Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Raiju 1. Raiju

26/01/2009 11600 visiteurs 7.0/10 (3 notes)

R aiju est le démon de la foudre. Il prend la forme d’un félin blanc et se love dans le nombril des femmes qui accouchent les jours d’orage. Lacérant les chairs, il s’empare de l’enfant à naître, de son âme et de sa destinée. Cette fois, l’enfant se fera « Chat-murai », rônin solitaire à la griffe aussi affutée que la plume. Un seul code d’honneur, celui du bushido, la voie du guerrier. Raiju, c’est l’histoire d’une vengeance et d’une malédiction.

En recréant l’ambiance du Japon médiéval, celui des contes et légendes, Stéphane Melchior-Durand et Loïc Sécheresse livrent un scénario solide puisant dans les codes narratifs et visuels du genre. Raiju emprunte ainsi aux techniques de l’estampe (Hokusai, Hiroshige…), au manga (Kazuo Koike en tête), mais aussi à la veine du cinéma d’exploitation, des films de la Nouvelle vague japonaise aux films et séries de chambara (Septs Samourais, Zatoichi...). Au fil de la narration, se glissent d’ailleurs quelques figures imposées - le vieux maître d’arme comme père de substitution, les soudards avinés à la solde d’un seigneur cruel et corrompu - et autant de clins d’œil que les connaisseurs tenteront de débusquer. De même et sans surprise, le duel final, sommet de bravoure et de chorégraphie, tiendra toutes ses promesses. On l’aura compris, l’intérêt de l’ouvrage ne réside pas tant dans l’histoire elle-même que dans la façon dont elle est conduite, dans la construction des planches et du récit. Ce qui importe, c’est la distance prise par les auteurs avec leur sujet, une forme de rupture ironique qui consiste paradoxalement en un retour aux motifs et aux compositions du passé.

C’est dans ce cadre que le dessin de Loïc Sécheresse trouve pleinement à s’exprimer. Laissant libre cours à son inventivité et à son humour, il parvient à retranscrire les contrastes et le rythme imposés par le récit, à décomposer les mouvements du corps, à mêler à la contemplation et aux composantes immuables du décor le fugitif déplacement du sabre. De même, réussit-il à figurer les intempéries avec une grande économie de moyen. Ainsi, la représentation du mouvement des eaux dont il saisit à la fois la pérennité et l’instantanéité par l’utilisation de lignes stylisées, de courbes ou de stries profondes. Aux moments d’apaisement,aux ambiances en retenue succèdent des scènes de tension, de pure action. Les planches se couvrent de caricatures, de grimaces et d’expressions saisies sur le vif quand le découpage joue sur les obliques ou les pleines pages. Enfin, et un rien déstabilisant au premier abord, le traitement émotionnel de la couleur s’avère le complément idéal de ce dessin souple et lâché. L’on devine, derrière la mise en scène et cette composition peu conventionnelle, les heures passées à s’exercer aux techniques de l’ukiyo-e, ces « images du monde flottant », comme à parcourir la Manga de Katsushika Hokusai, le chef d’œuvre du livre illustré de l’époque Edo.

Attention, talents !

» A découvrir, les blogs de Loïc Sécheresse et de Stéphane Melchior-Durand.

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Raiju
1. Raiju

  • Currently 3.79/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.8/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.