Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Donjon Potron-Minet -99. La chemise de la nuit

24/04/2008 8949 visiteurs 8.1/10 (12 notes)

Q u'est-ce que le Donjon ? Quatre tours noires, dont la plus haute est visible à dix jours de marche ? Non, pas encore. Seule existe pour le moment une tour grise visible à trois heures de marche, où les courants d'air empêchent les rats d'indisposer les cafards. C'est la demeure du Seigneur de Cavallère, et c'est le vestige d'un temps révolu, celui des grands royaumes. Place aujourd'hui à la civilisation galopante, incarnée par la fière Antipolis, aux mains de l'oncle infirme de Hyacinthe de Cavallère, futur Gardien du Donjon.

Toute la thématique de ce tome -99 repose sur cette opposition entre le passé, personnifié par l'orgueilleux chef de guerre qu'est le père de Hyacinthe, et l'avenir, représenté par son oncle, rejeté par sa famille et devenu immensément riche et puissant, sorte de self-made man avant l'heure. Pris entre deux feux, le jeune homme à la naïveté désarmante va tenter de concilier ces deux influences contraires pour n'en garder que le meilleur : ou comment parler d'honneur et de duels à la loyale dans un monde où, déjà, la corruption fait rage. La candeur du jeune héros, qui s'érige en justicier nocturne, se heurte donc à un milieu où tout n'est que magouilles, mensonges, meurtres et chantages, où l'ambition dévorante de quelques-uns se réalise au détriment d'une masse laborieuse priée de se taire, seulement récompensée par quelques réjouissances dont le carnaval d'Antipolis n'est pas la moindre. Véritable bacchanale, celui-ci sera pour le jeune garçon l'occasion de se frotter à la rudesse des habitants de la ville.

Ce monde en pleine évolution, porteur d'espoirs en termes de science et de technique, part sur des bases fragiles, gangrénées, et ne manquera pas de s'effondrer. Et cela, le lecteur le sait, puisqu'il connaît le futur de Terra Amata : l'apogée du Donjon, puis sa chute, mais surtout le retour à la féodalité. C'est donc plus le "comment" qui importe et tient en haleine. Comment Hyacinthe de Cavallère, ce jeune homme sans expérience, deviendra-t-il l'inflexible Gardien ? Comment le Donjon va-t-il croître jusqu'à devenir imprenable ? Comment Antipolis connaîtra-t-elle la fin de sa domination qui, pourtant, semble impossible à enrayer ? Autant de questions qui trouveront réponse dans les innombrables albums qui font et feront suite à ce tome initial.

La division de la série en trois époques n'est pas uniquement un repère temporel, elle implique également une différence purement stylistique. Alors que Zénith se distinguait par son côté humoristique et très coloré, Crépuscule adoptait un ton forcément plus sombre où régnait une ambiance de fin du monde. Potron-Minet se situe quant à elle dans un autre registre et emprunte beaucoup aux grandes histoires de cape et d'épée. Et à marque particulière, il fallait un dessinateur particulier, qui parvienne à restituer les atmosphères lugubres des étroites ruelles, les vues majestueuses de la cité qui se dresse fièrement au milieu de la plaine, et qui puisse donner à ses planches le mouvement qui convient à la vie trépidante de cet univers en mutation. Après s'être occupés eux-mêmes de la partie graphique sur les deux autres périodes, Sfar et Trondheim ont jeté leur dévolu sur Christophe Blain. Un choix ô combien judicieux. L'auteur d'Isaac le pirate impose sa patte, ses hachures si typiques, son style souvent imité et jamais égalé.

Potron-Minet a donc son caractère propre, forcément différent des autres époques, rendant toute comparaison hasardeuse et inutile. Quelques constantes, toutefois, au travers de ces trois univers : une cohérence remarquable, des personnages, nombreux, qui sont d'une richesse impressionnante, un souffle épique qui ne se tarit jamais et un humour omniprésent, même aux heures noires de Terra Amata. Pas de doute, Donjon est bien la série la plus folle et la plus ambitieuse qui ait cours actuellement. Et cela fait dix ans que ça dure.



» Sommaire du spécial Donjon 10 ans sur BDGest :

Une brève histoire de Donjon

Interviews
- Nicolas Keramidas, enlumineur du Grimoire de l'inventeur
- Obion, la troisième vague du Crépuscule

Chroniques sur BDGest :
- Donjon Zénith, tome1 : Coeur de Canard
- Donjon Crépuscule, tome 1 : Le cimetière des dragons
- Donjon Potron-Minet, tome 1 : La chemise de la nuit
- Donjon Parade, tome 1 : Un donjon de trop
- Donjon Monsters, tome 1 : Jean-jean la terreur

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
8.1

Informations sur l'album

Donjon Potron-Minet
-99. La chemise de la nuit

  • Currently 4.28/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.3/5 (85 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    the cereal killer Le 24/04/2015 à 09:14:14

    Le dessin de Blain n’est pas aussi beau que dans Gus ou Isaac le pirate et comporte quelques imperfections mais illustre royalement la période Potron-Minet ,plus sombre que les autres... Hyacinthe est encore un enfant naïf pendant cette époque et il va à Antipolis ,chez son oncle... Cette période commence par ce bel opus qui vaut pour moi 18/20

    minot Le 07/04/2012 à 16:05:22

    LA CHEMISE DE LA NUIT inaugure de fort belle manière la série "Potron-Minet". L'album a son charme, mais il ne me convainc pas totalement. En effet, le héros Hyacinthe m'exaspère, je le trouve insupportable de naïveté et de candeur. Je lui préfère de loin certains personnages secondaires comme cet enfoiré de Jean-Michel ou la ténébreuse et pulpeuse Alexandra. Qui plus est je ne suis pas fan du dessin de Blain sur cet album-ci, je le trouve assez hésitant.
    Un bon album quand même dans l'ensemble, mais avec quelques petites imperfections qui me gênent toujours.

    Meiji Le 05/05/2008 à 20:52:01

    La meilleure des série Donjon selon moi. Le dessin de Blain est très vivant et convient très bien pour illustrer les aventures de Hyancinte. Mais là où on voit vraiment qu'on est dans de la grande bande dessinée c'est avec l'histoire originale, trépidante et bien ficelée sans pour autant se prendre la tête.
    En merveille.

    Guyomar Le 17/02/2008 à 12:42:06

    Premier Potron Minet avec Blain à la baguette. Découverte de Hyacinthe et naissance de la chemise de la nuit. Découverte aussi des personnages de Jean-Michel, d'Alexandra et de Antipolis...Le trait de Blain est tout simplement excellent et colle parfaitement avec le ton de la période potron minet : couleurs, architecture...
    Complètement indispensable donc pour les amateurs du Donjon...

    marcel.d Le 16/12/2005 à 23:14:48

    J'ai du feuilleter ça.... bien obligé..
    Pour être honnete, j'ai jamais lu du "sfar", et aprés cela, je pense que ça va continuer.. et qu'il est abusif de proclamer son énorme talent partout...

    2: BD pour amateurs (et critiques de Libé)

    safedreams Le 14/10/2005 à 23:57:28

    Le dessin magique de Blain ajouté à la belle naiveté touchante de Hyacinthe, le héros, fait de cette série une bien belle réussite très très agréable à lire. Pour passer un très bon moment.... Vivement la suite !!!!