Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Bunker (Betbeder/Bec) 2. Point zéro

25/02/2008 12186 visiteurs 6.7/10 (3 notes)

A leksi Stassik a un destin qui dépasse celui d'un simple homme de troupe. Ils sont désormais quelques-uns à savoir qu’il est la pièce centrale des opérations qui vont conditionner l’avenir du Velikiistok et des territoires alentours. Avec ses compagnons, il est affecté dans les territoires du Sud. Là où se joue une négociation cruciale entre les émissaires représentant son État et le prince local. Pour les représentants du Nord, l’enjeu est simple et ordinaire : pourvoir aux besoins en énergie fossile de leur armée engagée dans une guerre contre les Ieretiks. Pour ceux du Sud, l’enjeu est moins conventionnel.

Injuste. Le jugement formulé à l’issue du premier tome de Bunker était vraisemblablement injuste. Il faut dire qu’il était assez facile de laisser tomber une sentence rapide, et convenons-en, lapidaire utilisée dans nos colonnes. Les frontières interdites concentrait divers éléments qui, placés côte à côte, résonnaient comme une polyphonie de casseroles, adoptant le rythme des pages tournées.

Tout d’abord, l’impression de se voir resservir la même ration du soldat par le cuistot Bec, à peu de choses près : le constat était tentant de voir transposée l’ivresse des profondeurs de Sanctuaire dans celle de l’altitude de Bunker, avec des hommes de troupe confrontés à un péril d’origine inconnue. Un auteur a beau toujours plus ou moins creuser le même sillon, la répétition apparente jouait en sa défaveur. Il y avait aussi cette citation de Lovecraft en ouverture. Un détail, mais qui symbolise et rappelle trop d’écueils dans lesquels sont tombés certains récits qui se sont autorisés toutes les approximations vaseuses sous prétexte de devoir composer avec « l’innommable » et « ce qui ne se montre pas ». Enfin, et pour réduire la facture et faire court, le coup de l’Elu, à force d’être lui aussi réchauffé, arrache désormais des bâillements encore plus las que méfiants et suscite très très rarement l’enthousiasme.

Heureusement, Point zéro vient remettre les pendules à l’heure. Il oblige même à relire son prédécesseur avec un autre œil, ce qui est franchement salutaire pour le lecteur comme pour la série. Le changement de lieu, brutal, aura suffi à créer le choc qui permet de reconsidérer son approche. Le passage des sommets enneigés baignés de lumière bleutée au désert brûlant et doré permet de véritablement tourner la page. L’introduction d’une dimension stratégique bonifie le discours sans pour autant que l’intrigue initiale soit abandonnée, ni même temporairement éclipsée. Ce n’est pas à proprement parler une mutation mais bien une valeur ajoutée et une épaisseur supplémentaire qui sont apportées. Reste à savoir ce que les auteurs feront de cette ambitieuse exploration des relations entre des puissances ennemies qui crée un contexte géopolitique tout à fait intéressant. On se souvient par exemple que l’auteur de Red eyes, Jun Shindo (Panini) avait laissé entrevoir, en ouverture de sa série, une relecture de la guerre des Balkans au service d’une œuvre de fiction avant de s’en éloigner très rapidement pour transformer l’argument en toile de fond largement sous-exploitée. Ch. Bec et S. Betbeder ont créé une attente en plaçant la barre haute sur ce plan en échaffaudant ce contexte ambitieux. Rappelons que le scénariste japonais a déjà développé son univers en livrant à ce jour plus de 2.700 pages d'une série encore inachevée tandis que les deux Européens disposent d'un peu plus de 300 planches. A eux de ne pas décevoir et de composer avec cette contrainte.

Avec cet atout, le fait d’être régulièrement « largué » par les soubresauts temporels passe plus aisément. Le duo a gagné la confiance du spectateur de ce théâtre des opérations et peut alors tirer les ficelles comme il l’entend. Pour un temps au moins. L’intégration d’éléments tout droit hérités du fantastique, voire de la pure S-F, est ainsi attendue sans crainte particulière. Et la dernière séquence est porteuse d’espoir, comme les cliffhangers réussis savent l’être. Le passage de témoin au dessin se fait quant à lui en douceur. Le style de N. Genzianella emprunte probablement moins à la touche quasi-photographique de certains traits de son prédécesseur, en particulier pour les visages, mais son approche, elle aussi réaliste, adoucit une transition également facilitée par la continuité du travail de la coloriste, M.-P. Alluard.

La conclusion s’impose d’elle-même : Bunker est une série exigeante, qui requiert une attention soutenue et un degré de concentration minimum. Elle impose de scruter et de conserver en mémoire chaque indication, chaque repère. Pour l’heure, cela semble concerner uniquement un texte dont certains fragments s’ingénient à vouloir tromper l’attention du lecteur ; si le dessin venait à s’en mêler... Les auteurs avaient beau l’avoir annoncé dès l’entame de la pentalogie – osons le néologisme -, c’est seulement au cours de cette seconde partie qu’on se décide à leur accorder un large crédit. De là à imaginer qu’ils ont revu le schéma initial, et donc leur copie… Pas de mea culpa, simplement l’aveu d’avoir été pris à contre-pied, pour un plaisir à la hauteur de la surprise.

