Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

New York Trilogie 3. Les gens

10/11/2008 8830 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

P incus Pleatnick est invisible ou plutôt il a choisi de l’être par commodité. Il pratique la stratégie de l’évitement, du louvoiement. Petit déjà, il cherchait à se réfugier là où il serait à l’abri des dangers imprévisibles que génèrent les contacts humains. Un visage de plus au cœur de la multitude, jusqu’à ce qu’il découvre l’annonce de son décès dans la rubrique nécrologique… Comment prouver que l’on est bien vivant quand on a choisi de se faire oublier de tous ? Et ces gens que l’on croise chaque jour, sans les voir, et dont la disparition soudaine n’éveille qu’un trouble passager, un vague haussement d’épaule ? Morris était de ceux-là. Il avait pourtant un don singulier, celui de guérison. Et cet autre ! Simple employé, fonctionnaire lambda. Que sait-on de lui et du ménage à trois un rien pervers qui causa sa perte ?

La ville et sa cohorte d’inconnus, les relations impersonnelles, l’individualisme et les peurs au quotidien, ainsi s’achève le voyage au cœur de New York. Isolé, enfermé dans la cité, l’individu est, au sens premier du terme, un quidam, une personne dont on ignore le nom. Recomposant les quartiers de son enfance, Will Eisner revisite en quelque sorte les théories du sociologue Georg Simmel sur l’anonymat dans les grandes villes, l’ouvrage de s’intituler de manière révélatrice Invisible People dans la version originale. Ici l’indifférence fait lieu de rite de protection quand elle ne confine pas à l’aveuglement. Se protéger de l’autre, de son malheur, c’est éviter de se rappeler sa propre condition, sa fragilité. Croquant les gestes du quotidien, Eisner livre une charge symbolique, empreinte d’humanité et de tendresse. Il offre surtout aussi un grand livre, un tribut à New York ainsi qu'une œuvre salutaire.

>>> Lire la chronique du premier tome de la trilogie, La Ville.

>>> Lire la chronique du deuxième tome de la trilogie, L’Immeuble.

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

New York Trilogie
3. Les gens

  • Currently 4.22/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (27 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.