Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Hautes oeuvres Petit traité d'humanisme à la Française

30/06/2008 13409 visiteurs 7.5/10 (6 notes)

Q uoi de plus excitant pour un collectionneur chevronné que de posséder des documents rarissimes qui lui permettent de reconstituer une page d’Histoire et de raconter le déroulement d’un évènement à sa façon, avec passion ? L’un d’entre eux, Limul Goma, propose de remettre en scène la cauchemardesque exécution de Robert François Damiens, accusé de régicide sur la personne de Louis XV, et condamné à l’écartèlement.

L’histoire commence à Paris, en 1757, sur une place parisienne. La foule est dense, qui vient assister à l’application de la sentence. Peu de temps après le début des opérations, le jeune Charles-Henri Sanson se voit dans l’obligation de prendre le relais de son oncle, exécuteur officiel des Hautes Œuvres, pris de malaise. Damiens s’avère très résistant. Le supplice devient interminable et le "spectacle" vire au gore.

Mais au siècle des Lumières, les mœurs sont libertines, la débauche courante, la prostitution autorisée. Certains se détournent de cette mise à mort qui n’en finit pas pour aller s’adonner aux plaisirs de la chair. Quelques-uns trouvent, dans l’évènement, l’occasion de donner un écho à la voix du peuple. D’autres philosophent et s’interrogent sur la nécessité de faire subir de telles souffrances à un être humain, et sur le bien-fondé du principe de l’inégalité de traitement des condamnés selon leur rang ou la nature de l’agression qu’ils ont commise. La judicieuse insertion, parmi eux, du Marquis de Sade, de Jeanne Ranson, future comtesse du Barry, mais aussi d’un certain Joseph Ignace Guillotin, permet de faire diversion et sert de support à l’introduction d’informations sur le contexte et l’époque.

Le rythme est enlevé, la construction subtile. L’utilisation astucieuse de plusieurs narrateurs facilite la distinction des scènes et imprime une grande vivacité au récit. Le trait est fin, précis, très expressif, le ton léger et délié, l’humour présent - jusque dans la signature de l’auteur et l’écriture des annotations « en vigueur » - parfois empreint d’un zeste de cynisme ou d’ironie. L’alchimie entre l’image et le texte opère parfaitement. La souffrance du supplicié, le calvaire du bourreau, l’épuisement des chevaux, les états d’âmes émanant de la foule sont finement restitués. Au même titre que le plaisir qu’éprouve le collectionneur à posséder et à informer, ou d’autres protagonistes à dialoguer sur un ton primesautier.

Si quelques menus reproches pouvaient être adressés à Simon Hureau après lecture de Tout doit disparaître, sa précédente production, les Hautes Œuvres, Petit traité d’humanisme à la Française impressionne par la cohérence et le niveau de qualité qui émanent de l’ensemble. Choisir de traiter, en s’appuyant sur des faits historiques, un sujet mêlant, au sein d’un même album, une description détaillée d’un écartèlement et la restitution d’une ambiance festive et libertine, sans que la fluidité de la narration puisse en souffrir, relevait du pur exercice de style. Le résultat, plus que convaincant, brillant, hisse l’ouvrage au rang d’indispensable !

Par C. Constant
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Hautes œuvres
Petit traité d'humanisme à la Française

  • Currently 4.04/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.0/5 (24 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    zemartinus Le 24/09/2008 à 10:40:51

    Un album d'exception qui s'attache à nous décrire, à travers l'exécution de
    Robert François Damiens (auteur d'une tentative d'assassinat sur la personne
    du roi), la société parisienne du XVIIIe siècle. L'album s'articulera donc ainsi :
    le calvaire du suplicié comme fil rouge (et aucun détail morbide ne nous est
    épargné), avec autour une ribambelle de rôles secondaires sur qui l'auteur se
    fixe de temps en temps : deux lettrés qui discutent, un couple fraîchement
    constitué, un père et son fils... et un personnage central que l'on trouve en la
    personne de Sanson, bourreau du roi qui exécute ici son premier condamné.
    Chacun de ces personnages raconte sa propre version de l'évènement, avec
    pour narateur principal Limul Goma, collectioneur chevroné du XXe siècle (du
    moins semble-t-il).
    On a ainsi une construction intelligente et recherchée du récit qui instaure un
    rythme des plus prenant.

    Le tout est porté par un trait réjouissant, à la fois clair, libre et fouillis.
    L'utilisation de dialogues "modernes" n'hésitant pas à pencher vers
    l'anachronisme volontaire sonne quant à elle toujours juste, et la volonté de
    semer ici ou là des éléments et des personnages historiques est un atout
    supplémentaire.

    En somme Hautes Oeuvres est un album brillant, agréable à lire et vraiment
    réjouissant. Un seule regret : trop court!