Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

A près Pourquoi les Japonais ont les yeux bridés, Keiko Ichiguchi (1945, America) lève pour nous un nouveau pan du voile mystérieux qui entoure son pays natal. Installée à Bologne, en Italie, depuis plusieurs années, c’est avec un regard à la fois critique, amusé, étonné, voire perplexe, qu’elle nous parle du Japon.

Tout y passe. A commencer par les nouvelles modes qui y sévissent, comme cet engouement des jeunes femmes pour les hommes à lunettes (les « megane-danshi »), qui a conduit à l’ouverture de salons de thé où ces dames sont servies par des binoclards tirés à quatre épingles. Elle s’intéresse aussi aux bizarreries de l’évolution du langage et aux conséquences du changement des mœurs qui amènent désormais la jeunesse nippone à s’enlacer ou s’embrasser en public. Elle détaille également, sur plusieurs chapitres, une période de l’histoire de son pays, celle de la fin des samouraïs, à l’aube de l’ère Meiji. S’intéressant à différents traits culturels nippons, elle montre que les fameuses geishas sont loin de l’image qu’on en a en Occident et que, définitivement, la concurrence à l’école et la réussite aux examens peuvent avoir des résultats fâcheux pour ceux qui en supportent moins bien la pression. Ce n’est pas sans malice, qu’elle évoque l’extrême politesse, souvent vide de sens malheureusement, des vendeurs au combini, ou encore la liste bien maigre des jurons japonais. Quant à son marathon à une foire du manga et des fanzines, il fait sourire, rien qu’à imaginer la tête que feraient nos chasseurs de dédicaces occidentaux devant le défi que ça représente.

Pour agrémenter un ensemble déjà bien plaisant, quelques dessins pleine page accompagnent les anecdotes, de même qu’en fin d’ouvrage, une dizaine de strips frais et plein d’humour.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les japonais aussi pètent parfois les plombs

  • Currently 2.56/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.6/5 (9 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.