Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Donjon Crépuscule 101. Le Cimetière des dragons

24/04/2008 11202 visiteurs 7.8/10 (10 notes)

L e Donjon n’est plus. En lieu et place s’élève désormais la forteresse noire de la Géhenne vouée au culte idolâtre et sacrificiel du Grand Khan. La rotation de la planète a cessé, le temps ne paraît plus s’écouler et le cycle des saisons s’est interrompu. Les survivants n’ont d’autre choix que de s’abriter sur le mince bandeau de terre où le jour et la nuit se confondent. L’on nomme ce territoire et cette époque Crépuscule.

Au faîte de sa puissance, Herbert est, bien malgré lui, en possession des sept artefacts du Destin. Il a accueilli en son sein l’Entité noire et préside d’une main de fer aux destinées de Terra Amata. En contrepoint, Marvin, héraut déchu et aveugle, n’est plus que le « Roi poussière ». Le tyran n’a pu se résoudre à éliminer ce vestige des temps anciens aussi maintient-il sous étroite surveillance celui qui fût son ami le plus proche. Sentant sa fin venir, Marvin s’échappe et tente de rejoindre le Cimetière des Dragons. Cet ultime pèlerinage sera long et semé d’embûches. Poursuivi par les sbires de Shiwømizh, cupide vizir palindromique, le vieux maître draconiste s’entourera, à son corps défendant, de deux disciples. Pipistrelle, une chauve-souris orpheline, lui servira de guide. Marvin le Destructeur, lapin rouge maudit des siens, aussi téméraire que rebelle, se joindra bientôt à la folle équipée.

Cent albums – l’unité de temps dans Donjon – après Cœur de canard, l’époque Crépuscule signe la fin de l’innocence des premiers Zénith. Qu’elle est loin la bonhomie potache qui caractérisait les aventures inaugurales d’Herbert le canard ! De Duc(k) exilé de Vaucanson, le voici promu Grand Khan(ard), chef religieux et militaire, tout à la fois despote et criminel ! La civilisation, déjà gangrenée et porteuse des stigmates du déclin, a définitivement sombré dans les ténèbres et l’obscurantisme, un Dark Age of Fantasy. La superstition et la magie ont supplanté le progrès. Antipolis, cité grouillante de vie, brassage de races et de cultures, fabuleuse Babel de la création, avait déjà cédé sous les coups de la féodalité et de l’archaïsme. De même, rien de l’apogée du Donjon – bien au contraire – ne masquait de la barbarie d’un monde en pleine décomposition mais celui-ci se fardait des atours de la franche parodie de l’Heroïc Fantasy et du jeu de rôle dans la veine de Warhammer ou de D&D.

Mais ce Cimetière des Dragons préfigure aussi toute l’ambition et la démesure du projet mené par Joann Sfar et Lewis Trondheim. Sfar se désolait de ne pas dessiner, aussi proposa-t-il à son compère la création de Crépuscule. Du tac au tac, Trondheim renchérit: tant qu’à faire, ils n’avaient qu’à raconter la jeunesse du Gardien avant que celui-ci ne régente le Donjon. Sfar le prit au mot et c’est ainsi que naquit la série Potron-minet... Mais ceci est une autre histoire...

Cet album introduit aussi une nouvelle étape dans la collaboration du duo. Chaque série est soigneusement distinguée. Cela implique, dès lors, un changement de style dans l’ambiance et le dessin même si les couleurs, dans un souci de cohérence, restent confiées à Walter. Enfin et outre la numérotation, le titre de chacun des albums d’une même série obéit à une rime particulière, rappelant de la sorte les travaux de l’Oubapo au sein de L’Association : en [-ɥi] pour Potron-Minet, en [-aʁ] pour Zénith, en [-o] pour Parade, en [-œʁ] pour Monsters et en [-ɔ̃] pour Crépuscule.

Au-delà, le Cimetière des Dragons porte l’empreinte de Joann Sfar et de thèmes qui lui sont chers. Le dessin, d'une part, même si, plus tard, il passera la main aux Kerascoët (à compter du numéro 104, Le Dojo du Lagon) puis à Obion (le volume 106, à paraître). D'autre part, si le tropisme niçois se confirme, la société figée de Terra Amata inspire surtout à Joann un questionnement sur le libre-arbitre comme étincelle et le religieux comme facteur d’immobilisme ou de régression quand il s’éloigne de la foi et confine à la supercherie. Le Grand Khan symbolise alors le refus du changement et les pulsions de mort tandis que le Roi poussière, assisté en cela du fougueux Marvin rouge, est le grain de sable, la pulsion de vie, venant perturber la mécanique du Destin. Sfar émaille son propos de références à la culture hébraïque, convoquant tour à tour, mais sans jamais se départir d’un recul bienvenu, l’imagerie de la Géhenne, la divinité Ba’al (pour l’associer aussitôt au dragon) ou le golem (surnommé Golgoth autant en référence au Mont Golgotha, où Jésus Christ fut supplicié, qu’en hommage appuyé à Goldorak et aux armées de Vega…).

