Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ratafia 4. Dans des coinstots bizarres

14/01/2008 8360 visiteurs 5.3/10 (9 notes)

L e Capitaine dans le coma, Charles à fond de cale, Romuald reprend le commandement de la Kouklamou et est confronté à de nombreux écueils. Comment réveiller le vieux Ratafia pour qu’il révèle où se trouvent les dernières cartes au trésor ? Comment faire face aux prétentions démocratiques de Chandler et au parfum de mutinerie qui émane de l’équipage ? Romuald tente de faire diversion en mettant le cap vers les îles déjà abordées afin d’y récupérer les richesses laissées après le premier passage du navire…

Moins d’un an après la sortie de L’impossibilité d’une île, Pothier et Salsedo offrent un nouvel épisode de Ratafia. Les trois précédents albums ont assis une histoire de pirates pleine de calembours et de personnages burlesques. On était en droit d’attendre une nouvelle page de rire à la lecture de ce Dans les coinstots bizarres. Les jeux de mots, plus ou moins bons et adroits, sont de la partie, sans conteste. Cependant l’intrigue même semble encalminée et pâtit d’un fort air de déjà-vu… La brillante idée de Romuald consistant à retourner dans les îlots visités précédemment n’apporte pas grand-chose et c’est à peine si ses tentatives désespérées pour motiver ses marins ou encore ses déconvenues font sourire. Quant au vent de révolte qui souffle sur la Kouklamou, il ne parvient pas vraiment à faire gonfler les voiles de notre intérêt. Mais n’était-ce pas couru d’avance avec un Chandler en appelant à la voix des urnes ? Au fond, durant tout ce tome 4, une seule chose est attendue : le réveil de notre lettré capitaine ! Fort heureusement, le dessin et les couleurs vives sont là pour maintenir notre œil ouvert.

Doté d’un scénario moins amusant que ses prédécesseurs, ce quatrième album de Ratafia, sans être désagréable, laisse quelque peu sur sa faim. Souhaitons que la prochaine rasade soit meilleure !

>>> Lire la chronique du tome 1 de Ratafia
>>> Lire la chronique du tome 2 de Ratafia
>>> Lire la chronique du tome 3 de Ratafia

Par M. Natali
Moyenne des chroniqueurs
5.3

Informations sur l'album

Ratafia
4. Dans des coinstots bizarres

  • Currently 3.70/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (99 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    minot Le 28/04/2015 à 00:06:44

    Fin du premier cycle de RATAFIA. L'album est (très) bon, mais bizarrement moins drôle que les précédents. Pourtant les calembours et jeux de mots vont bon train et sont dans la grande majorité amusants. Alors ? Alors si les allusions socio-politiques et les parodies de discours et promesses électorales sont bien marrantes, hélas leur accumulation nuit à la trame du récit qui se retrouve ici mince comme du papier à cigarettes. Le scénario est malheureusement un peu creux et au final il ne se passe pas grand chose d'épique dans cet épisode, à l'inverse des précédents.

    Heureusement le dessin et les couleurs sont toujours aussi agréables et globalement, ce premier cycle de RATAFIA s'avère vraiment fendard.