Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Pietrolino 1. Le clown frappeur

21/01/2008 10709 visiteurs 6.0/10 (6 notes)

L 'histoire de Pietrolino fut écrite il y a une dizaine d'années par Alejandro Jodorowsky à la demande de Marcel Marceau, dont il fut le partenaire de tournée dans les années 50. Faute de financement pour la porter sur scène, le projet de spectacle fut annulé et le manuscrit finit dans les tiroirs de Bruno Lecigne, éditeur aux Humanoïdes Associés. Les années s'écoulèrent, le texte s'égara mais restait en mémoire de l'homme qui en parla à Olivier Boiscommun, très intéressé par une adaptation. L'accord de Jodorowsky et la réapparition du précieux document accélérèrent alors la collaboration entre ces deux figures de la BD.

L'histoire, contée par Simio, compagnon de route de Pietrolino, débute sous l'occupation nazie, à Paris. Pour survivre, les deux hommes, accompagnés à contrecoeur de la provocante Colombella, se produisent dans des cafés. Le mime laisse alors tout son talent s'exprimer au travers de ses mains pour faire oublier aux clients la grisaille de ces années de plomb. Ce jour-là, le clou du spectacle, une métaphore mimée de la résistance contre l'Allemagne d'Hitler qui voit la victoire des Alliés, est interrompu par l'irruption de soldats allemands...

Une fois n'est pas coutume, le scénariste quitte la science-fiction qui l'a rendu célèbre pour un drame réaliste empreint de poésie. Malgré un contexte historique lourd et la détresse évidente du personnage principal, le ton du récit n'est pas pour autant dénué de légèreté grâce aux différentes scènes mimées. La voix off de Simio, qui nous accompagne tout au long de l'album, devient d'ailleurs vite indispensable et éclaircit avec délicatesse l'état d'esprit de son compagnon et l'illusion provoquée par la valse de ses mains. Si les ellipses de temps entre les différents évènements majeurs de la vie de Pietrolino hachent le rythme de l'ensemble et frustrent quelque peu le lecteur, celui-ci ne pourra s'empêcher de frémir d'émotion ou réagir face à l'injustice au fil des pages.

Tout a déjà été dit sur le trait typique de Boiscommun. Ici plus réaliste, il conserve toutefois une poésie qui lui est propre. La représentation du mime Marceau, sous les traits de Pietrolino, se révèle d'ailleurs très juste. Le corps est longiligne et élastique, le costume, dépouillé et l'extrême expressivité du visage réunit la candeur et la mélancolie d'un homme fragilisé par la vie. Le dessinateur arrive avec brio à passer outre le silence qu'impose le pantomime et à susciter autant, si ce n'est plus d'émotions qu'avec des mots. Bien que le rythme du récit impose un nombre limité de décors, ceux-ci laissent entrevoir une fidèle interprétation du Paris de l'époque. Enfin, les teintes des couleurs directes varient au fil du récit. Froides sous l'occupation, elles se réchauffent à la Libération, mais c'est le rouge, aux multiples symboles (le théâtre, l'amour et la mutilation), qui ponctue toute la vie de Pietrolino.

Disparu trop tôt pour voir enfin se réaliser ce projet, le mime Marceau se voit offrir un bel hommage à découvrir.

Par R. Bézard
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Pietrolino
1. Le clown frappeur

  • Currently 3.05/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.1/5 (55 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Amadigi Le 29/11/2007 à 11:24:19

    J'avais imaginé autre chose en entendant parler de l'histoire d'un mime pendant la seconde guerre mondiale, mais cette histoire est assez onirique et même si elle montre certaines horreurs de la guerre, elles sont aténuées par le dessin et la mise en couleur et la simplicité de ce qui est raconté.
    J'ai beaucoup aimé la première scène jusqu'à l'arrestation

    jcic Le 28/10/2007 à 09:24:00

    vivement le second et dernier tome les dessins de boiscommun sont splendides et nous plonge au coeur de cet homme pietrolino durant la seconde guerre mondiale
    jodorowski a su raconter avec douceur et finesse une histoire tres dure.
    on ne peut que se réjouir d'un si bel album au milieu d'une nuée de bd qui sont souvent passable.Donc n'hesitez pas c'est a avoir , a offrir , a faire partager