Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Le bloc

09/10/2008 11262 visiteurs 6.0/10 (1 note)

A u pied du bloc, sur ce territoire qui devient le leur à la tombée de la nuit, les jeunes générations cohabitent par petits groupes. Ça se croise, se toise, s’invective et se frotte… ne jamais baisser la garde, préférer les coups à l’esquive. L’histoire d’un deal à deux balles sert d’introduction à la réalité d’un quotidien sous tension.

Le premier et le quatrième plat donnent le ton en plaçant le lecteur face aux deux façades principales d’une barre d’immeuble, étouffantes et massives. D’un côté, il est possible de deviner dans l’obscurité ambiante les vêtements qui sèchent aux balcons et les paraboles qui ornent les angles de fenêtre. De l’autre, au droit d’une cage d’escalier reconnaissable par des ouvertures qui se succèdent avec une régularité immuable étage après étage, trois silhouettes se découpent sur cet éclairage blafard qui ne peut être le fait que de rampes de néons. Le délit de regroupements dans les halls d’immeuble n’est pas loin.

Cet album offre une plongée d’une justesse confondante dans cet univers rarement approché de manière si frontale, et d'ordinaire par des chemins détournés (humour, caricature ou encore surenchère). Dans un domaine similaire, les scénarii de Séverine Lambour avec 3 ardoises et Allée des rosiers sont sans doute dans une veine assez proche, même si teintés d’une once d’humanité, sentiment dont Le bloc est définitivement vidé. Les faciès et la gestuelle des protagonistes ne mentent pas. De Raphelis réalise sur ce point un travail intéressant sur l’évolution des comportements, entre les plus jeunes (la dizaine), encore joueurs et dont le sourire n’est pas encore systématiquement un rictus, et les plus âgés (la vingtaine dépassée), figés dans leur stature de grands, les mains comme ancrées dans les poches et les visages fermés. Entre les deux, ça essaie d’exister, tant bien que mal. Les relations internes aux fratries, ponctuellement évoquées, pointent du doigt les rapports d'influence.

L’auteur va jusqu’au bout de son idée première et ne s'embarrasse pas de fioritures. Le trait volontairement dépouillé et la couleur de fond, indéfinissable, comme un dégradé de marrons sinistres sur lequel tranche le noir et blanc, ne proposent pas d’autres prises au lecteur que l’essentiel. Dans pareil contexte, la rudesse des dialogues - le choc et les limites d'un vocabulaire basique - et leur caractère inintelligible pour Mr tout-le-monde ne déparent pas du tout, même s'il convient de noter qu'ils ne sonnent pas toujours très juste. Alors, dans un sens, cette approche réaliste au possible risque d’en rebuter plus d’un, et ce n’est pas le plan loose qui constitue la trame du récit qui contrecarrera cette tendance. Mais de l’autre, ce tour de force, tenu tout du long, qui a consisté à ne pas céder à la tentation de dénaturer cette réalité constitue bien l’intérêt majeur de cette bande dessinée.

A l’image de ces cités qui ne donnent guère envie de s’y aventurer, Le bloc, au premier coup d’œil, n’incite pas à aller plus loin. Pourtant, à sa manière, c’est un ouvrage réussi, justement parce qu’il touche de très près au réel.

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Le bloc

  • Currently 2.10/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.1/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.