Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Achab 1. Nantucket

13/12/2007 21169 visiteurs 7.8/10 (6 notes)

A vant de devenir le terrible capitaine du Péquod dans le roman de Herman Melville, Achab était un jeune garçon avec une seule idée en tête : quitter l'île de Nantucket et partir à la chasse en haute mer avec ses aînés. Il avait de qui tenir, bien sûr : son père, l'illustre Charles T. Hawthorne, fut l'un des plus grands marins de son temps avant de mourir des œuvres d'un immense cachalot blanc du nom de Moby Dick. Un nom qui fait maintenant figure de légende.

A l'heure où les adaptations littéraires foisonnent sur les étals de nos libraires, c'est avec un scepticisme redoublé que l'on voit un auteur s'attaquer à un tel monument. L'approche de Patrick Mallet, auteur de Vathek et des Plombs de Venise, n'a pourtant rien de la simple mise en images et rassure d'emblée. A la manière de Xavier Dorison et Mathieu Lauffray poursuivant l'aventure de L'île au trésor avec Long John Silver, il réinvente ici la vie d'un célèbre personnage de fiction. Cette distanciation mêlée de respect par rapport à une œuvre originale qui ne sert que de point de départ - ou plutôt de point d'arrivée - est singularisée par un détail qui a son importance : la série s'intitule Achab et non Moby Dick, contrairement à l'adaptation éponyme de Jean Rouaud et Denis Duprez.

En effet, le premier tome est exclusivement dédié à ce garçon au caractère déjà bien trempé, sur une île où tout homme valide se destine naturellement au métier de marin. L'une des grandes forces de l'album est ainsi de dépeindre avec justesse et crédibilité la vie des habitants de l'île : les hommes qui s'embarquent pour plusieurs mois, les femmes qui restent à terre pour s'occuper de leur foyer et de leur progéniture, les enfants qui s'impatientent à l'idée de suivre la voie de leur père et les vieillards qui vivent dans le souvenir de leur gloire révolue. C'est par l'un d'eux, un ancien cuistot répondant au nom d'Ichabod, que le jeune Achab alimente sa soif d'aventures, déjà rendue vivace par le passé familial et par la figure de Moby Dick. Une figure qui ne cesse de hanter l'inconscient de tous les marins partis affronter la mer et ses mystères. Et le grand cachalot blanc n'en est pas le moindre, lui qui est finalement si semblable aux hommes qui le traquent. Il y a sans aucun doute une sorte de respect mutuel qui s'installe entre deux êtres d'exception, deux êtres sensibles qui se battent non seulement pour leur honneur mais aussi pour la sauvegarde de leur famille.

Cette dimension humaine, dramatique, est parfaitement illustrée par les récits d'Ichabod, mémoire vivante de l'île, qui constituent le fil conducteur de l'histoire mise en scène par Patrick Mallet. Qu'ils soient racontés à l'occasion d'un voyage en bâteau ou le soir au coin du feu, ils sont porteurs de révélations aussi bien pour le lecteur que pour le héros et séduisent par un style littéraire de grande qualité. Par ailleurs, le rythme n'est pas effréné, loin s'en faut, et repose plus sur le récitatif que sur l'action. Ainsi, même les scènes de chasse sont relatées par l'entremise d'un conteur, ce qui permet au lecteur de faire corps avec l'histoire et de se mêler aux enfants qui, des étoiles plein les yeux, se la représentent selon leur propre imaginaire.

Le lecteur n'a bien sûr pas ce luxe, lui qui se voit imposer la vision de l'auteur. Mais quelle vision ! Dans un style très sobre, mélange de gigantisme et d'intimité, Patrick Mallet rend à merveille l'impression de calme que renvoient déjà ses textes soignés, comme pour inviter tout un chacun à prendre son temps. A prendre patience, surtout, comme tous ces gamins qui rêvent d'en découdre avec les forces de la nature. La mise en couleurs, signée Laurence Croix, se démarque également par son élégance et sa justesse. Que ce soit pour dépeindre le décor tout en lumière d'un départ en mer ou l'ambiance confinée d'un bar ou d'une sombre ruelle, elle pose constamment une atmosphère dans laquelle on prend plaisir à se fondre.

Ce n'est pas la première fois que Moby Dick étend son influence jusqu'au monde de la bande dessinée, lui qui a même fait une apparition remarquée dans Lanfeust des Etoiles. On n'a pas oublié non plus la transposition du mythe dans un univers de science fiction, un parti-pris audacieux que l'on doit à Jean-Pierre Pécau et Zeljko Pahek. Jusqu'à présent, les choix opérés par Patrick Mallet s'avèrent payants et font de Achab un modèle d'adaptation réussie. La question qui se pose maintenant est : jusqu'où ira-t-il ? Jusqu'à rattrapper le roman de Herman Melville ? Au-delà ? Ne soyons pas si pressés et, pour l'heure, dégustons à l'envi ces prémisses d'une grande aventure à venir...

Par D. Wesel
Moyenne des chroniqueurs
7.8

Informations sur l'album

Achab
1. Nantucket

  • Currently 3.73/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.7/5 (49 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Erik67 Le 01/09/2020 à 16:00:32

    J'ai été très agréablement surpris par cette série qui traite de la genêse du fameux Moby Dick, le cachalot blanc. C'est vrai qu'on connait généralement l'histoire de long en large. Je ne m'étais pas précipité pour lire cette bd. J'avais peur d'une enième version infantile.

    Or, en l'espèce, c'est une toute autre version beaucoup plus mature qui nous est apporté par l'auteur. C'est vrai que ce dernier prend son temps pour mettre tous les éléments en place. J'ai littéralement adoré cette aventure maritime. C'est de loin la meilleure version qui m'ait été donné de lire du fameux roman de Melville.

    On commence par découvrir un Achab jeune et revanchard qui a perdu ses parents et qui vit chez une tante très sévère. Le contexte historique est d'ailleurs parfaitement reconstitué avec un puritanisme de bon aloi. Puis, petit à petit, le jeune garçon va grandir et va devenir le fameux commandant rongé par la haine que nous connaissons tous. Bref, il s'agit d'un préquelle de Moby Dick.

    Le dessin est agréable, de même que la lecture grâce à un découpage et une mise en scène assez dynamique. On ne s'ennuiera pas une seule seconde. Il y a une puissance et une grandeur qui se dégagent de cette série qu'il faut absolument découvrir. C'est véritablement magistral !