Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

I rak, Région de Kerbala. Embusqué dans un village à l’abandon, un corps de marines doit intercepter un groupe de terroristes dans une des régions les plus sensibles d’Irak. Parmi eux, le caporal Enrique Chavez de retour d’une permission exceptionnelle. C’est au cours de cette mission périlleuse que Chavez va se remémorer ses cinq jours passés dans son pays - les USA - et les soucis familiaux auxquels il a dû faire face.

Dans ce one shot, Michel Koeniguer, à la fois scénariste et dessinateur, a su évoquer deux mondes très différents de prime abord mais réunis sur un champs de bataille depuis déjà quelques années. D’un côté, l’Irak, un pays dévasté par la guerre et ses attentats où l’auteur y raconte le quotidien de soldats américains. De l’autre, les Etats-Unis, rongés par l’insécurité latente et la violence des rues. Enrique Chavez est le témoin privilégié de ce parallèle entre les horreurs commises en temps de guerre et la criminalité urbaine.

The bridge aurait bien mérité un second opus de manière à développer des points et même des personnages qui paraissent quelquefois survolés. Tout y est très rapidement exposé, trop peut-être, même si cette concision ne nuit en rien au déroulement de l’intrigue.

Côté graphisme, l’action qui prédomine tout au long de l’ouvrage est parfaitement bien rendue grâce à des couleurs vives et un dessin des plus réalistes. Les scènes d’assaut et de combat sont frappantes de vérité et bien souvent explosives. Au final, The bridge est une histoire bourrée d’action, de réflexion, bref, un traitement moderne et percutant d’un sujet d’actualité.

Par L. Delompré
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

The bridge (Kœniguer)
The bridge

  • Currently 3.40/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (25 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    le spectre Le 31/08/2008 à 15:31:38

    Et ben c'est pas mal.
    C'est exactement ce qui vient a l'esprit a la fin de la lecture de ce tome 1.
    L'auteur que j'ai connu dans avec Bushido m'a acroché quand j'ai vu son nom sur l'album. Le dessin est agréable, sans toutefois se réveiller la nuit pour en profiter encore et encore. Les détails sont correct dans la représentation des équipements, véhicules ect... Par contre l'action n'est pas trop bien rendu, un peu molle. Les couleurs sympas.
    Et on arrive au scénario qui, aprés avoir lu ici des critiques supplémentaires sur ses autres séries me fait penser que l'auteur ne se foule pas trop et s'inspire des séries télés qu'il regarde. Ici on en a en gros "Over there" , l'immersion dans l'armée Us actuellement en Irak. Comme bushido les problèmes familliaux évoluent en parallèle sous forme de flashback et rejoignent le présent à la fin de l' album. Facilité ou thème cher a l'auteur peut être est ce le travers de travailler sans scénariste? Mais globalement le sentiment une fois terminé est positif, le type de bande déssiné qui n'est pas en tête de gondole mais qui par son aspect justement non formaté (qui a dit Soleil ??) ont un attrait correct.