Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les colocataires 3. Retour sur investissement

21/02/2008 6162 visiteurs 5.3/10 (3 notes)

D eux mois sont passés depuis que Jean Mi a claqué la porte de sa boîte de com’ et s’est lancé dans un semblant de « coming out » lors de la beuverie qui a suivi. Max poursuit sa descente dans les méandres du surendettement avec une agaçante inconscience, si ce n’est pour ce qui concerne le contenu du portefeuille de ses parents. Toine, « rock star » en devenir, trimballe sa déprime sur les marchés. Enfin, Julien fait ses débuts dans l’enseignement, chez les curés du lycée Notre Dame. Tout ce petit monde, encore attiré par certaines facilités de l’adolescence, se croise dans une colocation qui se présente comme l'ultime refuge avant leur passage chez les adultes. Ils s’y accrochent !

Frais et sympa sont des qualificatifs qui caractérisent relativement bien le ton de cette série que Retour sur investissement vient clore. En effet, les pérégrinations de ce quatuor dans une ambiance de sitcom post ado améliorée prêtent à sourire. Certes. Mais la synergie de ce duo d’expert de la jeune attitude n’atteint cependant pas les sommets escomptés, le professionnalisme ayant, dans le cas présent, raison du naturel. Rien à redire sur la construction, c’est presque parfait et les éléments s’emboîtent les uns aux autres avec cohérence. Seul bémol en ce domaine, la fin semble avoir été brusquée. Mais il manque aux colocataires la part d’exotisme qu’offre Sylvain Runberg dans London calling pour vibrer et la dimension humaine que s’applique à développer Christopher dans Les filles pour se sentir concerné. Les protagonistes, peu attachants, souffrent de la comparaison.

Sans être particulièrement gaie, la mise en couleur de Mathilda, qui remplace à cette tâche Delf, s’en porte garante, ça n’en reste pas moins drôle avec notamment quelques tacles biens vus portés à certains maux de notre début de siècle. Le dessin est constant, avec ce trait si propre à Christopher, même s’il a été connu plus enclin à jouer avec les détails.

Cet album venant achever cette trilogie a une connotation plus déprimée dans son contenu que ses prédécesseurs, ce qui a tendance à le desservir. Il manque un brin de plaisir dans cette série.


Chronique du T.2 : Gueules de bois Par F. Mayaud

Moyenne des chroniqueurs
5.3

Informations sur l'album

Les colocataires
3. Retour sur investissement

  • Currently 2.87/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (23 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    mrpitoff Le 18/10/2009 à 12:51:41

    Alors pour la pub, c'est vrai : il y a une vignette pub comme pour le premier album. A vous de la trouver.

    Le graphisme s'est simplifié, quelques trouvailles (pages 41) ou du baclé (maison de la page 46) mais là encore, les 2 auteurs se cherchent... Mais quoi au fait ?

    Bref, pas de quoi casser des briques. Ce que je n'ai pas aimé, c'est d'avoir trouvé cet album à prix discount dans une grande surface... l'année même de la première publication. Cela n'est pas respecter le travail des auteurs.