Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

C.O.P.S. 1. Crash sur South Central (1/2)

28/02/2008 6805 visiteurs 4.5/10 (2 notes)

E n 2031, la Californie a fait sécession du reste des Etats-Unis. Depuis la déclaration de son indépendance, il y a près de cinq ans, cette République est devenue une terre d’asile pour bon nombre de criminels, de psychopathes et d’illuminés en tous genres. Cet exode de populations indésirables vers la Cité des Anges a d’ailleurs transformé certains quartiers en véritable No Man's Land. Pour faire face à cette criminalité galopante, les pouvoirs publics ont créé une unité spéciale qui seconde de manière musclée les forces de police locales : le C.O.P.S. (Central Organisation for Public Security). Tandis que Gregory Colinas, arrivé tout droit de l’Académie, vient de rejoindre l’une des trois sections du C.O.P.S., le jet du magnat de la presse et conseiller municipal William McAdam se crashe au beau milieu de South Central. Brenda McAdam, la fille du multimillionnaire et seule rescapée du vol, est portée disparue dans cette zone dévastée par les bidonvilles, la pauvreté et la violence des gangs. L’officier Martin Baker et sa nouvelle recrue sont chargés de la retrouver. Parallèlement à l’enquête officielle, le père de la jeune femme lance une opération privée dans ce ghetto de L.A..

A l’origine, C.O.P.S. est un jeu de rôle édité par Asmodée dont l’univers policier futuriste se voit aujourd’hui adapté en bande dessinée au sein de la Collection Neopolis de Delcourt. A l’instar du jeu, ce projet totalement indépendant scénarisé par Marc Sautriot et dessiné par Antonio Sarchione s’inscrit dans l’esprit des séries TV américaines. Des histoires complètes en deux tomes et des intrigues de fond sur des périodes plus longues qui, à l’image de la Collection Impact chez le même éditeur ou d’autres parutions telles que Haute Sécurité chez Dupuis, confirment l’influence grandissante des feuilletons télévisés US sur le neuvième art franco-belge.

Une brève description de l’univers de C.O.P.S., dès la page de garde, permet aux auteurs de démarrer ce premier récit sans passer par une introduction géopolitique ou une mise en place détaillée. Le lecteur se retrouve dans une Amérique qui, trop occupée à gérer ses guerres à travers le monde et ayant commis l’erreur de négliger ses problèmes internes, a perdu le contrôle d’une de ses principales régions. Partant de ce postulat de base qui n’est pas sans rappeler celui de l’excellente série DMZ, Marc Sautriot invite à découvrir le quotidien de l’unité d’élite du C.O.P.S. en suivant les premiers pas du petit nouveau. Si l’intrigue policière est divertissante malgré une impression de lenteur souvent inhérente à ce genre de mise en place, l’univers qui l’entoure requiert un peu plus d’attention. Il reste donc à espérer qu’au fil des tomes cette série lève le voile sur les origines de ce mouvement sécessionniste, ainsi que sur le fonctionnement du reste des Etats-Unis.

Graphiquement, le dessin d’Antonio Sarchione (Fédération) s’améliore au fil des planches et offre une grande lisibilité à l’album. Soutenu par la colorisation informatique de Lou, le dessinateur d’origine italienne assure également l’unité graphique avec la gamme de jeu en s’appuyant sur les designs et autres travaux réalisés par Aleksi Briklot (illustrateur de jeux et de Spawn Simonie). Un bonus de huit pages en fin d’album permet d’ailleurs de contempler quelques recherches visuelles et livre un aperçu du travail d’Erwan Le Saëc en tant que storyboarder.

Pour son premier album, Marc Sautriot livre une enquête policière rondement menée dans un style qui reprend les codes de certaines séries télévisées U.S. L’environnement d’anticipation déployé en toile de fond demande cependant à être approfondi par la suite, afin de donner plus de profondeur à cette série.


Découvrez également :

L’univers de jeu C.O.P.S.

Par Y. Tilleuil
Moyenne des chroniqueurs
4.5

Informations sur l'album

C.O.P.S.
1. Crash sur South Central (1/2)

  • Currently 2.67/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.7/5 (43 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    le spectre Le 30/01/2008 à 22:55:48

    Bonne surprise de chez Delcourt qui semblait décliner à mon sens.
    Une très bonne Bd d'anticipation avec un scénario et une ambiance qui se met en place dans ce premiers tome. Des personnes intéressants, non caricaturaux et un environnement qui sont tous deux biens dessinés. Un bon achat à recommander. Une très bonne nouveauté de début d'année.