Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Baker Street (Veys/Barral) 5. Le Cheval qui murmurait à l'oreille de Sherlock Holmes

17/10/2008 16857 visiteurs 6.0/10 (3 notes)

I ls sont de retour !
Après six ans d'absence, le duo Pierre Veys et Nicolas Barral s'est reformé afin de poursuivre les aventures du couple mythique Sherlock Holmes et Docteur Wastson.

Ce cinquième chapitre de cet hommage décalé au chef d'œuvre littéraire de Conan Doyle diffère des précédents dans sa structure : trois histoires courtes initialement publiées dans Pavillon Rouge ainsi qu'une autre restée inédite, succèdent à un récit plus long qu'à l'accoutumée. Ce changement est particulièrement visible dans une mise en page plus aérée, permettant aux décors d'occuper une réelle place au sein des cases. Pourtant, cette histoire peine à faire sourire, justement parce qu'elle traîne trop en longueur et qu'il y manque le côté percutant des gags en quelques planches. Heureusement, les petits récits courts de la deuxième partie de l'album permettent de retrouver les échanges savoureux entre Holmes et Waston, toujours teintés de cet humour où l'absurdité est élevée au rang de principe.

Le dessin de Nicolas Barral est toujours aussi agréable et il semble avoir éprouvé un réel plaisir à illustrer la première histoire, cela lui a permis d'explorer plus amplement le Londres du XIXe siècle. L'hommage à Jérémy Brett, qui a campé le personnage d'Holmes dans la série TV des années 80, contribue au succès du personnage. L'acteur y jouait de manière rigide, avec beaucoup d'assurance et de perspicacité dans le regard. Ici, le dessinateur s'amuse de cette référence pour caricaturer le célèbre détective.

Le Cheval qui murmurait à l'oreille de Sherlock Holmes
est un album en demi-teinte où l'humour y est inégal. L'attente des lecteurs était importante par rapport au succès des premiers tomes qui jouissaient d'une grande liberté de ton et de gags faisant mouche à chaque fois. Le changement de format des histoires nuit à cette efficacité dans les blagues et peut être à l'origine du sentiment mitigé qui accompagne la lecture de ce nouveau volet.

Par D. Ollivier
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Baker Street (Veys/Barral)
5. Le Cheval qui murmurait à l'oreille de Sherlock Holmes

  • Currently 3.18/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.2/5 (50 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    schuff Le 12/05/2011 à 21:29:42

    Même si les aventures de Sherlock Holmes et de son fidèle Watson sont de qualité inégale sur l'ensemble des 5 albums, la série n'en reste pas moins un régal de drôlerie !
    Message aux auteurs : vivement le tome 6.

    mrpitoff Le 24/10/2009 à 08:17:34

    Barral s'est engagé dans l'humour et ne semble plus rien faire d'autre. Je regrette les ailes de plomb ou (à mon sens) son vrai génie s'est exprimé.

    Bien entendu, je découvre Baker Street par l'album 5, ce qui n'est pas très logique. Cela étant, je retrouve casi la même chose qu'avec Francis et Blake dans les dessins. D'ou mes doutes connaissant la production magnifique de Barral. Tant mieux si cela fonctionne bien pour l'auteur.

    Cela ne m'empêchera pas d'acquérir le premier tome.

    voltaire Le 30/08/2008 à 17:09:06

    Sherlock s'enquiquine pas le moindre petit grain de mystère. Et puis Lestrade lui apprend que l'on vient de voler un menu dans une garnison.
    La solution comme chacun s'en doute est dans un cirque...
    Aventure complétée par 4 courtes histoires, aussi férocement drôles (enfin presque).

    On ne sait pas s'il faut d'abord applaudir un scénariste talentueux qui avec délicatesse ne fait que suggérer certains gags ou sur la qualité des dessins, dans lesquels chaque détail est travaillé pour renforcer le comique des dialogues ou de la situation.

    Nous avons là, un grand tandem. Les futurs Goscinny et Uderzo ?