Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Sillage 11. Monde flottant

03/11/2008 16483 visiteurs 6.1/10 (8 notes)

N ävis mène une vie de paria depuis qu'elle a été déchue de ses fonctions à la suite son procès. Désormais, elle ne travaille plus pour la Constituante, cette dernière usant de tous les moyens dont elle dispose pour nuire à la jeune fille et l'empêcher de mener une existence normale. Le salut viendra de son avocat qui, sous couvert d'un reportage de presse, lui confie une nouvelle mission sur une planète en proie à une guerre civile entre pro-Sillage et anti-Sillage. Son objectif est de sauver son ami Bobo, qui a pris parti pour l'un des deux camps.

Déjà onze ! Ce nouvel album des aventures de Nävis témoigne de la bonne santé de cette série sortie de l'imagination fertile de Jean-David Morvan et illustrée par Philippe Buchet. Au fil du temps, Sillage s'est installée comme référence dans l'univers de la science-Fiction, grâce à des histoires s'adressant à un large public et bénéficiant d'un double niveau de lecture : les plus jeunes aiment les aventures mouvementées de cette terrienne, dernier spécimen de son espèce, tandis que les autres y apprécient sa dimension politique en arrière-plan. Morvan s'appuie sur son époque et sur les événements géopolitiques actuels pour décrire les situations périlleuses de son héroïne. Ce double constat n'est pas sans rappeler les aventures de deux agents spatio-temporels, Valérian et Laureline, qui, il y a quelques années, faisaient figure de référence du genre en évoluant dans un univers basé sur le même principe. Dénoncer les injustices, combattre les différences, lutter contre toute forme de totalitarisme, autant de causes défendues par ces héros et leurs auteurs. Cette comparaison peut paraître flatteuse, elle est pourtant loin d'être usurpée, car elle est amplement méritée, comme en témoignent les nombreux prix reçus par les précédents albums et le plébiscite du public.

Un des aspects importants de Sillage concerne l'évolution de son personnage principal. Au fil des albums, le lecteur voit cette jeune fille sauvage et impétueuse se transformer en une femme solide, intelligente, gagnant en maturité à chaque nouvelle expérience. L'une des forces de la série réside dans ce changement : l'auteur vieillit, et son héroïne avec lui. Les centres d'intérêt du premier deviennent ceux de la seconde, et c'est particulièrement vrai dans ce nouvel opus. Jean-David Morvan s'est passionné pour le Japon et cet engouement manifeste se retrouve dans le scénario de Monde Flottant. Nävis débarque sur une planète en proie à un conflit semblable à celui qu'à connu le pays du Soleil Levant dans la deuxième partie du XIXe siècle, pendant laquelle l'ère moderne s'est installée, écrasant le système féodal et les traditions ancestrales. Le Dernier Samouraï, d'Edward Zwick, retrace, à la manière hollywoodienne, cette transition brutale où l'Empereur, sous la pression des occidentaux, a piétiné des siècles d'histoire symbolisés par les samouraïs.

Monde Flottant
est intéressant, car Nävis, plus que dans les albums précédents, se trouve confrontée à elle-même, à ce qu'elle est et surtout à ce qu'elle n'est pas. Elle va se laisser transporter par cette planète où la vie traditionnelle paraît si simple. Elle y apprendra la patience et l'humilité, des qualités qui sont loin de faire partie de sa personnalité. Comme souvent, elle prend parti pour les plus faibles, les opprimés, suivant toujours ses convictions. Ici, elle va combattre aux côtés des anti-Sillage, tenants de la tradition. A travers ce récit, Jean-David Morvan invite le lecteur à le suivre dans la passion qu'il éprouve pour le Japon, passion que l'on retrouve dans : Sept Yakuzas. Comme à l'accoutumée, l'action et l'humour sont bien présentes, particulièrement lorsque la jeune fille se voit contrainte de renoncer à son franc-parler. Cet arrière-plan très documenté est l'occasion pour Nävis de s'interroger sur son comportement impulsif, sur sa manière d'appréhender les événements. L'évolution est manifeste et donne une profondeur supplémentaire au récit. La réussite de cette nouvelle aventure repose également sur le talent de Philippe Buchet, qui a su adapter avec force détails ce Japon du XIXe siècle à l'esprit de science-fiction qui habite la série. Sa gestion des couleurs est habile et à chaque partie correspond une ambiance propre : plutôt vives pour les scènes se déroulant sur Sillage, plus sombres et dans des tonalités bordeaux pour les combats, ou plus douces lorsque la belle héroïne se trouve confrontée à son statut de femme.

Monde Flottant est une réussite dans une série qui ne connaît que peu de fausses notes. Plus que dans les tomes précédents, l'arrière-plan revêt ici une importance particulière, car directement ancré dans l'Histoire. L'autre aspect à retenir est l'évolution manifeste de Nävis, toujours en proie aux questions sur sa personnalité. Elle commence, enfin, à entrevoir des réponses, et cherche à se construire, elle qui n'est pas totalement une guerrière, ni totalement une femme.

