Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Les orphelins de la tour 1. Théo

18/10/2007 8080 visiteurs 7.0/10 (1 note)

P lacé dans un orphelinat dès son plus jeune âge, Théo est convaincu qu'une immense tour invisible se dresse en plein coeur de New York et ce, malgré les recherches infructueuses d'Alice, une intelligence artificielle. De ce bâtiment fantomatique proviendraient les étranges créatures qui le hantent et veulent s'emparer de lui. Incompris de tous et à l'origine d'évènements troublants, le jeune garçon semble toutefois intéresser l'énigmatique superviseur Norton...ainsi qu'un mystérieux moine venu des souterrains.

Le futur dépeint par Julien Blondel dans les Orphelins de la Tour s'avère aussi plausible que convaincant, sans être foncièrement original. En effet, le scénariste ne fait qu'amplifier certains aspects de notre époque. Ainsi, tandis que les fractures sociales sont symbolisées par des différences de qualités et de types d'habitation, les nouvelles technologies ont eu raison de l'indépendance des habitants. Si, pour le moment, cela n'a que peu d'importance dans le récit, plusieurs indices laissent à penser qu'il pourrait en être autrement par la suite. Toujours est-il que l'introduction à cet univers se révèle haletante et captivante. Multipliant les mystères et soulevant les questions sans réponse autour de charismatiques protagonistes, le scénario de cette série d'anticipation aiguise la curiosité et convaincra, notamment, les amateurs d'Akira. Avec une fin d'album qui voit le rythme et le suspens s'accroître de manière significative, inutile de préciser que la suite se fait déjà attendre !

Sur Pandora, sa première série, Thomas Allart semblait chercher son style graphique en s'essayant à diverses techniques plus ou moins heureuses, aujourd'hui, il parait l'avoir trouvé. Son trait a énormément évolué, gagnant en caractère et personnalité ce qu'il a perdu en détails inutiles, pour être en parfaite adéquation avec le genre dans lequel s'inscrit Théo. Bien que l'on puisse lui reprocher un certain manque de dynamisme et de fluidité, en particulier durant la séquence de ''hockey'' futuriste, et un encrage parfois trop soutenu, qui a tendance à vieillir les personnages, il sait créer une ambiance particulièrement pesante, voire angoissante. Enfin, les décors épurés et la mise en couleurs froides et métalliques sont le reflet d'un New York qui n'est plus qu'une ruche de verre et de fer et dont les habitants se voient dicter leurs faits et gestes par la technologie.

Cette introduction aux Orphelins de la Tour, à la fois intrigante et convaincante, associée à un dessin efficace, a toutes les qualités pour contenter les amateurs de science-fiction.

Par R. Bézard
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Les orphelins de la tour
1. Théo

  • Currently 3.39/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.4/5 (31 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    godot Le 05/11/2008 à 09:55:26

    La couverture est vraiment réussie. D'ailleurs tout au long de l'album je resterais scotché par la perspective de ce dessinateur. Autrement les décors seront simple voir dénudés. Les couleurs rendent l'atmosphère encore plus triste, froide, stérile.Il y a une certaine recherche dans les attitudes des personnages, toutefois je trouve que c'est toujours de la peur, de l'effroi, de la tristesse.

    Cela semble aller de pair avec l'univers scénaristique de ce petit orphelin qui a des visions et des attitudes presque épileptique.

    Ce gris... ce monde.. cela ne m'a pas du tout emballé. Pourtant je reste admiratif pour certaines planches de par leur composition. Mais je ne la mettrait pas dans les indispensable.