Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

U n homme fait sa valise et quitte ses proches avec l’espoir de trouver une vie meilleure au bout du voyage. Un père de famille qui emballe soigneusement un cadre représentant les deux personnes qu’il abandonne péniblement sur le quai d’une gare : sa femme et sa petite fille. Le train et puis le navire l’emmènent vers l’inconnu, sur les traces de tous ceux qui ont fait le voyage...

Cet album (The Arrival, de son titre original) de la collection Long Courrier est signé Shaun Tan, un illustrateur et auteur indépendant d’origine sino-australienne qui s'est vu décerner le prix du meilleur artiste aux World Fantasy Awards de Montréal en 2001. Inspiré par l’histoire de nombreux émigrants, dont celle de son père, il livre un one-shot qui invite à découvrir le parcours d'un homme contraint de tout quitter afin d'assurer un plus bel avenir aux siens.

Découpée en chapitres bien distincts, accentuant les différentes étapes de cette errance qui se veut malheureusement d’actualité, cette œuvre ne sombre jamais dans le pessimisme et le drame. Sans pour autant fermer les yeux sur le déchirement familial et les difficultés d’adaptation, l’auteur porte résolument son message vers l’espoir et l’optimisme, allant peut-être jusqu’à donner une image trop idéalisée de l'immigration.

Si le thème est universel, le langage utilisé et l’univers onirique vont également au-delà des frontières. Le désarroi face à la découverte d’un autre monde, d’une autre culture et les obstacles de l’intégration sont amplifiés par le choix d’un monde imaginaire, mélange de féérie et de surréalisme. Entièrement muet, ce roman graphique permet toutefois de donner la parole à tous ces exilés qui se retrouvent perdus en terre lointaine.

Le dessin dans les teintes sépia situe cette aventure humaine en dehors du temps, avec des tons qui semblent révéler un voyage d’autrefois et des décors qui pourraient être ceux de demain. Jouant avec l’échelle de ses plans, ce dessinateur hors pair passe habilement du détail le plus infime à des illustrations sur double page. Fruit d’un travail de quatre ans, la force graphique qui se dégage de cette œuvre intemporelle permet de rendre tout texte superflu et d’accompagner ces pères dans le silence.

Une BD silencieuse qui mérite de faire beaucoup de bruit !


Pour en savoir plus sur l’auteur :

Le site de l’auteur

Par Y. Tilleuil
Moyenne des chroniqueurs
7.5

Informations sur l'album

Là où vont nos pères

  • Currently 4.22/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.2/5 (147 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    33phoenix Le 31/10/2016 à 02:48:25

    Que dire de plus ou que rajouter de plus de ce qui a été dit sur cette œuvre de Shaun Tau. Une œuvre criante de vérité, bien que dénuée de mots, et émouvante à la fois sur la difficulté de fuir son pays et s'établir ailleurs avec l'espoir que tout ira pour le mieux...
    Je ne saurais vous recommander la lecture de cet ouvrage, qui j'en suis sûr, fera partie de vos indispensables

    glaneuse Le 25/09/2016 à 11:41:46

    Quand la poésie traduit la réalité

    Là où vont nos pères est une histoire universelle, intemporelle et muette car selon Shaun Tan "les mots «accélèrent» la lecture [car] ils peuvent être vus comme une forme d’explication qui va restreindre le champ des possibilités. Un problème vient de ce que l’on accorde trop de poids à l’autorité des mots. [...] Ils semblent porter moins d’ambiguïté. Ils sont aussi très linéaires et ont un «rythme» inhérent qui vous donne envie de découvrir presque instantanément ce qui suit. [...] Les images ont une plus grande disposition à permettre à l’œil de se promener au hasard de manière latérale, d’aller en avant et en arrière (comme certains détails passés et futurs se renforcent mutuellement) et de se déplacer plus vite ou plus lentement"

    Cet album raconte une histoire toujours d'actualité : l'émigration. Son auteur a créé une bande dessinée originale tant par ses dessins d'une poésie rare, que par l'absence de texte et le mélange des genres. Elle mêle récit fantastique, conte initiatique et livre d'histoire. Si le lecteur découvre des décors dignes du film de Fritz Lang Metropolis, des rues rappelant la Prague décrite par Kafka, mais aussi des bêtes absurdes ou inquiétantes et de poétiques vols d’oiseaux en papier au-dessus d’une mégalopole indéfinie, le réalisme est parfois très présent : l'arrivée dans le pays d'émigration est ainsi clairement inspirée par Ellis Island.

