Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les ensembles contraires 1. Première partie

30/05/2008 25297 visiteurs 8.0/10 (8 notes)

I l y a dans l'existence des personnes faites pour se lier d'amitié. Pour Eric et Christophe, c'était loin d'être une évidence, ce serait même plutôt le contraire. Leur premier contact ne fut d'ailleurs pas des plus engageants. Pourtant, petit à petit, au fil du temps et des rencontres et des échanges, un lien particulier se tisse entre ces deux personnalités que tout semble opposer. Commence alors une de ces relations qui durent toute une vie.

Les Ensembles Contraires est le pari de deux hommes, Kris (Toussaint 66, Un Homme est mort, Le Monde de Lucie) et Eric T., de raconter la période de leur vie qui a vu naître et grandir leur amitié. Ici, pas de fiction, mais simplement l'histoire bien réelle de deux adolescents qui vont être confrontés violemment à la réalité de la vie d'adulte. Cet album relate les différents évènements qu'ils ont vécus, ensemble ou séparément, des premières sorties aux premières vacances, des premiers flirts aux premiers chagrins, des premiers boulots aux premières galères. C'est également la découverte de deux univers opposés, un choc brutal, bousculant chacun dans ses certitudes. Le poids de la famille est pesant, particulièrement pour Eric, qui malgré les apparences, tente de donner le change en montrant qu'il est au-dessus de tout cela. Mais l'accumulation des épreuves finit par trop peser sur ses épaules, une charge bien trop lourde à porter pour un seul homme.

Les auteurs ont choisi de découper leur scénario par séquences, de faire se succéder des tranches de vie. Le ressort dramatique repose sur cette alternance entre les anecdotes estivales et amoureuses, pour lesquelles la légèreté de ton est de mise, et les périodes très dures, empreintes d'une violence ordinaire. Ce procédé, tout en entretenant le mystère sur les évènements à venir, installe une tension palpable tout au long du récit, allant jusqu'à mettre le lecteur, témoin de ce parcours douloureux, mal à l'aise.

Les Ensembles Contraires est un album à ranger aux côtés de Journal de Fabrice Neaud ou Pourquoi j'ai tué Pierre d'Olivier K et Alfred. Ces récits ont en commun une grande force et surtout le courage de mettre en avant, en rendant public, des passages douloureux de leurs vies. La grande qualité de ce récit est la sincérité avec laquelle Kris et Eric T. ont choisi de raconter leur aventure, se montrant le plus juste possible, avec humour, souvent avec tendresse, sans artifices et sans chercher à enjoliver le propos ni à dramatiser plus que nécessaire les situations. C'est aussi l'occasion d'inviter chacun à se pencher sur son propre parcours, et en particulier à se rappeler le point de départ de certaines amitiés, durables, indéfectibles même. Car au-delà des épreuves traversées, c'est une belle amitié qui s'offre là, sans faux-semblants, sans angélisme.

Le style « gros nez » qu'on attribuait volontiers à Nicoby ne le prédisposait pas forcément à illustrer une histoire dramatique, lui qui est plus habitué à un ton nettement plus léger (Chronique Layette, Excursion Coréenne). Pourtant, en affinant son trait, il parvient à transcrire les émotions fortes de cet album. L'ensemble est particulièrement réussi. L'attention se focalise sur les personnages, leurs attitudes, les décors étant présents uniquement lorsque cela s'impose. La mise en couleurs joue ici un rôle essentiel, car Nicoby alterne les nuances chaudes, réservées aux anecdotes les plus joyeuses, et celles froides et sombres des périodes dures dans lesquelles Eric se retrouve seul à affronter cette succession d'épreuves.

Les Ensembles Contraires
est une vraie claque comme il en existe peu en bande dessinée. De celles qui laissent sans voix une fois la dernière page de l'album tournée. La lecture de ces deux cent pages s'est écoulée sans pause, sans respiration, entièrement concentré à suivre la maturation de cette amitié. Un témoignage bouleversant. Kris montre une nouvelle fois qu'il est un auteur avec lequel il faut compter, un auteur entier, engagé, qui met sa vie et ses convictions au service de ses récits.

Par D. Ollivier
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Les ensembles contraires
1. Première partie

  • Currently 4.06/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (68 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Lelf Le 21/08/2008 à 22:46:33

    Comment naît, grandit et évolue une amitié ?
    Kris et Eric T. nous raconte ici leur propre histoire avec une humanité que Kris a l'habitude de manier avec une grande habileté.

    Les dessins amènent parfois à mal distinguer les personnages mais les couleurs permettent de pallier à ces doutes et la lecture est favorisée par un style simple sans être simpliste.

    "Les Ensembles Contraires" fait partie de ces BD qu'on n'oublie pas une fois fermées mais qui nous suivent pendant longtemps. Car même si c'est LEUR vie qui est racontée là, il y a un peu de nous aussi. Nous sommes tous quelque part un Kris avec un meilleur pote Eric T.

    Vivement la conclusion de ce diptyque.

    Hugui Le 14/07/2008 à 13:44:38

    Il faut prendre le temps pour rentrer dans l'ambiance de ce récit car l'abord des dessins de Nicoby n'est pas évident au départ, c'est pas franchement mon style préféré, et les premiers chapitres un peu anodins demandent de s'accrocher, mais l'émotion gagne peu à peu jusqu'au coup de poing final qui fait que l'on attend la suite avec fébrilité.
    On retrouve avec plaisir le talent de conteur de Kris et son humanité. A recommander donc mais en faisant attention d'en entamer la lecture à une période où on est disponible et pas trop stressé pour se laisser saisir par l'émotion.