Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Ma'at 1. Première partie

27/12/2007 5634 visiteurs 6.0/10 (4 notes)

E n 2051, sur Terre, la notion de gouvernement a disparu. Un libéralisme sans limite a supplanté le capitalisme et l'ordre mondial est désormais entre les mains d'une poignée de sociétés commerciales ultra puissantes. A Bombay, Isis, une jeune fille orpheline, est recueillie par Wadi, un chercheur généticien ami de ses parents défunts. Ce dernier a un fils, Soh, et les deux enfants livrés à eux-mêmes tissent ensemble une relation fusionnelle qui va petit à petit se transformer en amour passionnel. A la mort de Wadi, Soh disparaît sans laisser de trace. Partie à sa recherche, Isis est enlevée et transportée dans un centre de recherche aux abords d'un cratère lunaire où elle subit diverses expériences génétiques. En 2093, au nord de l'Inde, les satellites détectent une forme de vie humaine au beau mileu d'une pluie de météorites. Isis ?

Dans la mythologie égyptienne, Isis est la déesse salvatrice et protectrice. Elle est également l'épouse et sœur exemplaire qui réussit à ressusciter Osiris, son frère et époux. Symbole de la féminité dans ses aspects biologiques, c'est par elle que s'accomplit le mystère de la vie. Les similitudes avec l'histoire de Ma'at sont nombreuses. Les premières pages évoquent d'abord une naissance - ou plutôt une renaissance - d'une entité physique, puis la quête d'une jeune fille pour retrouver son frère de cœur, devenu son amant.

Aborder Ma'at n'est pas chose aisée. La beauté graphique, mélange de peinture abstraite et de photos retravaillées, est saisissante mais n'aide que trop rarement à une bonne compréhension. Très peu de récitatifs, une absence quasi totale de dialogues... la narration est avant tout basée sur la contemplation de tableaux évoquant le chaos, l'infiniment grand comme l'infiniment petit. Il s'en dégage l'impression étrange d'admirer un magnifique livre d'images où le scénario prend une place secondaire. Et pourtant... Les thèmes présentés par l'auteur sont riches et alléchants : la bioéthique, la suprématie des multinationales ou une interprétation des origines de la vie. Bref, un récit de science-fiction intelligent. Malheureusement, celui-ci est noyé sous une avalanche de couleurs, de flashbacks, de monologues obscurs... Un hermétisme dommageable qui devrait rebuter plus d'un lecteur.

Ma'at est une fresque (trop ?) ambitieuse d'un jeune auteur au talent indéniable. La suite devra toutefois apporter son lot d'éclaircissements nécessaires à une œuvre qui risque de ne laisser en souvenir qu'une succession de peintures, aussi remarquables soient-elles.

Par L. Gianati
Moyenne des chroniqueurs
6.0

Informations sur l'album

Ma'at
1. Première partie

  • Currently 3.93/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.9/5 (27 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    D H T Le 13/01/2008 à 08:14:44

    Il y a encore de la place pour la beauté et pour l'espoir, pour la noblesse et pour la compassion. Il y a surtout de la place pour les auteurs qui, contre vents et marées, ont décidé de faire de l'art et de continuer à en faire. Face à la médiocrité et à la bassesse sociale qui dissimule mal sa vacuité et son malaise derrière un pseudo "humour" dont l'illusion fait de moins en moins recette, ici c'est le courage de l'individu, de l'auteur original et sensible qui suit son propre cheminement et qui a raison de le faire.

    Comme antidote au conformisme malsain des "milieux sociaux" et du conservatisme culturel de bas étage, des coteries mondaines et autres magouilles de notables, le salut semble venir de la vie intérieure, de l'authenticité et de la sincérité vis à vis de soi et vis à vis du monde: c'est aussi ce qui émane de cette oeuvre.

    Il faut prendre le temps, prendre le temps de dire que "Ma'at" est une série qui va déranger le petit monde de la bande dessinée parce que l'art, le vrai, n'est jamais gratuit ni innocent: ce n'est pas juste de la peinture dans des cases (ce qui rassurerait les institutions), l'art est un acte subversif et idéologique.

