4.13/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (16 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.