Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Je suis morte 2. "Comprendre"

25/02/2008 6278 visiteurs 6.0/10 (1 note)

D ans un monde qui a découvert les secrets de l'immortalité, Aster est l'une des seules à ne pas pouvoir envisager les charmes d'une vie éternelle. Comment appréhender une existence qui peut brusquement s'arrêter à chaque instant ? La jeune fille, devenue adolescente, profite à sa façon de ses années de sursis en compagnie de quatre garçons au destin similaire. Drogue et plaisirs divers et variés rythment la vie de ces marginaux, devenus pour tous des exclus, voire de dangereuses bêtes de foire. Ce mode de vie quasiment suicidaire va trouver ses limites après le décès de l'un d'entre eux.

Il a fallu attendre près de cinq ans pour connaître la suite de Je suis morte, une série prévue en trois tomes. Le premier présentait une société évoluée dans laquelle les progrès scientifiques ont notamment permis à tous les individus de vivre éternellement. Tous ou presque... Une maman a mis au monde, pour des raisons encore obscures, une petite fille de façon "traditionnelle". Celle-ci découvre très vite qu'elle n'est pas comme les autres et se trouve rapidement mise à l'écart d'un monde qui ne semble pas fait pour elle. Le deuxième tome est beaucoup moins factuel. Aster s'interroge, le lecteur avec elle, sur la valeur d'une existence dans un univers peuplé d'immortels. Frustration de ne pas pouvoir fréquenter l'infini ? Profiter de chaque instant comme si c'était le dernier ? Se donner la mort comme ultime privilège de choisir son heure ? Autant de questions que l'auteur met en scène à travers le parcours de l'adolescente et de ses amis.

Il est parfois difficile de se sentir vraiment concerné dans le monde créé par J.D. Morvan et de comprendre les aspirations et les inquiétudes d'Aster. D'autant qu'il est aussi frustrant de ne pas en savoir un peu plus sur l'autre partie de la population, celle qui dispose de l'éternité. Comment conçoit-elle le temps qui passe ?
Possède-t-elle encore des rêves et des fantasmes ? Comment règle-t-elle les problèmes de la surpopulation, thème survolé dans le récit ? Il faut finalement attendre la fin de l'album pour que l'histoire prenne une autre dimension, plus spirituelle, plus émouvante.

Les petites déceptions scénaristiques sont en partie effacées par le dessin envoûtant de Nemiri. Il parvient à donner une importance capitale à la notion de temps en jouant avec son trait. Suspendu quand il s'attarde sur un visage ou un regard, furtif quand les personnages sont à peine esquissés ou insaisissable quand leurs mouvements sont habilement représentés par quelques coups de crayon donnant une réelle impression de fuite en avant. Quant aux couleurs, leur relative pâleur évoque un monde futuriste entièrement aseptisé.

La fin de "Comprendre" laisse envisager un troisième et dernier tome prometteur et intéressant. Néanmoins, le récit devra peut-être se départir d'un aspect philosophique trop lourd qui risque, à la longue, de devenir rébarbatif. D'autant que le personnage d'Aster devient, au fil de l'histoire, des plus attachant.

Par L. Gianati
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Je suis morte
2. "Comprendre"

  • Currently 3.42/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (36 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.