    Raconter et peindre des histoires différemment, c'est changer le monde de la bande dessinée, c'est oser dire que de nouvelles portes peuvent s'ouvrir pour les auteurs, c'est affirmer encore et toujours qu'ils ont le droit, que tous les auteurs ont le droit, de changer les codes, de se les réapproprier, de montrer que la bande dessinée peut être différente, que le monde de la bande dessinée peut être différent, que notre regard sur le monde peut être différent et que, de ce fait, c'est le monde entier qui peut être différent.

    Réfléchissons deux secondes: l'industrie de la bande dessinée, qu'est-ce que c'est? Comme toute industrie culturelle, c'est une machine qui nous dit comment on doit voir les choses, comment on doit penser, comment on doit rire ou pleurer. "Ma'at" est à des années-lumières de ces stéréotypes, et à des années-lumières elle peut tout revisiter: le proche et le lointain, l'intime et l'inaccessible, l'humain et le grand inconnu, l'être et l'image, la figure et l'abstraction, l'humilité et la grandeur, la douceur et l'amertume, la tristesse et la violence, le feu et l'ombre, la matière et l'érosion, la chair et le souvenir...

    Ceux qui ne comprennent pas l'histoire de "Ma'at" ont sans doute oublié que notre compréhension passe par des schémas préconstruits par la société et par la culture. La compréhension cartésienne de la narration s'appuie sur certains schémas qui, pense-t-on, président aussi notre vie. Mais un simple effort d'introspection suffit pour se rendre compte que le regard même que nous portons sur notre vraie vie n'est pas forcément linéaire ni évident, et surtout pas cartésien.

    Combien d'horizons lointains surgissent d'un regard qui se plonge dans le ciel embrumé ou dans l'usure des immeubles qui défilent sur notre route? Combien de souvenirs confus reviennent au passager qui s'oublie dans son propre voyage? Combien de fois nos actes moteurs, les buts et destinations que nous nous fixons, les mécanismes de l'utile et du nécessaire, se perdent-ils dans ce que nous y mettons de nous-mêmes, du plus profond de notre mémoire et de nos errances face aux brouillages de nos repères, à la suspension du temps, au travail de l'oubli et des réminiscences douloureuses ou sereines?

    Interroger devrait être le préliminaire à toute compréhension, comme douter le préliminaire à toute certitude incertaine - et c'est plus que de doute cartésien ici dont il s'agit, car d'un doute qui dépasse toute méthode. Contempler devrait être le préliminaire à toute interrogation. Et ressentir devrait être le préliminaire à toute contemplation. A ceux qui affirment ne pas vous comprendre, vous pouvez leur répondre: "Mais est-ce que vous avez seulement pris le temps de m'écouter?"

    Combien d'histoires, enfin, englobent notre propre histoire, la propre histoire de "Ma'at"? La grande Histoire au-delà des histoires, et au-delà du fait historique même, la marche de l'univers qui finira par tout emporter. Il y a tout cela ici, comme cette citation de Lucrèce au début de l'album: "Quelle différence restera-t-il donc entre une masse énorme et un atome imperceptible? Aucune; car quoi que le monde soit immense, la plus petite choses contiendra autant de parts que l'infini..."

    ckicmoi Le 28/12/2007 à 18:40:27

    Ma'at est avant tout un travail graphique de très haut niveau. La restitution des mouvements, des énergies et des émotions, les rendus de flou sont d'une extrême finesse. Il se dégage une véritable respiration entre le dit - l'écrit - et le donné à voir - le ressenti.
    Le scénario est-il complexe ? Oui, mais je préfère attendre la fin de cette trilogie
    et encourager ce tout jeune auteur manifestement bourré de talent plutôt que de me demander, comme le fait la chronique, si le projet ne serait pas trop ambitieux.
    Car le vrai risque, sur le plan de la création, ne serait-il pas justement que les jeunes auteurs se cantonnent à ce qui est facile et/ou qui marche bien, à manquer d'ambition ?
    Arrêtez-vous sur cet album. Accordez-lui un peu de temps, lisez-le - en librairie s'il le faut - mais ne vous détournez-pas avec à priori au prétexte que sa lecture ne serait pas facile et s'il vous interpelle, soutenez-le.
    Il témoigne, de mon humble avis, de l'éclosion d'un très grand. C'est un indispensable !