Bien loin de terminer le cycle, avec Crépuscule, l'aventure n’en est qu’à son nadir. La révolution entamée voilà dix ans n’est pas prête de s’achever.


» Sommaire du spécial Donjon 10 ans sur BDGest :

Une brève histoire de Donjon

Interviews
- Nicolas Keramidas, enlumineur du Grimoire de l'inventeur
- Obion, la troisième vague du Crépuscule

Chroniques sur BDGest :
- Donjon Zénith, tome1 : Coeur de Canard
- Donjon Crépuscule, tome 1 : Le cimetière des dragons
- Donjon Potron-Minet, tome 1 : La chemise de la nuit
- Donjon Parade, tome 1 : Un donjon de trop
- Donjon Monsters, tome 1 : Jean-jean la terreur

Par D. Lemétayer
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

Donjon Crépuscule
101. Le Cimetière des dragons

  • Currently 4.07/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (87 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Bobypower Le 05/02/2015 à 21:31:14

    À mon avis, donjon crépuscule est la meilleur série de donjon. J'ai vraiment adoré les aventure de ce lapin rouge coureur de jupon. Oui les dessins sont un peu moins bon avec Sfar. mais deviens excellent avec Karacoet !! À ne pas manquer !!!!!!!!

    minot Le 07/04/2012 à 16:43:26

    Un ton violent, désespéré et empreint de mélancolie, des couleurs magiques, un monde chaotique et onirique, des personnages touchants, et une histoire mélangeant efficacement scènes émouvantes, passages comiques et actions bien bourrines.
    LE CIMETIÈRE DES DRAGONS inaugure de façon magistrale l'époque "Crépuscule", une période que j'affectionne tout particulièrement. Le dessin de Sfar est ce qu'il est, on aime ou on n'aime pas, personnellement même sans y adhérer vraiment cela ne m'a pas empêcher d'apprécier à fond cet album, qui est l'un des grands chefs d'œuvre de la série.

    Meiji Le 05/05/2008 à 20:46:45

    Honnêtement, autant j'aime beaucoup la série des Donjon dans leur intégralité autant il faut bien avouer que la série Crépuscule est inférieure aux autres.
    L'histoire est assez bâclée et ennuyante, l'humour est aux abonnés absent et le pire c'est qu'on apprend pas grand chose alors que c'est le premier tome de la série. Marvin n'est plus que l'ombre de ce qu'il était à la période Zénith et Marvin rouge n'est pas très charismatique...
    Y a pas à dire il vaut mieux que Sfar fasse le scénar et que Trondheim fasse les dessins on sera plus content.

    Guyomar Le 23/03/2006 à 16:35:36

    C'est le premier Donjon que j'ai lu et "Le Cimetière des Dragons" occupent donc une place un petit peu à part chez moi. Je me rappelle m'être dit, putain c'est quoi ce dessin de punk et après lecture, putain je me suis bien marré. Et puis sur le coup pour un ancien rôliste c'était classe de trouver une BD comme ça ! En tout cas, les bases du crépuscule sont jétés dans cet étage 101 et c'est ce qui en fait un tome totalement indispensable.

    safedreams Le 27/12/2005 à 15:28:27

    Pour vraimer adorer cette série il faut connaitre les récédents donjon je pense... Après c'est toujours aussi bon ! Truculent, imaginatif, drôle, jouissif ! Les dessins sont naifs et tout est fait pour le plaisir de lecture, la lisibilité et l'efficacité de la narration... Un vrai plaisir de lecture !

    safedreams Le 29/11/2005 à 20:01:31

    L'histoire et les personnages sont toujours aussi bons que dans les Donjons Zenith et Potron Minet et autres Monsters. Il y a un coté plus noir dans cet épisode avec le périple du roi poussière (Marvin). On a également un personnage bourrin à souhait et une petite chauve souris toute mimi de naïveté. Bref, que du très très bon !!!

    scalp Le 27/11/2005 à 10:29:28

    Que dire.... J'aime vraiment pas : je trouve le dessin moche ( j'essaye de rester correct ) quand à l'histoire j'ai eu du mal à finir l'album tellement sa m'endormait.

    jean-no Le 30/06/2003 à 00:42:37

    La série Donjon crépuscule est la plus complexe des époques de Donjon : chaos, destins shakespeariens, désintègration de terra amata,... Où l'on verra que Marvin le dragon et Herbert le canard auront fini par ne plus être amis (quoique). Herbert, devenu le terrible grand Khan, tuera des centaines de personnes par jour tandis que Marvin, aveugle, sera surnommé "le roi poussière". Dans la galerie de nouveaux personnages, ce premier tome nous présente "marvin le rouge", un lapin sanguinaire. Les albums de la série "crépuscule" sont à lire après les deux premiers albums de la série Zénith (coeur de canard et le roi de la bagarre) si l'on désire les savourer totalement : les changements entre les deux univers sont vertigineux.