Chronique du t1 : Les frontières interdites

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
6.7

Informations sur l'album

Bunker (Betbeder/Bec)
2. Point zéro

  • Currently 3.39/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (131 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Spip 47 Le 08/10/2017 à 17:51:16

    Jamais une B.D, aussi NULLE aussi soporifique.Scénario évasif, découpage confus, mal fait Dessin obscur (On a peine a reconnaitre les personnages) Mélange indigeste de mysticisme, de fantastique et de science-Fiction) on comprend qu'au tome 3 qui sont les lérétick...Bof.. J,ai fait des efforts pour aimer cette B.D. mais peine perdu J'avais hate que ca finisse et je m'en suis débarasser

    roch59 Le 03/02/2013 à 09:47:09

    ce 2ème tome de BUNKER est, par les dialogues et le dessin bien inférieur au 1er opus...De plus la transition des sommets montagneux vers les espaces désertiques se fait brutalement, et le découpage des planches est très confus...Le scénario avance néanmoins (oh, à pas de loup, à la "grand-mère), mais le mystère nous pousse à être curieux et à ouvrir un 3ème volet, qui espérons le confirmera l'idée de départ d'une série qui a tout pour réussir...

    Oguz77 Le 26/11/2009 à 12:26:11

    Après un premier tome un peu fouillis, c'est une bonne surprise que de découvrir cette suite de meilleur facture que ce qui précédait. L'histoire est plus limpide, les planches plus aérés et le rapport aux personnages un peu moins alambiqué. Pourvu que ça dure !

    madlosa Le 03/03/2008 à 11:44:05

    Autant comme le tome 1 m'avait laissé un sentiment mitigé, autant comme Point zéro donne de la dimension eu récit. Il crée une rupture narrative salutaire en changeant le lieu et en attirant notre attention sur des évènements qui nous sont plus proche. "L'image de soldat dans le désert" sert de catalyseur à ce rebond et permet de remettre en perspective la lutte de pouvoir mettant en jeu des forces surnaturelles sans que cela viennent gêner le lecteur. Aleksi STASSIK devient notre point de repère et les dernières planches qui le voient avec Anika BORODINE, laissent augurer d'un troisième volume passionant s'il se révèle de la même veine.

    pierre999 Le 01/02/2008 à 22:24:03

    Bon, 7/10 (même si tout mon "être" veut mettre 8/10, je résiste !), car l'idée initiale est de Bec...Mais c'est vrai que ce dernier commence à s'essouffler ! Pourtant quel génie pour "Zéro Absolu" (même si le scénario semble un peu - bcp - abscons - 8/10) et Sanctuaire vraiment génial (8,8/10, les décimales ont leurs importances !). Ici, dès le T1 je me suis posé la question : pourvu qu'il ne fasse pas un remake de Sanctuaire....Hélas, même avec ce T2. cela semble se profiler...MAIS : Bec sera tjs Bec : ambiance fascinante et angoissante, même si répétition de séries en séries. PErso, avec ce T2, l'histoire s'agite un peu et commence a titiller mon intérêt plus que subjectif - je l'avoue - !!! MAIS, Ô oui, GRAND "MAIS" en ce qui concerne les dialogues : comme les chroniqueurs de BDGest, je trouve les textes primaires de chez primaires avec des références éculées de premières !! Et voilà t-y pas qu'on nous fait un remake de "USA in IRAK" même si ce n'est pas le cas "inside" (parallélisme idiot!).
    Mais, encore un MAIS...Je suis tjs aussi "pris" par cette BD, c'est viscéral chez moi avec Bec, j'adore...Aurai-je besoin d'un psy ??? :-) Bon, si j'essaie d'être objectif, cette BD est bonne sans plus, MAIS (encore !) est - au niveau du T2 - qd même indispensable ! Tout avis étant subjectif - pour le prouver, je déteste LArgo Winch à partir du T9 - ben oui, réfléchissez un minimum, bref, je donne une dernière chance à Bec de prouver qu'il peut rester "angoissant" en se "renouvelant" qlq peu...Et comme certains autres "avis" le disent, pour la série "les Loups..." il faudra vraiment qu’il nous étonne car le T1 de ladite série est…Pffft lamentable !
    Allez BEC !!! L’angoisse et le mystère tu connais, alors étonne NOUS !!
    Un petit mot sur la « reprise » pour le dessin : pas mal sans plus…Ce n’est pas Bec, Hélaaaaas. Allez, disons un peu plus que pas mal, on a vu pire, non ??!!