Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Rosalie Blum 1. Une impression de déjà-vu

03/03/2008 8668 visiteurs 8.0/10 (3 notes)

C hronique de dépressifs provinciaux. L’existence tranquille, voire ennuyeuse de Vincent, coiffeur de son état, va être perturbée suite à une rencontre, tant bien même ce terme puisse paraître excessif dans le cas présent. Effectivement, c’est plus une vague réminiscence de quelqu’un, quelque chose qu’il ne parvient pas à identifier clairement dont il s’agit. L’élément déclencheur s’avérera être une femme dont la vie semble tout aussi monotone, quelques années en plus ayant cependant accentué les symptômes. Vincent est logé par sa mère vieillissante, dans un appartement situé en dessous du sien. Cette dernière se distingue par un caractère excessif et possessif qui n’aide en rien son fils à voler de ses propres ailes.

La profonde qualité de cet ouvrage signé Camille Jourdy réside dans cette faculté à transcender les choses insignifiantes. L'histoire avance à petits pas, ce qui permet de se laisser porter par la langueur déprimée du récit et, ainsi, de goûter pleinement à ces détails qui en constituent la force évocatrice. Le spleen qui hante le fond n’a cependant rien d’étouffant, tout d’abord parce que l’auteur entretient un rapport attendri avec ses personnages, mais aussi parce que l’ensemble n’est pas dénué d’un humour assez fin. Cela se ressent tant au niveau de la narration et des dialogues que d’un point de vue graphique. Le coup de crayon ne cherche pas l’esbroufe, mais se met efficacement au service de l’histoire et c’est une atmosphère paisible et bucolique qui se dégage d’une mise en couleurs aux tons pastels.

Cette lecture permet de s’interroger sur une certaine vacuité que peut revêtir un quotidien sans « extra ». Elle évoque la folie légère qui peut se développer derrière les rideaux, dans la solitude et le mal-être. Elle offre aussi une vision un peu moins idyllique de la vie provinciale que ne pourraient la rêver les citadins. Il en ressort une bande dessinée qui n’est pas à proprement parler classique, mais qui parvient toutefois à se lire sans peine. Le coup de force de ce premier tome intitulé Une impression de déjà-vu est qu’il réussira à maintenir ses amateurs en haleine jusqu’à la dernière page, alors que ses détracteurs souligneront qu’il ne se passe pour ainsi dire rien. En effet, mais il est cependant difficile, au cours de cette lecture plus cérébrale que brutale, de ne pas se prendre au jeu de suivre Vincent dans cette espèce de tunnel au bout duquel il croit voir briller une lumière fascinante. Pleine de promesses ? Deuxième performance, rien ne transparaît de ce qui peut advenir par la suite : toutes les hypothèses restent ouvertes tant Camille Jourdy a cadenassé sa construction. Ainsi, ses lecteurs pourront profiter à loisir de ce moment de frustration qui consiste à devoir se cantonner dans la supposition, dans cet intermède toujours trop long qui se situe entre deux parutions.

Chronique enthousiaste d’un album qui fleure bon l’antidépresseur !

Par F. Mayaud
Moyenne des chroniqueurs
8.0

Informations sur l'album

Rosalie Blum
1. Une impression de déjà-vu

  • Currently 3.90/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (42 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    zenheat Le 16/12/2009 à 17:47:25

    Un pur moment de bonheur, j'ai notamment beaucoup apprécié le dessin et les couleurs, la mise en page (ou mise en scène?), et les personnages tous très touchant et attachant. Par ailleurs, j'ai aussi aimé le ton, et l'humour toujours délicat de cet album.