Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Q ue ce soit de mort lente ou de mort violente, on décède beaucoup dans le dernier Jason ! Chacune des cinq histoires regroupées dans l’album charrie son lot de cadavres, disparitions physiques mais aussi pertes d’espoirs et même d’illusions. Sentiment de solitude, désarroi dans lequel peut plonger le départ d’un être cher, difficulté à aimer et à communiquer, poids du silence, place que laisse ce dernier à l’interprétation … Les thèmes récurrents abordés jusqu’ici par l’auteur sont condensés dans ce recueil. L’utilisation de tueurs à gage et les clins d’œil au cinéma s’y retrouvent aussi comme socle aux histoires.

Publié, sous forme de strips, dans les pages du Magazine du dimanche du New-York Times, entre février et juin 2008, Low Moon revisite le film de Fred Zinneman : Le train sifflera trois fois. Le duel oppose cette fois un shérif à un ancien braqueur de banque dans une partie d’échecs. De référence au 7éme art il est aussi question dans Proto film noir dont le scénario, s’appuyant sur la difficulté éprouvée par des amants à se débarrasser d’un mari encombrant, rappelle celui du Facteur sonne toujours deux fois de Tay Garnett, d’après le roman de James M. Cain.

Emilie vous passe son bonjour met en scène la relation complexe et « tordue » qui lie un tueur professionnel et sa commanditaire, sur la base d’un contrat dont la rémunération s’effectue « en nature ». Le propos est noir, cru, à la limite du choquant. Certainement le récit le plus cynique que Jason ait jamais écrit. & propose les parcours alternés de deux hommes déterminés. L’un a besoin de trouver rapidement de l’argent pour payer les frais de l’opération qui peut sauver sa mère. L’autre est prêt à tout pour épouser celle qui, pour l’heure, ne le considère que comme un simple ami et se refuse à lui. Le premier préserve la vie, le second multiplie les meurtres. Enfin, dans Tu es là, juste après la fin d’une dispute, une femme est enlevée par des extra terrestres. L’enfant du couple grandit auprès de son père. L’histoire se renouvelle, la difficulté de vivre à deux aussi, les regrets mènent à une impasse et l’expérience ne suffit pas toujours à éviter les écueils de la vie …

Jason excelle dans l’art de suggérer les émotions. Son style, d’apparence minimaliste et épuré, centre le lecteur sur l’essentiel, le maintient concentré sur le déroulement de l’histoire, évite qu’il se disperse ou se perde dans les détails d’un décor. La chute de ses récits reste toujours assez ouverte pour laisser place à l’interprétation, à l’édification d’une morale ou d’une conclusion.

La construction des strips relève d’une mise en scène dans laquelle la variation des cadrages impulse aussi bien le mouvement qu’elle suspend le temps. La colorisation d’Hubert renforce l’impression de sobriété qui émane des silences et de la précision du trait. La texture du papier utilisé va dans le même sens. Passé le temps de l’adaptation au découpage des planches qui pourrait sembler nuire à la fluidité de la lecture le format permet d’isoler chacune des séquences, pour mieux s’en imprégner. L’objet en lui-même est beau. La reliure en tissu, appuyée par le caractère universel des histoires, mêlant Préhistoire et Science-fiction, confère une forme d’intemporalité à l’ouvrage, comme si les propos de l’auteur pouvaient être appliqués à n’importe quel stade de l’évolution de l’humanité.

Pour les inconditionnels de l’auteur, ou pour ceux que la présentation des strips chagrinerait, il est à noter que Low Moon a été publié sous forme de tabloïd, dans un format journal, avec papier glacé.

Premier ouvrage de Jason publié en France sous la forme d’un recueil, Low Moon & autres histoires permet d’appréhender, de façon synthétique, le style, les thèmes de prédilection et les différents univers, précédemment développés chez Carabas par un auteur atypique et incontournable. Ceux qui, ne connaissant pas ce dernier, seraient convaincus par cette lecture, pourront dès lors également se tourner vers ses albums en noir et blanc parus chez Atrabile.


Lisez les autres chroniques des albums de Jason publiés chez Carabas :

- Hemingway
- J’ai tué Adolf Hitler
- Le dernier mousquetaire

Par C. Constant
Moyenne des chroniqueurs
6.8

Informations sur l'album

Low Moon & autres histoires

  • Currently 3.45/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (22 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.