Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Death Note 12. Tome 12

06/10/2008 15583 visiteurs 6.5/10 (4 notes)

J anvier 2010. Quatre ans après le décès de L, ses héritiers, Near et Mello, ont pris la relève pour traquer Kira, alors que le monde conçu par celui-ci s’impose chaque jour davantage. Très rapidement, grâce à la coopération de Aïzawa et Mogi ainsi qu’à des actions déterminantes, ils sont arrivés à la conclusion que Kira n’est autre que Light Yagami qui se fait passer pour L. Pensant Mello hors course après l’attaque de sa base, Light a annoncé à Near qu’il retournait au Japon. Ce dernier n’a pas tardé à l’y suivre pour mettre fin à ses activités. Chacun de leur côté, ils préparent un plan qui devrait leur permettre de l’emporter le jour de leur confrontation. Light utilise Kiyomi Takada, une ancienne camarade, devenue présentatrice à NHN, pour entrer en contact avec Teru Mikami, un procureur auquel il a donné le cahier de Misa, et contrecarrer son adversaire. Near fait suivre ce même Kira de substitution et surveiller étroitement Light et Takada afin d’apporter la preuve qui lui manque. Rendez-vous est pris pour le face à face final le 28 janvier à 13h dans un entrepôt de l’embarcadère Daikoku. L’enlèvement de Takada par Mello quelques jours avant ne change rien. L’affrontement a lieu à visage découvert et semble se dérouler comme prévu. Pourtant…

Dans toute série ou roman policiers, le lecteur attend impatiemment le mot de la fin, l’affrontement entre l’enquêteur et le coupable. Si celui-ci et ses agissements sont clairement identifiés, l’intérêt tient à la manière et aux éléments qui permettront de le démasquer. Il en est de même dans ce douzième et dernier volume de Death note.

Depuis le début, on sait que Light est Kira et que, même s’il a délégué ses pouvoirs, il reste le cerveau qui organise la mort des criminels et autres contrevenants à l’ordre – du moins à l’ordre qu’il entend établir. Ce qu’on désire connaître et qui a longuement été préparé par Tsugumi Ohba, c’est qui gagnera, comment et en usant de quels stratagèmes. Les siens ont déjà été vus à l’occasion de la mort de L et de la fin d’Higuchi, éphémère porteur du death note. Le lecteur s’attend donc à ce qu’il montre une nouvelle fois ses capacités d’analyse et d’anticipation pour un résultat des meilleurs. Reste Near et son plan dont on ignore les tenants et aboutissants exacts mais que quelques légers détails ont laissé paraître un peu compromis. Le public espère aussi voir quel dénouement et quelle justice auront été choisis. Celle de Kira qui prône la mort des malfaiteurs ou celle du SPK et du bureau d’enquête japonais qui souhaitent les voir emprisonnés et purger leur peine ? En somme, la réponse à un débat sur la peine de mort qui a couru sur toute la série, mais que la multitude d’évènements à souvent mis en sourdine.

L’issue du duel entre Light/Kira et Near occupe presque tout le volume, cependant si tout se décide en moins d’une heure, celle-ci semble durer une éternité. Quoiqu’habitués aux longues démonstrations logiques des principaux protagonistes, cette fois-ci le lecteur doit particulièrement se concentrer à la lecture des abondants monologues qui se succèdent afin de ne pas laisser échapper le moindre détail qui pourrait s’avérer essentiel pour bien saisir les combines de chacun. Lorsque la règle des quarante secondes prend effet, on ne peut s’empêcher de s’étonner de la lenteur à laquelle elles s’écoulent tandis que le scénariste expose les réflexions intimes de Light ou les explications de Near… Quant au dénouement en lui-même, il s’avère prévisible, après avoir tenu le public en haleine – et un peu essoufflé – de bout en bout. L’ensemble est bien ficelé et ne manque pas d’intérêt. Quelques surprises ont été glissées pour augmenter l’intensité du récit, comme l’intervention d’un Matsuda blessé dans la confiance et l’amitié qu’il accordait, et celle de Ryûk qui met fin à son rôle de spectateur. Le plus inattendu est sans doute de se rendre compte que la conclusion était annoncée dès le premier volume…

Néanmoins, il est difficile d’être totalement satisfait de ce final. Quelques invraisemblances ont un goût amer, comme cette incroyable capacité de recopier un cahier entier en une seule nuit et d’en fabriquer un autre similaire. Par ailleurs, certains seront peut-être déçus par l’attitude de Light, qui avait toujours dominé ses émotions jusque-là, brillant également par sa capacité à manipuler son entourage. Ici, acculé, malgré quelques tentatives de bluff peu crédibles et un exposé sur sa conception de la justice et de sa propre déité, il sombre dans le pathétique grotesque. Perdant tout contrôle de lui-même, il réagit violemment à l’instar de l’antipathique Higuchi. Dommage, on attendait plus de classe et de tenue de sa part.

Quant au dessin de Takeshi Obata (Hikaru no go), il est toujours d’aussi bonne facture et efficace. Rien que pour ses cadrages cinématographiques, son réalisme et la puissance qui se dégage du rendu des émotions diverses, il mérite qu’on s’y arrête. Enfin, les pages de l’épilogue, en deux parties, valent la peine qu’on lise cet album jusqu’au bout, en particulier pour cette procession nocturne finale dépourvue de tout dialogue mais qui en dit très long.

Les auteurs de Death note auront su tenir en haleine leur lectorat au cours de douze volumes plus ou moins réussis. Depuis le tome 7 et la mort de L, le récit avait souvent été un peu poussif et moins totalement prenant qu’auparavant. Néanmoins, il s’achève de façon plutôt satisfaisante.


>>> Lire la chronique du tome 3
>>> Lire la chronique du tome 5

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Death Note
12. Tome 12

  • Currently 3.51/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.5/5 (53 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.