Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

New York Trilogie 1. La Ville

20/05/2008 9815 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

A près la trilogie du Bronx (Un pacte avec Dieu, Jacob le cafard, Dropsie Avenue), les éditions Delcourt rééditent The Big City, une anthologie de chroniques urbaines réalisées au début des années 80, lorsque Will Eisner enseignait à l’Ecole des arts visuels de New York.

Ce premier tome, La Ville, s’attache aux décors de New York, à ses rumeurs et à ses totems. Les bouches d’incendies, d’égouts ou de métro, les fenêtres et les perrons d’immeubles, les lampadaires et les feux tricolores, les poubelles ou les boîtes aux lettres, figurent autant de sentinelles imaginaires veillant le cœur de la cité, le cœur des murs, parfois aussi dur que celui des hommes. L’essence même de la ville, souligne Eisner, se trouve dans les crevasses de son sol, et dans les recoins de son architecture, là où le quotidien s’insinue. Et l’auteur de croquer avec humour et sensibilité, la Grosse Pomme de son enfance, son paysage social. Les récits se succèdent comme autant d’instantanés, de courtes vignettes, parfois muettes, parfois rythmées par la musique. L'album confirme, s’il était besoin, les talents d’observateur du maître de l’art séquentiel. Will Eisner délivre une œuvre touchante et populaire, sans misérabilisme ni complaisance, sur les anonymes et les petites gens.

A l’élégance, à la fluidité de la narration, se mêle un sens inné de la composition, que l’on sait pourtant mûrement théorisé (La bande-dessinée, art séquentiel, Le récit graphique), fourmillant de trouvailles graphiques et d’inventions typographiques. Le trait, rond et parfois caricatural apporte une touche de légèreté supplémentaire à ces saynètes douces-amères.

>>> Lire aussi la chronique de Dropsie Avenue.

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

New York Trilogie
1. La Ville

  • Currently 4.11/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (35 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.