Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest\' Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe

Empire (Pécau/Kordey) 2. Lady Shelley

20/07/2007 9217 visiteurs 7.0/10 (1 note)

A u lieu d’abandonner son armée en Egypte, Napoléon la reprend en main, parvient à conquérir l’Empire Ottoman et, allié au Shah de Perse, se lance à la conquête des Indes. En 1815, alors que l’Empire français et l’Empire britannique se livrent à une guerre sans merci sur le sous-continent indien, les Anglais enregistrent leurs premiers succès, tout aussi inattendus que spectaculaires. Partis à la recherche du général fantôme responsable de ces désastres, les deux espions français, Saint-Elme et Nodier, parviennent, sous de fausses identités, à se rendre au QG des forces anglaises. Là, ils sont mis en présence d’une mystérieuse machine utilisant des cartes perforées…

A l’instar du premier tome, l’album Lady Shelley continue à associer adroitement uchronie, Steam-Punk et fantastique, tout en se basant sur une connaissance poussée de cette époque (notamment celle de l’Empire français et du continent indien à la fin du XVIIIè) ainsi que sur la littérature s’y afférant (celle de Kipling par exemple). En résulte donc un monde totalement fictif et extrêmement riche mais qui n’en reste pas moins crédible et cohérent (à l’exception des machines de la ville de Shamballah). L’environnement, ainsi créé de toute pièce, est à n’en pas douter un des points forts de cette série et on notera également l’intéressante tentative d’y insérer les légendes asiatiques du Yéti et d’Agartha. Les auteurs devront tout de même faire attention à ne pas surcharger leur oeuvre de trop nombreuses idées originales, ce qui risquerait de faire perdre à cette fiction historique et fantasmagorique toute crédibilité.

Réussir à créer un univers imaginaire, à la fois consistent et exaltant, contient néanmoins un piège, très fréquent au sein de la littérature uchronique, à savoir celui de tout miser sur le dépaysement ainsi provoqué en négligeant l’intrigue. Le scénariste Pécau évite cet écueil sans problème en proposant une aventure haletante et maîtrisée ainsi qu’en peignant des personnalités intéressantes. Cependant, après la lecture, on ne peut s’empêcher de penser que l’histoire proposée aurait mérité plusieurs albums. Ainsi, la série aurait sans doute gagné en profondeur en décrivant avec plus de détails la rivalité entre Sher-Kan et Saint Elme.

Du point de vue du dessin, c’est une légère déception qui pointe. Malgré des améliorations évidentes permettant de profiter au maximum de l'atmosphère scénaristique et des machines style Steam-Punk, le trait de Kordey souffre d’un manque de constance et parfois de réalisme dans le rendu des visages. Même si ce problème n’est pas rédhibitoire et ne gâche pas le plaisir de la lecture, un scénario de cette qualité aurait mérité un peu plus de rigueur.

Au final, Lady Shelley confirme tout le bien que l’on pouvait penser de cette série fort originale, qui mériterait néanmoins un développement plus étendu de son intrigue ainsi qu’une plus grande régularité dans le dessin. Malgré ces légers défauts, ce deuxième album d’Empire reste une série d’aventure avec un grand A, offrant au lecteur détente et dépaysement complet.

Par A. Legrain
Moyenne des chroniqueurs
7.0

Informations sur l'album

Empire (Pécau/Kordey)
2. Lady Shelley

  • Currently 3.59/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 3.6/5 (51 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Saigneurdeguerre Le 12/01/2020 à 18:56:22

    Amis Français, si vous êtes marins, passez votre chemin car, même dans les uchronies, la flotte française se retrouve plus souvent au fond des océans que naviguant fièrement, pavillon flottant au vent !

    C'est en effet par les débris de l'escadre française de Bombay que débute cet épisode ! Un seul survivant, mais pas n'importe lequel : Surcouf !