    Les dessins superbes, aux teintes noir et blanc et sépia, sont magnifiés par une mise en scène sobre : les cases sont structurées dans une grille. Beaucoup de dessins font penser à des photographies. D'ailleurs, certains ont été créés depuis des images arrêtées de vidéo, tournées par l'auteur lui-même. Le dessin, inventif, ménage coupure de rythmes, accélération et respirations. Les images pleine page alternent avec des planches très découpées aux cadrages serrés. Dans un entretien accordé en janvier 2008, Shaun Tan explique : "Je me suis aperçu que mon projet avait plus à voir avec le cinéma muet que le livre illustré (mon médium habituel) et j’ai donc envisagé le récit comme une sorte de film."

    L'aspect insolite des lieux, de la faune et de la flore nous plonge dans la peau de l'émigrant qui doit surmonter le déracinement, la solitude, mais aussi le tri déshumanisant qui est fait des émigrés au moment où ils arrivent dans leur nouveau pays. Ce passage obligé dont rend compte Shaun Tan a existé. Ainsi à Ellis Island, après avoir accompli les formalités administratives, les nouveaux arrivants devaient se rendre à la salle d'enregistrement, construite comme une salle à bestiaux. Des médecins, postés en haut des marches, faisaient un premier diagnostic en observant comment les immigrants montaient l'escalier. Ils signalaient ceux qui méritaient un contrôle en inscrivant à la craie des lettres sur leurs vêtements...

    Si la mélancolie domine cet album d'une humanité rare, l'onirisme ainsi que des moments de joie, de partage et de solidarité éclairent un quotidien difficile.

    sulli Le 12/10/2012 à 19:49:58

    Sentiment mitigé pour un OVNI

    « Là ont vos nos pères » ou l’histoire d’un immigrant – comme tant d’autres – qui laisse sa femme et sa fille pour un autre pays, une autre ville. C’est avec le regard plein d’espoir et inquiet que le personnage débarque dans un monde nouveau dont il ne connait ni la langue ni le fonctionnement.

    L’auteur de cette BD a fait le choix du silence comme pour mieux attirer notre attention sur les détails d’un dessin sensible. Un mutisme confortable car il nous abandonne à notre interprétation et à nos propres clés de lectures. Mais c’est aussi cette absence de dialogue qui appauvrit un scénario que j’ai trouvé fade et qui sous-exploite le sujet complexe de l’immigration.

    Le dessin élégant de Shaun Tan et le monde étrange qu’il a inventé sont truffés de symboles souvent bien sentis, mais quelquefois sans intérêt ou incompréhensibles. L’auteur a abusé de ces symboles et on se retrouve souvent perdu (mais qu’a-t-il bien voulu nous dire ?)

    Au final, cet OVNI me laisse un sentiment mitigé : un résultat graphique raffiné, mais un mutisme trop déroutant pour ma petite tête.

    http://bdsulli.wordpress.com/

    herve26 Le 17/03/2011 à 22:56:57

    Ce n'est qu'en fermant le livre que j'ai remarqué que "Là où vont nos pères" était publié dans la collection "long courrier" de Dargaud, tant cette bande dessinée tranche avec la production actuelle (et le style Dargaud). Ce type d'ouvrage se rapproche au niveau graphique plus de la collection Mirages de Delcourt, à l'image d'un Fritz Haber de David Vandermeulen que d'une série de Dargaud.

    En effet, il s'agit ici d'une bande dessinée muette, mais qui, de par son étonnante palette de vignettes peut se passer de dialogue.
    "Là où vont nos pères" aurait pu être un portrait triste et poignant de l'immigration, mais non. L'auteur, Shaun Tan, a choisi une toute autre voie, qui oscille sans cesse entre Chaplin (Modern times, ou encore L'émigrant) et un monde à la Kafka, où tout nous est inconnu : alphabet, animaux, transports, langage etc.

    Si j'ai été, dans un premier temps, assez désorienté par le scénario, j'avoue qu'il faut une seconde lecture pour bien appréhender la richesse de l'histoire. Mais c'est vrai que le scénario est peut-être étouffé par la beauté des illustrations, d'ailleurs, je n'ai eu de cesse de contempler les superbes pages à plusieurs reprises depuis que j'ai acheté cette bande dessinée.