Par D. Ollivier
Moyenne des chroniqueurs
6.1

Informations sur l'album

Sillage
11. Monde flottant

  • Currently 3.04/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.0/5 (167 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    -chris- Le 16/09/2014 à 16:43:20

    Après deux albums transitoires, sans découvertes de nouveaux mondes qui faisaient la variété de la série pour le plus grand bonheur des lecteurs, "Monde flottant" relance la machine avec un univers japonisant, très haut en couleurs. Belle réussite esthétique donc, mais qui n'est malheureusement à mon goût pas accompagné du scénario le plus renversant de la série.
    Peut-être est-ce le cas parce que je ne suis pas un grand amateur de ce que j'aurais tendance à appeler des "clichés de samouraïs", rapport à l'initiation qu'entreprend Nävis au cours de cet album. Il est certes nécessaire à la trame de la série qu'elle passe par différents apprentissages, au moment de cette période de remise en question, mais j'aurais certainement préféré que ceux-ci se fassent dans un contexte moins convenu.
    Peut-être ai-je également été gêné par l'impression de déjà-vu au moment d'aborder la question de la cause féministe, dans une mise en scène totalement jumelle de celle du tome 6, qui avait déjà approché le sujet en quelques pages (Nävis est conduite par le(s) mâle(s) dans un milieu cloisonné de femmes soumises, s'en suivent une ou deux pages muettes où elle participe aux activités, avant de déboucher sur une inéluctable révolte)... Mais en même temps, ce jeu de miroir entre deux albums de la série se défend par les différences, malgré tout non négligeables, entre les deux scènes. Cette fois, Nävis mûrit et est capable de retirer un enseignement de cette expérience.
    Ce nouveau tome conserve donc de l'intérêt, et bien qu'il ne soit pas mon préféré, il est très loin de me dégoûter d'une série dans laquelle les auteurs continuent à faire preuve de brio et de grandes qualités dans la mise en scène. Preuve en est l'amorce de cet album, qui est une fois de plus délicieuse (mais dans quel robot se trouve donc notre Nävis?). On retrouve aussi des bonnes petites idées scénaristiques, comme avec le traducteur qui force notre héroïne à parler poliment... Et si c'est pour continuer à nous faire visiter des mondes aussi beaux et variés, je ne bouderai certainement pas mon plaisir.

    chriscolorado Le 26/09/2012 à 17:28:24

    En ce début de nouveau cycle nous retrouvons une Navis métamorphosée, un nouveau décor, de nouveaux enjeux et surtout un nouveau personnage fort intéressant..., si seulement le fond pouvait accompagner la forme.
    En effet, non content de nous submerger de tous les clichés japonais existants dans "Spirou", voilà que l'auteur recommence dans "Sillage".
    Sagesse de l'ancien, paix intérieure, patience, etc
    On notera également la fausse retrouvaille avec Bobo (caricature de lui-même), qui n'aboutit sur rien à part un :
    "je suis à la recherche d'une paix intérieur et un sens à ma vie" (Bobo)
    "Moi aussi" (Navis)
    "Bon, ben salut et à la prochaine" (Bobo)

    Bref, le même schéma pseudo-existencielle qui dure depuis le début et qui ne mène nul part; Il serait tant que les personnages évoluent.
    Car pleurnicher, râler, et "philosopher", ça va deux minutes, mais faudrait voir à faire mieux !

    Raphael882401 Le 10/01/2009 à 16:51:39

    Je trouve les commentaires sur la série Sillage plutôt sévères. Il est vrai que depuis l'excellent "QHI" (tome 7) et le très bon "Infiltrations" (tome 9), la série avance en dent de scies... mais je trouve que ce onzième tome est de nouveau intéressant.
    La chronologie semble enfin avancer un peu plus rapidement, et on retrouve un album qui peut à la fois être lu séparément et apporter un vrai plus au scénario de la série. Pour être honnête j'aimerais que les auteurs fassent d'avantage traîner l'histoire : j'ai beaucoup aimé dans cet album le fait que Nävis soit devenue une paria, mais j'ai l'impression que la parenthèse sera refermée dès le prochain tome.

    Et puis c'est une série qu'il faut envisager dans son ensemble. L'héroïne, l'idée de base et la progression nous tiennent en haleine. Enfin, et même si ça ne colle pas à la couleur des albums, Sillage devient de plus en plus noire pour notre plus grand plaisir.

    quercus Le 03/12/2008 à 23:13:49

    Ormis le dessin de Buchet qui est correct, l'histoire n'est pas très interressante.
    Navis est une jeune humaine, en fait la seule de toute l'histoire, le rete sont soit des extraterresstres ridicules ou des robots pas mieux.
    Certe la couverture comme souvent est attirante mais le contenue n'en n'est rien.

    grimm Le 29/10/2008 à 23:04:46

    Décidément, Nävis grandit...et mûrit.
    Bien que toujours passionnée, elle semble apprendre de sa déchéance et prendre la peine de réfléchir un peu plus avant d'agir. Excellent album (mais bon, je suis fan depuis le premier), je l'ai davantage apprécié pour l'évolution du personnage que pour le scénario lui-même, encore qu'il y ait d'excellentes trouvailles comme celle de forcer Nävis à parler de façon polie (!). Le monde où l'action de déroule est d'inspiration asiatique, japonisante avec une révolte de féodaux contre l'empire en toile de fond. Le vieux maître d'arts martiaux est hilarant.
    Clairement un album à lire, surtout pour l'évolution de Nävis.

    madlosa Le 03/10/2008 à 11:54:06

    Le monde flottant marque le retour (je l'espère !) de cette série dans "le sillage" des SF de qualité. Le scénario est intéressant, le monde flottant pittoresque et sans nous rappeler un certain... Japon. Navïs y poursuit sa remise en question auprès d'un vieux maître en art martiaux très réussi. Les relations entre les deux protagonistes confèrent beaucoup de saveur à cet épisode. A lire comme une bonne surprise que l'on attendait mais que l'on souhaite voire confirmée au prochain volume.