    Mais où donc sont passés nos deux fiers héros, Saint-Elme, le militaire et Charles Nodier, le civil, savant, vivante réincarnation de personnages qui connurent mille vies ? Ils sont chez les British, dans les Indes qu'ils possèdent encore, en mission spéciale. Bref ! Ils sont là en tant qu'espions, ayant pris l'identité de deux officiers britanniques faits prisonniers (voir tome 1). Après un voyage difficile, comptant une rencontre avec le Yéti, ils se retrouvent à contempler lady Mary Shelley, femme savante, féministe avant-gardiste progressiste qui, en plus de sa splendide nudité ne manque pas de leur réserver d'autres surprises…

    Critique :

    Commençons par être désagréables : je ne me fais absolument pas aux dessins de Kordey… Ce style « comics » me désole pour une telle BD qui mériterait un traitement bien plus soigné, comme on est capable de le faire dans nos bandes dessinées européennes… Voilà ! J'ai craché mon venin ! Je me sens mieux… Poursuivons !

    Nous sommes dans une uchronie qui ne se refuse rien. Comme d'habitude, certains trouveront cela excessif alors que d'autres entreront dans le jeu et apprécieront…

    Cette fois, nous allons découvrir les premiers cuirassés modernes avec des tourelles pivotant presque à 360 degrés et dotées de canons à très longue portée. « Les poissons avec une trainée argentée », vous avez une idée de ce que cela pourrait bien être ?

    Jean-Pierre Pécau, ne se refusant rien, met en scène lady Mary Shelley, personnage historique remarquable qui était une radicale (on pourrait dire qu'elle était à l'extrême-gauche sur le plan politique) une féministe également. Mais… Elle est surtout connue comme étant l'auteure de… « Frankenstein » ! Hé ! Oui ! Mesdames et Messieurs, le sieur Pécau engage du beau monde dans ses scénarii !

    J'ai omis d'écrire dans le 1er tome que Charles Nodier, l'un de nos deux héros, exista bel et bien. Il était écrivain et fut notamment l'auteur d'un pamphlet, « La Napoléone », pour lequel il se dénonça auprès du Premier Consul, ce qui lui valut 36 jours à l'ombre aux frais de l'Etat français. Il est considéré comme un des grands précurseurs des romantiques français. Victor Hugo, notamment, reconnut son incontestable influence. Académicien, il fut l'auteur d'une somme conséquente d'écrits parmi lesquels on trouve de ce qu'aujourd'hui on appellerait de la « fantasy ». Il mit, notamment, les vampires à l'honneur…

    Il est régulièrement fait allusion à lord George Gordon Byron, poète britannique ô combien célèbre, qui endosse le rôle de maître-espion depuis le premier tome, mais que l'on ne croise pas physiquement dans ces deux premiers épisodes… Pour mémoire, il fut le père de lady Ada Byron, connue pour avoir réalisé le premier programme informatique, lors de son travail sur un ancêtre de l'ordinateur : la machine analytique de Charles Babbage. Hé tiens, comme c'est étrange, dans cette histoire, il y a une …CENSURÉ…

    pysa Le 09/02/2019 à 16:23:50

    Alexandre Saint-Elme et Charles Nodier en mission secrète pour l'Empire rencontrent Lady Shelley, personnage clé de l'armée britannique. Jean-Pierre Pécau et Igor Kordey prennent beaucoup de plaisir à remodeler l'histoire. L'intrigue est plaisante, les dessins sont parfois moins convaincants.

    voltaire Le 03/09/2008 à 14:45:42

    Je conçois que ce genre d'histoire puisse gêner certains lecteurs. L'aspect quelque peu foutraque donne en effet l'impression de partir dans tous les sens. Pourtant, il y a une vraie finesse et pas d'humour rentré dans les anecdotes qui sont déversées dans l'album.

    Sûrement pas un chef d'oeuvre mais assurément un moment plaisant.

    didg73 Le 06/03/2007 à 18:19:45

    Et voila deception pour ce n° 2, une serie si prometeuse qui nous ponds un second tome de m....

    madlosa Le 17/02/2007 à 10:23:53

    Ce deuxième tome a baissé de qualité comme je le craignais un peu. Les expressions des personnages sont sacrifiées. L'histoire en elle même perd de son impact pour s'embourber dans enchaînement trop prévisibles. En résumé, je suis très déçu !