    Ce livre est une fable, fable sur l'émigration, fable universelle et magnifiquement illustrée, et surtout qui ne sombre pas dans le misérabilisme mais au contraire dans l'optimisme et la joie de vivre.

    C'est beau, souvent sombre et angoissant, mais résolument tourné vers l'avenir, vers l'espoir (comme le montre la dernière page).

    Cette bd c'est le rêve américain sans le Crack de 29.

    tomatoketchup Le 14/03/2011 à 19:07:25

    Les crayonnés de cet album sont magnifiques et l'on se retrouve projeté aux côtés du héros qui doit faire face à l'inconnu d'un nouveau monde, trouver un travail, apprendre à communiquer, survivre. Et si ce nouveau monde était le notre...

    Alphonse Le 28/12/2009 à 14:16:36

    Partir dans l'espoir d'une vie meilleure, passer les barrières administratives, se confronter à une nouvelle langue, un nouveau monde (concrétisé par des animaux domestiques étranges), maîtriser cet espace plus grand avec ses transports, aller au hasard des rencontres qui vous poussent à avancer, vivre au jour le jour avec une multitude de petits boulots, et puis finalement retrouver l'équilibre familial dans ce nouveau monde: un chapeau, un dessin au mur, une tasse de café, une cafetière (un peu plus moderne)...Certaines choses changent, mais l'essentiel reste...

    Alors oui, il s'agit d'un conte, d'une poésie en bande dessinée, que l'absence de texte contribue certainement à renforcer...Alors oui, cela ne se passe pas toujours ainsi dans la vraie vie...mais qu'il est agréable de se laisser porté par ces dessins magnifiques...

    A lire absolument.

    Noubealitas Le 02/05/2009 à 07:54:23

    Alors oui, les dessins sont très beaux, très originaux. L'allégorie est très bien représentée par ce monde imaginaire incompréhensible à un nouvel immigrant.
    Mais pour ce qui est d'émouvoir...On a beau vivre une époque où la mode est de pleurnicher sur les expatriés, je suis désolé, mais cette histoire ne m'a pas vraiment touché. L'allégorie n'a-t-elle pas été un peu forcée? En tous cas, n'étant pas formaté à la bien-pensance, je ne trouve pas ce livre aussi passionnant que sa promotion aurait pu laisser penser.

    Lelf Le 20/01/2009 à 22:00:55

    Parfois, la vie nous sépare de ceux qu'on aime pour des raisons de survie. Il faut fuir, tout reconstruire ailleurs, où tout est si étrange.
    Heureusement, il y a d'autres personnes comme nous. Ils comprennent, compatissent, aident.

    Cette oeuvre est magnifique, tout simplement. Scénaristiquement déjà, car le récit est très fort, puisqu'il nous plonge dans le quotidien d'un immigré qui cherche une vie meilleure dans un pays inconnu. Humainement ensuite, car la solidarité, l'espoir, sont omniprésents. Graphiquement enfin, entre les dessins de pleine page, de double page, les animaux et bâtiments extraordinaires que croise le protagoniste.

    Ce livre est un chef-d'oeuvre.

    poang Le 19/06/2008 à 12:02:45

    Un concept original pour une histoire banal

    Une bd sans texte c'est finalement proche d'un livre d'enfants. Rien n'est expliqué, le "ton" n'est pas donné, on laisse libre court à l'imagination du lecteur, à lui de construire son monde autour des images qu'on lui propose...
    Et de ce point de vue, cela fonctionne plutot pas mal pour un coup d'essai.
    Dérouté les premieres pages, on se surprend vite à s'inventer le texte, on devient vite son propre narrateur et cela aurait pu être captivant et très stimulant ...
    Mais en ce qui me concerne ... non
    Autant la réalisation est un chef d'oeuvre graphique et de mise en page, autant le propos est chiant ... je ne vois pas d'autre mot.
    Des scenes banales, un sujet éculé repris avec de fausses envolées poétiques que l'on sent monté de toutes pieces. Un genre de roman photo flouté avec des gouttes d'eau d'un bout à l'autre, pour démontrer son indéniable coté artistique.
    Interessant mais je n'ai pas accroché ...

    voltaire Le 14/06/2008 à 19:17:31

    La BD est, comme le cinéma, un art populaire. Or dans populaire, il y a "peuple" et ce mot fait un peu "classe prout" pour certains. C'est pourquoi la plupart du temps les palmes d'or cannoises nous gratifient de films pseudo intello et généralement assez chiants.
    Il arrive la même chose à la BD désormais.
    Cet album fait rêver St-Germain des Prés ? Tant mieux mais c'est dommage !
    "Tu te rends compte, coco, une BD sans parole, de beaux dessins et une belle histoire, c'est y pas original ça ?"

