Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

KGB 2. Le sorcier de Baïkonour

03/03/2008 8070 visiteurs 4.0/10 (3 notes)

D ’étranges phénomènes sont apparus au Kremlin, entraînant la disparition du chef du KGB. Des agents dotés de pouvoirs étranges sont sur la piste d’un mystérieux docteur qui dirige actuellement les opérations à Baïkonour, où l’URSS compte bien damer le pion aux Etats-Unis dans la conquête spatiale. Mais sur place, d’autres événements inexplicables se produisent…

Le simple titre de cette série contient déjà en lui-même une puissante force évocatrice qui entraîne à elle seule le lecteur dans un imaginaire peuplé de mystère, de violence, de secret. Mais Valérie Mangin ne s‘est pas contentée d’un bon titre : les couvertures des deux premiers volets constituent presque une leçon de marketing BD. Trois lettres « magiques » jaunes sur un grand aplat rouge vif, avec une jeune femme à demi-nue sur un pentacle sanglant devant le Kremlin pour la première, une sorte de Raspoutine muni d’une seringue encadré par une croix gammée et le célèbre couple faucille-marteau sur la seconde. Si l’objectif d’une couverture est d’attirer l’attention, difficile de faire plus fort.

Il est rare que des couvertures racontent autant d’histoires, juste à l’aide de quelques symboles. Le graphisme sobre et clair de Kerfriden, souligné par des couleurs peu nuancées, y contribue d’ailleurs largement. Le paradoxe, c’est que dans ce registre, elles sont probablement plus efficaces que les albums eux-mêmes. Valérie Mangin est coutumière des intrigues complexes, et celle-ci ne fait pas exception à la règle. Exploitant pleinement l’imaginaire associé aux services secrets communistes, elle y ajoute un ingrédient inattendu, le fantastique. L’idée n’est pas inédite (Cf. Blake et Mortimer ou plus récemment le très bon Je suis Légion), mais le mélange des genres nécessite un certain doigté, notamment dans les dialogues, sous peine de friser rapidement le ridicule.

Le premier tome était parfois bancal, la faute à des personnages tantôt outranciers, tantôt insignifiants. Dans celui-là, l’astuce consistait à entretenir le suspense par l’absence du mystérieux Dr Von Ausch à l’origine des mystérieux phénomènes entrevus au Kremlin. A l’inverse, dans cette seconde partie, celui-ci occupe une place centrale et, fatalement, écrase complètement des personnage secondaires déjà peu convaincants. La part de mystère s’évanouit également très vite, puisque les phénomènes surnaturels font désormais partie du décor sans qu’il soit nécessaire que les protagonistes s’en inquiètent. En arrière-plan, les sous-sols du Kremlin font place à la base de Baïkonour et Youri Gagarine succède à Nikita Krouchtchev en « guest-star ». Discret, lisible, le dessin ne change pas grand chose à l’impression d’ensemble, les couleurs parfois criardes s’avérant finalement bien moins surprenantes que certains rebondissements.

Au final, le rôle du KGB dans ce curieux méli-mélo semble bien secondaire. La série aurait tout aussi bien pu s’appeler CIA ou Stasi (DGSE, ça fait quand même un peu ringard), ce que semble confirmer un final qui bascule totalement dans le fantastique. Dès lors, on se demande s’il était bien opportun d’interpeller les amateurs d’espionnage avec un tel titre, quitte à les perdre définitivement dans ce deuxième tome qui n’a plus grand chose à voir avec ce registre. Pour les amateurs de surnaturel, il est encore tôt pour se faire une véritable idée, trois tomes restent à venir.

Par M. Antoniutti
Moyenne des chroniqueurs
4.0

Informations sur l'album

KGB
2. Le sorcier de Baïkonour

  • Currently 1.77/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 1.8/5 (31 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    laure-line Le 02/03/2008 à 00:21:19

    Le premier tome ne m'avait pas convaincu. Ce deuxième confirme la bêtise de l'histoire. C'est un tissu d'idioties que l'appellation "aventure fantastique" ne peut excuser. Un scénario indigeste, absolument pas crédible et un dessin tout à fait quelconque. Un achat et une lecture que l'on ne peut que regretter.

    voltaire Le 07/02/2008 à 08:35:13

    On ne peut pas reprocher à Valérie Mangin un manque d'originalité. Au contraire. On aimerait au contraire un scénario plus construit, moins hallucinogène. Il y a certes quelques progrès par rapport au premier album, mais encore très insuffisants pour en faire quelque chose de digeste.
    Le dessin lui est de mieux en mieux mais ne peut compenser l'incongruité de l'intrigue.