Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

D-Day, le jour du désastre Les Mangeurs de vie

26/07/2004 11600 visiteurs 5.8/10 (5 notes)

L e 6 juin 1944 fut un jour terrible pour… les Alliés. En jetant toutes leurs forces dans un gigantesque débarquement en Normandie, ils pensaient porter un coup décisif aux Nazis. Mais ceux-ci se sont mystérieusement associés aux Dieux de la mythologie scandinave et, avec force cyclones et coups de marteau de Thor, ils ont réduit à néant les espoirs du monde libre.

Depuis, le troisième Reich s’est considérablement étendu sans qu’on sache bien qui des dieux ou des Nazis le dirige, et la guerre s’est étendue à d’autres fronts, car des divinités rivales sont apparues en Asie, tandis que des résistants du monde entier, de toutes nationalités et religions confondues, tentent de s’unir pour mettre un terme à ce conflit planétaire qui dure depuis des décennies.

« L’Uchronie », cette branche de la science fiction qui réécrit l’Histoire en changeant le cours des événements majeurs, est peu représentée en BD. D-Day en est une excellente représentation mais reste avant tout l’adaptation d’une nouvelle de David Brin, le scénariste, dans laquelle l’enjeu était de décrire le monde après une défaite alliée en 1945. Si la version française de ce comics américain sort à point nommé pour le soixantenaire du Débarquement, on peut regretter le décalage entre ce titre opportun et le contenu, bien éloigné de ce fameux 6 juin.

Le sous-titre Les mangeurs de vie convient ainsi beaucoup mieux à ce récit conséquent qui combine scènes guerrières, super-héros et mythologie dans un mélange original parfois très réussi et hélas souvent indigeste. Le talent de David Brin est incontestable mais l’adaptation d’une nouvelle aussi ambitieuse n’est pas si aisée et pour certaines parties, les auteurs n’ont eu d’autre choix que d’imposer de longs passages de texte, agrémentés ça et là par quelques illustrations.

La première partie qui présente le contexte alterne ce genre de pages un peu fastidieuses et les morceaux de bravoure graphiques, ballottant le lecteur entre rythme effréné et longueurs pesantes. L'immersion dans cette fiction complexe exige donc une grande attention, d’autant que, multipliant les histoires aux quatre coins de la planète, le scénario ne s’attarde guère sur les quelques personnages auquel on tente de se raccrocher.
La seconde partie, qui démarre alors que les hommes entrevoient un espoir de vaincre ces divinités qui les dépassent, retient l'option inverse. Les personnages sont plus travaillés, les dialogues percutants se substituent aux résumés, l’action devient presque limpide. Cette partie du récit est bien plus propice à la BD et sa lecture s’avère bien plus agréable.

Sur le plan visuel, sans surprise puisqu’il s’agit d’un comics, l’aspect esthétique prend souvent le pas sur la lisibilité. On retrouve les canons du genre, c’est-à-dire des angles et cadrages somptueux, une large palette de couleurs capable de produire des ambiances sombres comme des explosions de tons les plus criards. Mais tout cela est largement reproduit désormais dans la BD européenne, et avec cette très belle maquette (un classique chez les Humanos), le clivage BD européenne/comics n’a plus vraiment lieu d’être.

Ce pavé de 144 pages (mais ne cherchez pas les numéros !) vous occupera donc pendant un bon moment, mais paradoxalement, il laisse sur sa faim. Le sujet est passionnant, le graphisme réussi, mais les auteurs ont sans doute voulu trop en faire dans un seul album, ou n’ont pas eu l’audace de faire plusieurs tomes avec ce synopsis en béton. Dommage.

Par M. Antoniutti
Moyenne des chroniqueurs
5.8

Informations sur l'album

D-Day, le jour du désastre
Les Mangeurs de vie

  • Currently 3.53/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (53 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    kriss4 Le 08/08/2007 à 15:27:36

    Un album au graphisme époustouflant et au scénario intéressant mais sans plus. Dommage que les auteurs n'aient pas prévu de suite...On se croirait un peu dans l'univers du jeu vidéo "Retour vers Wolfenstein", après avoir perdu la partie bien entendu...Bref, cette uchronie est à mon avis peu crédible, bien que le régime nazi aie eu des projets de recherches particulièrement farfelus. J'ai quand même passé un bon moment en lisant l'album.

    safedreams Le 01/11/2005 à 20:38:43

    Plutôt deçu...Notamment par le concept du moitié roman moitié BD. Ici, trop de blabla très très pompeux et inutile. La Bd est indigeste et j'ai peiné a la finir. Dans le genre uchronie de la seconde guerre mondiale, "Sur la terre comme au ciel" est bien meilleur !

    spartacux Le 28/10/2005 à 12:12:26

    Par curiosité j'ai acheté cet album en voyant qu'il avait été sélectionné pour Angoulême. Impression bizarre au début en voyant les dessins.
    Au final j'ai passé un super moment, le mélange roman-Bd présent dans cet album permet d'éviter certaines planches inutiles et nous laisse d'autant plus à notre imagination. L'écriture est captivante et le dessin se prête finalement très bien à l'histoire. Probablement une des meilleures que j'ai lues ces dernières semaines, surtout après les flops Astérix, XIII, Spirou, ....