Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Amer béton

08/10/2007 11430 visiteurs 9.0/10 (3 notes)

B lanko et Noiro sont deux orphelins élevés "à la dure" dans les rues de Takara. Ce quartier est certes dominé par la pauvreté, la corruption et la violence, mais c’est le leur ! Ensemble, ils forment "l’équipe des chats" et comme tous félins qui se respectent, ils comptent bien défendre leur territoire. Mais l’arrivée de gangs décidés à refaçonner leur cité, n’est peut-être pas la plus grande menace pour cette paire de jeunes dont l’union fait la véritable force.

Cette version intégrale de plus de 600 pages regroupe les trois tomes de cette série vraiment bouleversante qui fut récemment adaptée au cinéma par Michael Arias. Amer béton conte l’histoire prenante de deux gamins des rues qui incarnent tous les maux d’une ville étouffée par ses yakuza. Noiro est le cerveau de la bande, ses pensées sont noires et emplies de pessimisme et d’animosité. Blanco est attardé, incapable de se débrouiller seul, mais respire la bonne humeur et l’optimisme. Tout les oppose et pourtant, tels le yin et le yang, leur complémentarité attachante, voire même émouvante par moments, les rend inséparables. Liés par leur sens inné du combat, une enfance privée d’amour parental et cet environnement de béton étouffant, ils doivent maintenant affronter leurs démons intérieurs.

Le cadre urbain qui sert de support à l’histoire de ce duo, peut être considéré comme un acteur à part entière du récit. Leur vie semble évoluer en même temps que cet espace bétonné au sein duquel souffle un vent de violence et de folie. Le symbolisme vis-à-vis de la ville est d’ailleurs omniprésent : les yakuza incarnent la cruauté et le mal qui s’y abattent, le Rat évoque sa mémoire et son expérience, alors que le grand-père SDF représente cette sagesse qu’elle exclut. Chaque personnage secondaire imaginé par Taiyou Matsumoto a donc un rôle essentiel, aucune parole n’est superflue et chaque case apporte sa précieuse pierre à cet édifice parfaitement cimenté.

Le graphisme est également surprenant et extrêmement efficace. Dynamique lors des actions, aérien lors des voltiges de ce couple d’acrobates, humain lors des discussions et allusif jusque dans les plus petits détails.

Un manga qui annonce la couleur dès la présentation des protagonistes et une lecture qui, grâce à un scénario en béton, n’aura rien d’amer pour ceux qui osent y goûter !

Par Y. Tilleuil
Moyenne des chroniqueurs
9.0

Informations sur l'album

Amer béton

  • Currently 4.43/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.4/5 (44 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    zemartinus Le 20/04/2008 à 10:54:13

    Amer Beton aurait très bien put s'appeler Takara tant le rôle tenu par cette
    ville est primordial. Elle est la cible de tous les enjeux, le sujet de toutes les
    conversations. Et parlons-en de cette ville! enseignes lumineuses et publicités
    tapageuses à tous les coins de rue, comme pour parodier les villes japonaises.
    Parodie, car cette ville n'a rien de réaliste : façades courbées, immeubles
    bombés, ruelles ondulées, le tout dessiné avec un déni évident et volontaire
    des proportions. Une ville souple, déformée, presque organique. Une ville
    bourrée de détails insignifiants mais graphiquement riches, parsemée de
    sculptures étranges qui jonchent les places et les trottoirs. Assurément,
    Matsumoto a pris un grand plaisir à dessiner ce manga, tant pour les décors
    urbains improbables que pour les expressions exacerbées des personnages,
    tant pour les scènes d'actions transfigurées par les déformations de la ville
    que pour les tenues et coiffures assez fantastiques de certains protagonistes.
    Peu avenant au tout premier abord, le trait un peu enfantin et cartoonesque
    de Matsumoto révèle toute sa richesse au fur et à mesure que l'on avance
    dans le récit, un trait génial aux influences profondément underground.

    Takara, donc. En défenseurs de cette ville se lèvent deux petits voyous que
    l'on surnomme "les Chats" : Blanko et Noiro, deux frères de même pas 10
    ans. Deux faces d'une seule personne : le coeur et la tête, le rêveur et le
    cynique. L'incarnation de la dualité des choses en quelques sortes, tant
    présente dans la culture japonaise et représentée en général par le yin et le
    yang. Noiro est réaliste, froid, tandis que Blanko - son opposé en toute chose
    mais aussi sa doublure, les deux frères étant véritablement inséparables - se
    présente à nous comme un enfant candide, joyeux, légèrement autiste, un
    peu attardé, un peu poète aussi, qui n'a de cesse de chantonner des textes de
    son cru comme "le cerveau sort par le nez mais c'est pas de la soupe!" et de
    répéter "y'a pas d'prob! y'a pas d'prob!" à tous propos.

    La violence est omniprésente et les "Chats" en use et en abuse en toutes
    occasions. Une violence brute et fracassante, inévitable dans cette ville
    grouillante de gangs et de yakuzas. Autour des deux bambins se démènent
    toute une faune de personnages étonnants qui viennent colorer cette comédie
    dramatique. Il y a Sawada, le flic tout juste débarqué et décomplexé de sa
    frigidité sexuelle, ne rêvant que de pouvoir un jour tirer un coup de pistolet.
    Suzuki, que la pègre a surnommé le Rat, un yakuza calme, débonnaire,
    toujours le sourire en coin et la moquerie à la bouche. Son opposé Kimura,
    violent, agressif, impulsif, sans scrupules. Ou encore le "grand-père" de
    Blanko et Noiro, un sage désabusé et réaliste, le flic Fujimura, les deux frères
    "du jour et de la nuit", le Serpent, Chokola...
    Autant de personnalités qui donnent à la ville de Takara son identité propre.
    Autant de personnalités qui "font" le récit. Le récit, entre autres, d'une
    séparation forcée et de ses effets. Un récit menée avec une très grande
    habileté par le virtuose de la mise en scène qu'est Matsumoto, un récit
    soutenu par un excellent enchaînement des séquences et un découpage en
    tranches horizontales d'un grand effet graphique.

    Amer Beton, c'est un ovni dans le monde de la bande dessinée japonaise, un
    chef-d'oeuvre dont on parle encore plus de dix ans après sa sortie. Et c'est
    bien normal.