Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

La confrérie du crabe 1. Première partie

03/07/2007 8385 visiteurs 6.7/10 (9 notes)

U n institut spécialisé soigne des enfants gravement malades. Le dernier venu, Maël, est accueilli par quatre autres pensionnaires qui l’intègrent dans leur confrérie et lui dévoilent la nature de son mal : comme eux, il est dévoré de l’intérieur par un crabe. Un jour, les cinq compagnons se réveillent et découvrent que le lieu dans lequel ils sont hospitalisés cache bien des mystères et des créatures étonnantes.

En parallèle de Algernon Woodcock où il traite des légendes écossaises avec son lot de fées et de farfadets, Gallié entame ici une nouvelle série fantastique, mettant cette fois à l’honneur des monstres tels qu’un loup-garou ou des vampires, dans un décor de maison hantée. Pour l’instant, impossible de réellement savoir comment sera exploité ce bestiaire qui a déjà inspiré tant d’auteurs depuis bientôt un siècle, de façon plus ou moins heureuse. Toutefois, l’atmosphère qui se dégage de cette mise en bouche est en elle-même des plus convaincantes et suffit à capter l’attention.

En cela, le graphisme d’Andréae joue un rôle prépondérant. Dans des teintes sombres et bleutées qui rappellent celles de Sorel dans Algernon Woodcock, ses planches en couleurs directes sont sublimes. Si les visages des cinq enfants manquent parfois de réalisme, les monstres sont plus vrais que nature et l’ambiance brumeuse qui entoure ce gigantesque manoir est admirablement bien rendue. L’auteur était reconnu depuis Mangecoeur (déjà avec Gallié) ou Terre mécanique mais force est de constater qu’il se montre ici plus que jamais à son aise et en mesure d’étaler pleinement son talent.

Il ne faudrait pourtant pas résumer La confrérie du crabe à une simple histoire de monstres. En effet, les auteurs semblent vouloir parler à leur manière de cette terrible maladie qu’est le cancer, et la suite sera certainement particulièrement touchante. Une chose est sûre, cette série prévue en quatre tomes mérite d'ores et déjà que l’on s’y attarde.

Par J-M Grimaud
Moyenne des chroniqueurs
6.7

Informations sur l'album

La confrérie du crabe
1. Première partie

  • Currently 4.09/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (111 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Netdown18 Le 31/07/2016 à 07:51:52

    Un plaisir inoubliable d'avoir lu cette BD. Un vrai scénario avec de vrai rebondissements.
    À lire d'urgence...

    zaaor Le 09/02/2008 à 15:55:43

    Au début, on ne sait pas trop où tout mènera l'histoire. On comprend que ces
    enfants sont malheureusement atteints d'une saleté de cancer (cancer est un
    crabe en astrologie, serait-ce là une piste?) et ils basculent dans un monde
    mythique où les monstres semblent plus grands que nature!

    L'auteur a bien installé ses bases; il n'en dit pas trop mais juste assez pour bien
    nous situer. On voyage dans le pays de l'imaginaire, un imaginaire où les
    planches réussissent à nous saisir. Et à la fin, on referme la dernière page en se
    disant: vite vite que je sache ce qui va se produire à cette confrérie très
    courageuse...

    Très très prometteur!

    OdeYuS Le 04/11/2007 à 17:50:28

    SUPERBE !!

    Que voilà une excellente surprise en cette année 2007 !

    Traiter ainsi du cancer, des peurs et dans angoisses qu'il peut provoquer au delà même des maux qu'il crée physiquement était une gageure. Or le pari est totalement réussi.
    De tout le silence autour de la maladie, de toutes leurs interrogations et de toutes leurs peurs les enfants de cette histoire ont forgé un univers, parce qu'il leur faut une raison supplémentaire sans doute de se battre pour leur propre survie, parce que l'injustice de leur situation ne peut être que le fait d'une horrible machination. C'est ainsi que nous sommes entrainés dans l'imaginaire de ces gamins, un univers presque totalement absurde mais qui est leur réponse à eux à une maladie qui ne l'est pas moins.

    Le dessin d'Andréa est un chef d'oeuvre pour nous rendre toute la délicatesse et toute l'incertitude de cet imaginaire d'enfants. On se sent réellement aux côtés des protagonistes, tremblants avec eux face à l'horreur de ce qui les attend. Et si, parfois, en voyant apparaître un loup-garou penaud par exemple, il nous orend l'envie de sourire, il reste au fond de nous un rien d'angoisse et de peurs qui nous reviennent de ces temps où, nous non plus, n'avions pas toutes les réponses et ne pouvions qu'imaginer pour comprendre.
    Pour autant l'album ne sombre pas dans la pathos et c'est plutôt une leçon de courage et d'espoir que donnent ces gamins qui ne baissent pas les bras face à toutes les monstruosités qui s'abattent sur eux.

    Un album indispensable !

    kango Le 08/08/2007 à 12:07:38

    Vraiment très bon ! On est plongé dans un univers étrange tout droit tiré de l'imagination enfantine. C'est une sorte d'Alice au pays des merveilles mais en plus inquiétant (et moins symbolique...).
    Alors que ce premier opus se déroule dans un lieu quasiment clos et sombre, la fin de l'album nous promet une poursuite de l'aventure à la découverte du monde dans lequel évoluent les enfants. J'ai hâte !