Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Eureka seven 2. Volume 2

19/06/2008 4887 visiteurs 6.0/10 (2 notes)

P as facile pour Renton d’être le fils d’Adrock Thurston, le défunt héros qui a sauvé la planète. Elève moyen, sa seule passion est le riffing, un surf aérien, et son seul rêve est de rencontrer son idole, Holland, ex-militaire devenu leader d’un groupe rebelle, le Gekko State. Quand un LFO (machine de haute technologie), le Nirvash, atterrit près de chez lui et que le jolie Eureka lui demande de le réparer, Renton saisit l'occasion de s’évader de son morne quotidien. A l’aide de l’Amita Drive, une interface puissante héritée de son père, le garçon parvient à répare le Nirvash et échappe de justesse à l’armée, attirée par le crash de l’engin. Sa nouvelle amie le conduit tout droit dans l’antre d’Holland et de sa bande qu’il intègre avec plaisir. Mais, commandés par un ancien colonel sorti de sa prison pour remédier à la situation, les militaires n’ont pas dit leur dernier mot et lancent sur leur piste un de leurs agents, accompagné d’Anémone qui ressemble étrangement à Eureka.

Eureka Seven a d’abord été lancé sous forme d’animé en … 2005 puis a été publiée en version papier offrant un dénouement alternatif à partir de et a également connu, très rapidement, une adaptation en jeu vidéo. Les deux premiers tomes, parus chez Kana, éclairent suffisamment sur ce qui a pu pousser les Studios Bones, producteurs de la série, à en exploiter le potentiel.

En effet, l’histoire surfe allégrement sur le genre « meccha » avec ses machines et ses robots. En outre, elle possède toutes les caractéristiques du shonen en ayant pour point de départ la quête d’identité d’un héros adolescent aussi avide d’aventures que de gloire et sur lequel pèse l’ombre, ô combien imposante, de son père. Ses désirs ainsi que les défis qu’il veut relever trouvent à s’exprimer à travers sa vision, et son vécu, des tribulations du groupe Gekko State qu’il intègre rapidement dans le premier volume. Son arrivée s’accompagne d’ailleurs d’une cohorte de désillusions lorsqu’il est confronté au quotidien de celui-ci. Les actes héroïques et les pages de bravoure crâne, s’ils ne manquent pas, sont bien moins fréquents que Renton ne le pensait et c’est d’abord comme garçon à tout faire qu’il expérimente la vie avec ses nouveaux compagnons. Cela donne lieu à quelques passages humoristiques, lesquels vont de pair avec ceux issus de la maladresse de l’ado à exprimer ses sentiments vis-à-vis de la troublante Eureka, charmante de fraîcheur et de naïveté. Cependant, Eureka Seven ne se limite pas à ces quelques aspects. Le récit aborde ainsi des thèmes importants, restant peut-être un peu trop en filigrane dans les deux premiers albums. Il est question de la puissance de l’armée et de certaines décisions iniques, mais aussi d’antimilitarisme, incarné par Holland.

Ajoutons-y des personnages sympathiques ou intrigants – c’est le cas de Dwei Novak qui se pose déjà comme le méchant -, un zeste de science-fiction et une civilisation extra-terrestre redoutable, ainsi que de nombreuses scènes d’action menées tambour battant. Voilà de quoi susciter l’intérêt malgré des airs de déjà-vu. Enfin, le graphisme de Jinsei Kataoka, qui se concentre sur les personnages, et celui de Kazuma Kondou, qui dessine des machines sophistiquées, sans révolutionner le style, s’avèrent agréable.

Au final, sans susciter un enthousiasme déraisonnable, l’ensemble se révèle plutôt plaisant. Aux tomes suivants de convaincre complètement.

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Eureka Seven
2. Volume 2

  • Currently 2.50/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.5/5 (10 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.