Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Le sixième soleil 1. Tezcatlipoca

31/07/2008 7378 visiteurs 4.0/10 (1 note)

J anvier 1917. Craignant l’entrée des Etats-Unis dans la Première Guerre mondiale, l’Allemagne recherche de nouvelles alliances. Au Mexique, la guerre civile fait rage depuis la fraude électorale perpétrée en 1910 par Porfirio Díaz. Au large de Vera Cruz, quatre émissaires de l’Empereur Guillaume II, emmenés par la capitaine Hugo Von Kreutz, débarquent sur le sol mexicain. Leur mission diplomatique consiste à rallier le Mexique à la cause allemande. Les messagers, censés rejoindre l’ambassadeur Heinrich von Eckardt au palais présidentiel de Mexico, sont cependant faits prisonniers par un groupe de révolutionnaires dans le petit village de San Julio. Pendant ce temps, au milieu d’un rite honorant d’anciens dieux, la prêtresse Marina annonce l’arrivée du "Sixième Soleil".

Scénarisée par Laurent Moënard (Blues 46) et mis en image par Nicolas Otero (Amerikkka, Bonecreek), cet album inaugure une nouvelle série de la collection Vécu de Glénat. L’idée de base de cette saga s’inscrit d’ailleurs parfaitement dans cette collection qui invite à revisiter les origines de nos civilisations. Il y a d’abord un ancrage historique intéressant qui s’appuie sur le fameux Télégramme Zimmermann, envoyé par le ministre des Affaires étrangères de l'Empire allemand, Arthur Zimmermann, le 16 janvier 1917 à l'ambassadeur allemand au Mexique, Heinrich von Eckardt, au plus fort de la Première Guerre mondiale. Un message proposant une alliance contre les États-Unis en échange d’une aide financière et la restitution du Texas, du Nouveau-Mexique et de l'Arizona au Mexique (perdus lors de la guerre de 1846-1848). Il y a ensuite une guerre civile mexicaine peu abordée en bande dessinée malgré quelques guérilleros mondialement connus, tels que le célébrissime Pancho Villa. Mais la véritable originalité de cette uchronie est le fait d’y intégrer la mythologie aztèque. La croyance en un monde cyclique (différents mondes naissants à chaque fois du chaos situent le récit à l’aube du sixième monde) et dualiste (les combats entre les dieux ennemis Quetzalcóatl et Tezcatlipoca) est ainsi l’élément qui baigne ce western apparent dans un fond d’ésotérisme.

Malheureusement, la transition entre le début de l’histoire, qui a tout d’une mission d’espionnage au sein d’un pays déchiré par les affrontements entre révolutionnaires et forces gouvernementales, et une deuxième partie rythmée par les sacrifices humains d’une croyance ancienne, s’effectue de manière trop brusque et le mélange des deux ne deviendra jamais homogène. Les protagonistes, moyennement attachants et trop peu développés, ne parviennent pas non plus à accrocher le lecteur. La représentation fidèle à la réalité de personnages historiques méconnus, tels que le Président mexicain Venustiano Carranza Garza ou l’Empereur Guillaume II, ne comble que partiellement cette lacune. Le coup de crayon de Nicolas Otero réussi par contre à insuffler une touche personnelle à cette aventure historique au point de départ original, tout en lui offrant une grande lisibilité. Outre les quelques imprécisions du graphisme, c’est surtout la mise en page parfois exagérément acrobatique qui dessert le récit.

Un premier volet dépaysant au sein d’une période historiquement intéressante, mais qui mélange les genres de manière encore un peu brouillonne.

Par Y. Tilleuil
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

Le sixième soleil
1. Tezcatlipoca

  • Currently 2.40/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.4/5 (15 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.