    C'est vrai que les dessins sont beaux, tout autant que la mise en page est assez plate. C'est vrai que l'histoire est belle mais elle est surtout bateau. Un homme quitte sa famille pour émigrer aux USA d'où il enverra l'argent nécessaire. Enfin non, pas tout à fait car tout ceci se passe dans un pays fantasmé, onirique (donc poétique !) qui n'est pas les Etats-Unis mais qui y fait penser (dans sa période 1880-1920).
    De quoi émouvoir Margot, non ?

    Si Margot marche, tant mieux ou tant pis pour elle ! Il existe tant de livres beaucoup plus forts sur le déracinement et l'abandon que cette oeuvre somme toute assez moyenne pour ne pas dire tout à fait médiocre.
    Les ficelles pour apporter la note "pouettique" sont un peu grosses et surtout loupées
    Faire ses choux gras du quelconque est une preuve de déperdition, surtout quant celle-ci se fait au profit de la prétention.

    zaaor Le 30/03/2008 à 20:39:17

    Comment peut-on se débrouiller dans un monde où tout est différent, nouveau?
    Le fait qu'il n'y ait pas de texte ne m'a pas du tout déstabilisée, au contraire, je
    trouvais que l'originalité de l'album cadrait bien avec le propos.

    Comment réagirions-nous dans un tel monde? Je me suis laissée prendre au jeu.
    les dessins et les planches sont tout simplement magnifiques. J'ai adoré la
    subtilités de tous objets inventés, les villes oniriques, les animaux de compagnie
    venant d'une autre monde. Tout exprime la confrontation d'un monde nouveau où
    l'immigrant n'a plus aucun repère. Les rencontres du personnage principal le
    laissent de moins en mois seul. On y retrouve le phénome social de la
    ghettoïsation, où chacun recherche à recréer son milieu d'appartenance.

    Les dessins sont parfaits. Du grand art!

    chocobogirl Le 01/03/2008 à 17:53:17

    Récit muet d’un émigrant qui quitte sa famille pour partir en terre inconnue. Il doit réapprendre à vivre
    dans cette nouvelle société. Croquée sous une forme allégorique, celle-ci se révèle universelle. Un chefd’œuvre de tolérance qui rend hommage à tous les exilés.
    Le prix obtenu à Angoulême est amplement mérité !

    zemartinus Le 29/01/2008 à 00:34:46

    Un très beau livre, malgré la fait que les choix scénaristique (notamment
    l'absence de texte) peuvent le rendre hermétique pour certains. Mais si l'on
    arrive à passer ce cap on entre dans un univers magique.

    Le thème du livre est l'émigration (vers les USA semble-t-il, mais pourtant
    l'auteur dit s'être surtout inspiré du vécu de son père qui, lui, a débarqué à
    Melbourne... de toute façon Shaun Tan veut surtout tendre vers l'aspect
    universel de la chose). On a l'impression de connaître toutes ses images par
    coeur (l'arrivée des imigrants, leur inspection, la recherche d'un emploi, le
    taudis miséreux...) et pourtant tous les traits de la ville sont inventés : il ya
    d'étranges bestioles partout, les bateaux volent, la nourriture est inhabituelle,
    les systèmes d'achats ou de courrier sont tout droit sortis de l'imagination de
    l'auteur, les immeubles sont atypiques... On nous présente donc un univers
    très riche pour lequel Shaun Tan a fait preuve d'une créativité étonnante... et
    pourtant on est à peine dépaysé tant la présence d'éléments familliers est
    forte.

    Le dessin au teint tantôt sepia tantôt grisatre est quant à lui un vrai régal, et
    assure parfaitement le rôle tenu normalement par les textes. Les visages sont
    bien expressifs, la manière de dessiner les mouvements et les positions
    extrêmement parlante.

