Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

J usqu’où peut aller l’Art ? Jusqu’où peut aller l’homme ? Faut-il se méfier des artistes ?

Petit rappel historique pour bien situer le contexte : le 20 juillet 1909 Le Figaro publie le Manifeste du futurisme écrit par le poète italien Filippo Tommaso Marinetti. Apologie de l’agressivité, de la guerre, du mécanique, de la vitesse, ce courant artistique violent, qui deviendra art officiel fasciste, se veut rompre avec l’aspect figé, un tantinet condescendant et bourgeois, de l’art figuratif.

Paris, 1912. Luciano Salvatori, imprégné du courant futuriste, affine ses convictions en les confrontant à celles d’Apollinaire, de Picasso, de Busoni. Il partage sa vie avec Marie et, comme beaucoup de peintres, vit chichement. Lors d’une soirée de vernissage, un certain Monsieur Channar, lui demande de réaliser cent « scènes d’une guerre future ».

L’histoire est finement construite. Après avoir situé la philosophie du courant artistique en l’élargissant bien sur le plan transversal, le scénario se focalise sur l’évolution du personnage principal. L’intensité monte progressivement en puissance. L’artiste végète. Son quotidien reste éloigné de ses idées et de ses aspirations. Vient enfin le jour où lui est offerte la possibilité de réellement s’exprimer et de pouvoir bien vivre. Il se livre alors totalement. Tout dans ce qu’il fait, tout de ce qu’il ressent devient sujet d’inspiration et matière à création. Il est et vit en futuriste. Jusqu’au choc. L’agitateur de culture est confronté à sa conscience et à sa libre expérience lorsque la réalité rejoint, voire dépasse, ses revendications et se fait plus violente que sa propre expression.

L’alchimie entre les auteurs qui livrent pourtant là leur première publication en bande dessinée s’opère parfaitement. Le ton sépia confère un coté rétro adapté à l’époque. La variété du découpage des planches, l’insertion de croquis en noir et blanc et de photos, les jeux de changement de style dans la calligraphie et le dessin surprennent et apportent du rythme. Le trait est expressif.

L’ouvrage interpelle sur le fond. Les artistes se font-ils seulement les témoins d’une époque ou peuvent-ils, consciemment ou malgré eux, aller jusqu’à influencer le cours de l’Histoire ? Gageons que, à toujours vouloir bouger les lignes et être plus modernes, nos contemporains ne nous renvoient un jour vers ce futur.

Par C. Constant
Moyenne des chroniqueurs
7.3

Informations sur l'album

Le futuriste

  • Currently 3.07/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.1/5 (15 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.