Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Donjon Monsters 1. Jean-Jean la Terreur

24/04/2008 9520 visiteurs 6.8/10 (8 notes)

D ans une auberge isolée en pleine forêt de Terra Amata, cinq aubergistes se lamentent : les clients se font rares. Et donc, il commence à faire faim. D'autant que cette auberge est pis qu'espagnole : on n'y mange pas ce qu'on y apporte, mais ceux qui y viennent. Mais voici qu’un singulier voyageur se présente, occupé à bavarder avec son épée… Un fou ? Non : Guillaume de la Cour, nouveau porteur de la légendaire épée du Destin.

Jean-Jean la terreur, huitième album de la saga Donjon, inaugure l’extension Donjon Monsters, dont la vocation première était de « raconter une grande aventure d’un personnage secondaire du Donjon » ; le fameux quart d’heure de célébrité prophétisé par Andy Warhol. En apparence, il s’agit ici de montrer la genèse de Jean et Jean, un ou plutôt deux employés du Donjon aussi inoffensifs que bizarres – ils ressemblent à deux demi-patates, chacune disposant de deux jambes, mais seulement un bras, un œil et une oreille. Dans les faits, l’album permet surtout d’introduire un des personnages les plus marquants de la saga, un oiseau nommé Guillaume de la Cour. Roublard, baratineur, cupide, procédurier, arnaqueur, menteur, d’une fourberie à toute épreuve mais incroyablement inventif quand il s’agit de défendre ses intérêts, De la Cour est « nul à la bagarre », mais redoutable par sa force de persuasion et son infernale radinerie. Depuis Iznogoud, on avait rarement vu un méchant aussi plaisant ; De la cour reviendra de façon récurrente tourmenter le gardien et ses accolytes.

Deux innovations sont apportées par l'extension Monsters : tout d’abord, le fait de confier l’univers Donjon, le temps d’un album, à un dessinateur invité. A Mazan succèderont Menu, Andreas, Vermot-Desroches, Yoann, Blanquet, Blutch, Carlos Nine, Killoffer, Bézian, Stanislas et Kéramidas. La seconde innovation consiste à accompagner les trois époques principales avec des intrigues intermédiaires, qui révèlent ce qu’il se passe à différents moments de la saga, sans avoir à attendre que Potron-minet, Zénith et Crépuscule aient suffisamment progressé. On se souvient en effet que la numérotation des albums, qui court d’un tome -99 à des volumes portant des numéros supérieurs à 100, suggère un potentiel d’au moins deux cents chapitres. Jean-Jean la terreur est estampillé niveau -4, c’est-à-dire que l’action se déroule un peu avant Cœur de canard, avant que la capricieuse épée du Destin ne soit récupérée par Herbert.

Plus qu’aucun autre tome de la série, Jean-Jean la terreur met en scène des personnages empruntés à notre monde : Guillaume de la Cour, Mourad le pirate et Yvette. Point n’est besoin d’une immersion très spécifique dans la bande dessinée pour comprendre l’allusion très directe aux éditeurs Guy Delcourt et Mourad Boudjellal (fondateur des éditions Soleil) dans les deux premiers personnages. En revanche, le nom Yvette nécessite quelques explications : il s’agit d’un hommage à une authentique Yvette, collectionneuse et chasseuse de dédicaces jugée particulièrement, disons, attachante par les auteurs, qui l’ont représentée sous forme d’une créature tentaculaire (attachante, donc). Cette précision n’est pas indispensable à la compréhension de l’album, mais il est amusant de constater que Trondheim et Sfar ont, dans la même aventure, donné vie à leur éditeur et à une de leurs fans les plus assidues.

Doté d'un humour gentiment corrosif, cet album peut être lu tout à fait indépendamment du reste de la série. Les Donjonphiles retiendront peut-être surtout que cet album révèle la teneur des pouvoirs spéciaux de l'épée du destin.



» Sommaire du spécial Donjon 10 ans sur BDGest :

Une brève histoire de Donjon

Interviews
- Nicolas Keramidas, enlumineur du Grimoire de l'inventeur
- Obion, la troisième vague du Crépuscule

Chroniques sur BDGest :
- Donjon Zénith, tome1 : Coeur de Canard
- Donjon Crépuscule, tome 1 : Le cimetière des dragons
- Donjon Potron-Minet, tome 1 : La chemise de la nuit
- Donjon Parade, tome 1 : Un donjon de trop
- Donjon Monsters, tome 1 : Jean-jean la terreur

Par J. Briot
Moyenne des chroniqueurs
6.8

Informations sur l'album

Donjon Monsters
1. Jean-Jean la Terreur

  • Currently 3.44/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (86 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    the cereal killer Le 30/04/2015 à 21:09:42

    Ce donjon n’est pas indispensable mais le voile est quand même levé sur beaucoup d’éléments du reste de la série et c’est quand même Donjon...
    Le dessin est assez original mais Mazan ,malgré ses deux Donjon ,est loin d’être le meilleur dessinateur de la série.

    Mais quand même 15/20

    minot Le 07/04/2012 à 17:25:51

    JEAN-JEAN LA TERREUR inaugure de manière astucieuse la série "Monsters". L'histoire peut paraître anecdotique (on apprend en gros comment des monstres "de seconde zone" comme Jean-Jean ou Métacarpe ont réussi à se faire embaucher au Donjon, ce dont on se fout pas mal finalement, cet élément n'ayant aucune incidence sur la trame générale des séries "Donjon"), mais elle introduit de manière très subtile l'excellent Guillaume de la Cour, qui sera l'un des personnages secondaires les plus important de la série par la suite.
    Les lieux présentés au cours de cet opus sont variés et sympa, certains là encore acquerront par la suite une importance plus ou moins capitale (Divinascopus dans les "Monsters" 3&4 et le Parade 5 et Poisson-Ville dans le "Monsters" 9 et le Parade 5).
    Le fil narratif est assez linéaire mais l'histoire se lit avec beaucoup de plaisir. Le dessin raffiné et agréable de Mazan classe définitivement ce JEAN-JEAN LA TERREUR dans la catégorie des bons (voire très bons) "Donjon".

    xamafr Le 01/10/2008 à 11:25:49

    Vive les bibliothèques municipales! On peut à moindre frais y découvrir les séries dont tout le monde parle et qu'on a pas, a priori, envie d'acheter. Bilan pour cet album, le premier que je lis dans la série "Donjon": Mouais, bof. Le dessin est franchement rudimentaire, l'histoire est certes gentiment débile mais l'humour ne casse pas trois pattes à un canard. En lisant cet album, j'ai à peine souri et j'avoue que j'ai trouvé le temps long. Franchement, j'ai du mal à comprendre l'engouement actuel. Allez, je ne suis pas chien, je donnerai une seconde chance à la série, en tapant cette fois dans "Donjon Zenith", c'est peut-être meilleur?...

    Guyomar Le 18/09/2007 à 13:32:41

    C'est sûrement pas le Monster le plus indispensable mais il a le mérite de nous présenter deux ou trois personnages récurrents de la série et leur entrée dans le Donjon et notamment l'horripilant Guillaume de la Cour. Reste un tome assez drôle accompagné du très classe dessin de Mazan.

    Croaa Le 06/06/2003 à 06:50:27

    Ce n'est pas la partie du Donjon que j'ai le plus aimée. Le dessin est de bonne qualité, mais le scenario m'a un peu déçu, déçu est un terme un peu fort, disont qu'il ne m'a pas passioné. Bon j'ai tout de même passé un agréable moment et je continue mon exploration, je ne suis pas prêt de m'arréter....