Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Donjon Monsters 12. Le grimoire de l'inventeur

07/02/2008 12020 visiteurs 7.0/10 (6 notes)

L e passé de Vaucanson est à ce point chargé d'histoire que n'importe qui peut y creuser n'importe où et il tombera forcément sur des vestiges archéologiques. C'est du moins ce que prétend la légende. Le professeur Cormor, quant à lui, ne dirige pas ses fouilles au hasard : il recherche le laboratoire de l'Inventeur, celui qui forgea les fameux automates animés par les flammes de vie du démon Kalador. Un secret oublié de tous qui pourrait bien ressurgir, suscitant la cupidité des uns et la soif de puissance des autres.

Autant ne pas y aller par quatre chemins, il y avait un moment que la lecture d'un Donjon n'avait plus été si réjouissante. Et ce n'était pourtant pas gagné d'avance, ce nouvel épisode étant dans la prolongement du précédent Monsters qui, pour de nombreux fans, avait constitué une amère déception. Un mauvais souvenir bien vite oublié tant Le grimoire de l'inventeur reprend toutes les qualités de la période Zénith. A savoir ? Il s'agit surtout d'une ambiance générale tout en légèreté, que ce soit par des dialogues drôlatiques ou un humour de situation délectable, mais qui n'empêche pas des moments plus tristes, voire tragiques. Comme aux meilleurs moments de la série, Sfar et Trondheim parviennent aussi à y aborder des thèmes plus sérieux en marge de la trame principale : le progrès technologique et son inévitable mauvaise utilisation, les dérives d'un pouvoir mis au service d'intérêts personnels, le sens du sacrifice, le scandale des hommes d'affaires sans foi ni loi... Tout cela ne donne pas lieu à une réflexion profonde sur le sens de la vie (et ce n'est d'ailleurs pas le but) mais rend l'ensemble plus solide, permettant de goûter d'autant mieux les délires qui parsèment le récit.

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, le regain d'intérêt pour le monde du Donjon s'accompagne ici d'une surprise de taille aux dessins. Il est en effet assez inattendu de voir débarquer Keramidas, l'une des figures de proue de l'écurie Soleil, dans un univers plus habitué à lorgner du côté des productions dites alternatives. Le résultat n'en est pas moins d'excellente facture et le dessinateur de Luuna s'approprie avec classe le style Donjon, donnant à ses personnages un air très "Disney" qui souligne parfaitement les expressions des visages. Ses décors et autres vues aériennes, survolant entre autres un grand Poupoulou habilement revisité, marquent également par leur minutie. Quant aux couleurs de Walter, elles sont comme toujours à l'abri de toute critique.

Bien rythmé et élégant, ce Grimoire de l'inventeur renoue avec la qualité des meilleurs Donjon. Un soulagement...

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Donjon Monsters
12. Le grimoire de l'inventeur

  • Currently 3.89/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (85 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    minot Le 18/04/2012 à 18:48:20

    L'histoire est immensement drôle et l'intrigue est bien travaillée, avec de nombreux personnages tous plus attachants les uns que les autres. Comme en plus le dessin de Kéramidas est des plus plaisants, ce douzième "Monsters" s'avère être une vraie réussite.
    Un album dans la lignée des tout premiers "Zénith", dans une atmosphère et un ton qu'on croyait révolus et dont on n'imaginait plus les auteurs capables de les développer à nouveau.

    excessif Le 26/03/2008 à 07:16:22

    Si la série "Monsters" de l'oeuvre-monde du "Donjon" a depuis longtemps changé de rôle - loin d'être comme prévu au départ, le récit des "aventures d'un personnage secondaire", elle est aujourd'hui au coeur même de la saga (12 tomes parus, bien plus que les autres !) et sert surtout à construire avec une richesse de détails absurde toute la mythologie et la topographie de cet univers polymorphe... Qui ressemble aujourd'hui de plus en plus, caché derrière l'humour et le second degré, à une oeuvre titanesque dans la droite descendance de celle de Tolkien. "Le Grimoire de l'Inventeur" continue donc à nous narrer l'histoire des automates de Vaucanson, qui semble de plus en plus centrale dans l'esprit de Sfar et Trondheim, et bénéficie du graphisme trés convaincant de Keramidas. D'où vient alors le relatif manque d'intérêt de ce dernier tome ? De la difficulté qu'on commence à avoir de s'y retrouver au milieu des sauts temporels inévitablement créés par cette narration "en désordre" des différentes séries qui s'interpénètrent et se font écho ? Ou du fait que la multiplication des personnages nuit finalement, de manière classique, à cette bonne vieille identification aux héros ? Ou encore, tout simplement, de ce que le scénario ici est bien inférieur á celui des derniers tomes parus ? De toute manière, il n'y a rien désormais qui puisse vraiment entamer notre passion pour cette création à la fois ambitieuse et dérisoire qu'est devenue le Donjon, au fil des années...