Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Bouncer 6. La Veuve noire

14/08/2008 14468 visiteurs 7.4/10 (7 notes)

S on père décédé, le Bouncer est devenu le nouveau gardien de la Terre Sacrée. Le videur métis de l’Infierno saloon doit maintenant prouver au chef des Apaches qu’il est digne de cette mission en combattant le meilleur guerrier de la tribu de Toro Negro. Le territoire sacré des indiens étant convoité par le capitaine Callagher et sa bande de mercenaires, sa tâche s’annonce aussi périlleuse que ce combat au couteau. Tandis qu’une nouvelle institutrice apporte également son lot d’ennuis à Barro-city, c’est la mystérieuse "Veuve noire" qui semble tirer les ficelles des événements qui sèment la terreur dans la région.

Après un triptyque et un diptyque, le Bouncer est de retour ! Fruit peu recommandable de l'union entre une mère prostituée alcoolique et un père indien nommé White Elk, Bouncer Van Dorman est né sous une mauvaise étoile. Le corps mutilé de ce manchot reflète d’ailleurs admirablement son âme torturée par les épreuves. Après avoir survécu à une lutte fratricide et encaissé quelques mauvaises histoires d’amour, l’ex-bourreau de Barro-City reçoit maintenant un héritage dont il aurait pu se passer. Alessandro Jodorowsky et François Boucq continuent donc de nourrir leur western des malheurs qui viennent inlassablement percuter le destin du Bouncer au fil des tomes.

A mille lieues de ses délires fantastiques, le scénariste chilien Alessandro Jodorowsky livre ici une intrigue somme toute relativement classique au sein d’un western pur et dur. En revanche, l’auteur se rattrape bien au niveau des personnages. Reléguant Blueberry et Durango au rang d’enfants de chœur, Jodorowsky livre non seulement des hommes d’une cruauté extrême et marqués physiquement par la dureté de leur environnement, mais également des femmes et des enfants qui sombrent dans la barbarie. L’Oscar de la plus belle crapule revient indéniablement à ce nouveau protagoniste répondant au nom de Axe-Head : une brute qui vit avec une hache plantée sur le somment de son crâne. Les cinq jeunes enfants (conçus avec des femmes différentes et évidemment non-consentantes) qui suivent dans son sillage, incarnent ces "belles" valeurs familiales qui faisaient la fierté d’un Wild West où sauvagerie, terreur et violence régnaient sans merci. Ce beau salopard de Callagher, officier de l'armée de l'Union, ainsi que Carolyn Harten, la mystérieuse et richissime veuve qui orne la couverture et dont on n’aperçoit jamais le visage, viennent admirablement compléter le casting de ce western boueux et sans compromis. Sans oublier, bien évidemment, la nouvelle institutrice qui, derrière son air de sainte nitouche, réserve quelques belles surprises et n’hésitera probablement pas à piétiner le cœur encore à vif de notre héros.

Si Jodorowsky est le chef d’orchestre qui dirige crapules, traîtres et tueurs de manière inéluctable vers leurs destins respectifs, c’est la virtuosité de François Boucq qui offre aux personnages des faciès bruts et rugueux en parfaite symbiose avec la cruauté et la sauvagerie de cette tragédie qui s’amplifie au fil des pages. Le dessin fouillé de l’auteur se prête à merveille à l’univers "Wild" du far west et aux tronches marquées par une vie ingrate. Mis en valeur par des cadrages magnifiques et des couleurs qui collent parfaitement à l’ambiance de cette terre sauvage, les décors invitent constamment au voyage. Dès les premières planches, le lecteur est plongé au sein des somptueux paysages du grand Ouest, passant inlassablement de l’atmosphère poussiéreuse de la ville aux plaines arides et à la chaleur des canyons.

Noir, violent et malsain à souhait, Bouncer est ce qui se fait de mieux dans le genre western pour le moment !

Par Y. Tilleuil
Moyenne des chroniqueurs
7.4

Informations sur l'album

Bouncer
6. La Veuve noire

  • Currently 4.16/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (186 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    ppg Le 23/05/2010 à 15:22:49

    L'aventure du Bouncer continue pour notre plus grand plaisir. Place au troisième cycle, où notre Bouncer est désormais le gardien de cette terre ancestrale si précieuse pour les indiens injustement chassés par des blancs soucieux pour leur expansion de construire la ville de Barro-City. Ville toujours aussi violente, dans une région qui semble encore être l'objet de convoitises de par l'action à distance d'une mystérieuse femme, Carolyn Harten. A la solde de cette dernière, quelques brutes épaisses et autres gueules cassées.
    Ce qui a de formidable dans cette série réside dans l'innovation du scénario (un anti-héros manchot, je n'en vois pas d'autres), de la galerie de portraits atypiques qui y est proposée (ici, Axe-Head, fallait l'imaginer, tout fou qu'il est de par la hache plantée au sommet de son crâne), et ses paysages (comme la main rocheuse au-dessus de Barro-City, symbolisant à mon sens à la fois une frontière et une main mise interdite). Et comme d'habitude, de l'action, de la terreur, des tueries, mais aussi des sentiments humains qui tentent de survivre dans cette austérité de vie. Superbe.

    madlosa Le 26/10/2009 à 20:24:46

    L'ouest vu par Boucq et Jodorowski est sans complaisance. La violence est bien là, sale et brutale. Nous retrouvons avec plaisir Bouncer héritier par son père White Elk, de la charge de gardien du territoire sacré des Nacaches. Il va se heurter à la duplicité et à la folie meurtrière des blancs. Son pire ennemi va être une veuve assoiffée de pouvoir et d'argent du nom de Mme Harten, secondée par deux tueurs sans pitié Gallagher et surtout Axe-Head, dont la cruauté n' a d'égale que celle de ses enfants. Cette nouvelle série commence très fort et les planches à la construction classique, renforce parfaitement par la qualité des mouvements et par un jeu des couleur adapté, le choc des colts et des couteaux.