[phpBB Debug] PHP Notice: in file /home/web/v5-bdgest/system/libraries/Cache/drivers/Cache_file.php on line 65: unlink(/home/web/v5-bdgest/application/cache/albums_fiche/): Is a directory
Fats Waller 1. La voix de son maître
Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Fats Waller 1. La voix de son maître

20/05/2004 7369 visiteurs 7.5/10 (2 notes)

F ats Waller chantait le jazz comme personne, sa technique au piano était révolutionnaire et ses talents de compositeur faisaient l’admiration de tous. On l’a trouvé mort en 1943 dans un wagon-lit de la Santa Fe Chief Train. Il avait trente neuf ans. Grande figure artistique et populaire des années 30, Fats Waller a bénéficié, grâce aux nouveaux médias (enregistrements sonores, radiophonie), d’une renommée mondiale. Ce personnage, Igort et Sampayo l’ont choisi afin de lier les différents éléments d’une évocation des « années grises ».

Car « Fats Waller » -dont La Voix de son maître est le premier tome-, n’est pas une biographie en image. Son art sert de fil conducteur à un récit fragmenté qui restitue ambitieusement les enjeux de la société occidentale des années trente. L’avènement du Jazz, qui fut d’une certaine manière le premier pas timide de la longue lutte pour la reconnaissance des Noirs aux Etats-Unis, est mis ici en perspective avec la montée des extrêmes en Europe.

Dans cet album passent des hommes et des femmes pour qui la musique de Fats joue un rôle déterminant en ce qu’elle les accompagne dans leurs vie quotidienne, leurs pensées ou même, influence leur action… Ceux-ci évoluent en parallèle, se croisant parfois sans se rencontrer. Ils s’engagent dans leur siècle, les uns soutenant le nazisme, d’autres rejoignant les brigades internationales afin de lutter contre le fascisme en Espagne.

Ces « moments » sont ponctués par les états d’âme d’un Fats Waller génial mais dépressif, complexé par son poids et par un physique ingrat, sans cesse en proie au doute. Un homme fort éloigné de l’image joviale qui lui demeure attachée. On assiste donc à une immersion dans les pensées et les angoisses de l’artiste qui semble se résigner à ce rôle d’amuseur auquel on l’assigne.

Les auteurs ont réussi là quelque chose de profondément original. Sampayo scénariste de renom (à qui l’on doit un Billie Holiday fort remarqué), impose là un récit résolument non linéaire. Malmenant l’unité de lieu, il opère plutôt par une succession d’instants quasi « musicaux ». N’hésitez surtout pas à agrémenter votre lecture de l’écoute des classiques de Fats Waller comme « Ain’t Misbehavin’ », « Honeysuckle Rose » ou « Handful Of Keys »…

Le nom d’Igort est peu familier aux lecteurs francophones. C’est pourtant celui d’un remarquable dessinateur à la notoriété établie de longue date dans son pays (l’Italie), et qui ne déconcertera pas les amateurs de Loustal. Son trait, épuré mais chaleureux, soutenu par des couleurs en demi-teinte disposées avec goût, s’exprime dans une mise en page aérée.

Confrontation de l’artiste avec son image publique, évocation de la modernité du jazz comme révélateur des passions, mais aussi rencontre de l’Art de l’Histoire, Fats Waller est tout cela, et l’on peut légitimement espérer que la suite de cette série verra se réaliser les espoirs contenus dans ce premier volume.

Par Pierre
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.