    Un très bon album donc, un ovni qui m'a séduit plus par son côté inventif,
    créatif, extrêmement riche et plein de trouvailles plutôt que par le témoignage
    onirique à visée universelle de ce que peut être l'émigration loin des siens. À
    relire à coup sûr (lu à la fnac).

    Néanmoins à ne pas mettre entre toutes les mains car c'est vraiment
    particulier et assez difficile d'accès, rentrer dans le bouquin n'est pas
    forcément très facile (ouf j'en suis).

    Touni002 Le 28/01/2008 à 23:35:04

    La bd ayant remporté un prix à Angoulème, je me suis penché dessus.
    Niveau graphisme, le dessin est superbe, rien à dire.
    Au niveau de l'histoire, c'est autre chose, la bd est dépourvue de textes,comme vous le savez. Ce qui m'a gêné.
    C'est la première fois que j'ai eu à faire à ce genre de bd, je me suis senti perdu et je n'ai pas vraiment accroché.
    Je ne vais pas dire que c'est un mauvais album mais au vu du prix, j'attendais peut être trop de cette bd.

    Vous devriez quand même vous penchez sur le dessin, car cela vaut le détour et peut-être que la magie opèra sur vous. ;-)

    mallory Le 21/12/2007 à 23:59:53

    Pour commencer, il y a un parti pris graphique et littéraire : raconter une histoire sans texte et pourtant pleine de bruits et de mots, avec des images qui oscillent entre réalisme et fantastique. Le ton employé, souligné par la teinte ocre et brune du dessin, place le récit sur un pont reliant deux mondes : les mondes réels et imaginaires, l'ancien monde et le nouveau monde, la fin agonisante du XIX° siècle et le XX° siècle naissant. C'est un travail de longue haleine qu'a accompli Shaun Tan : plus de quatre années pour accoucher de cette bande dessinée. Ce récit est en partie autobiographique puisqu'il est basé sur le témoignage de son père, Malaisien d'origine, migrant en Australie. Mais c'est aussi un travail d'enquête auprès de nombreux migrants de nombreux pays et de différentes époques. Les portraits, si poignants qui sont sur les pages intérieures de couvertures sont inspirés de photos de passeports et de migrants prises à Ellis Island entre 1892 et 1954.

    Vous l'aurez compris, nous voici plongé, dès les premières pages dans une aventure hors du commun et intemporelle, celle d'un homme prêt à quitter sa famille (femme et enfant) pour tenter de trouver une vie meilleure ailleurs. Avec cette question qui taraude tant d'hommes : "Existe-t-il une chance pour moi là-bas ?" et cette autre qui en inquiète tant d'autres : "Pourquoi ne restent-ils pas chez eux ?". Mais Shaun Tan nous montre aussi qu'il existe non seulement une solidarité active entre migrants, et que leur accueil pourrait être différent. Si sa vision est utopique (et là Shaun Tan nous entraine dans un univers fantastique pour bien montrer la césure qui s'opère avec la réalité) elle n'en est pas moins plausible. Les trouvailles graphiques nous offrent cette liberté d'imaginer, une nouvelle fois, ces ponts entre notre monde et sa vision. Lorsque le paquebot, chargé de migrants entre dans le port du nouveau monde, on reconnait la mégapole de New-York grâce sa statue monumentale. Mais à la place où doit se trouver la fameuse statue de la Liberté, nous découvrons deux statues gigantesques qui se saluent en se serrant la main et en se prosternant un peu. L'arrogance de la statue de la Liberté, symbolique à souhait (l'Amérique moderne n'est-elle pas arrogante ?), et qui a dû offrir à tant de migrants un espoir de liberté enfin acquise et revendiquée, laisse place à une statuaire qui donne l'image rassurante d'un pays qui sera à vos côtés et ne vous laissera pas tomber. A partir de là, tout s'enchaine : l'enregistrement administratif, la recherche d'un toit, de nouriture, de travail, les rencontres, l'apprentissage de la langue... et enfin l'amitié, le partage et le regroupement familial, happy-end synonyme de réussite et d'un nouveau commencement.

    Voilà une bande dessinée essentielle pour nous amener à réfléchir sur cette épineuse question des migrations internationales, sur les notions d'accueil et d'intégration des migrants. Shaun Tan donne le point de vue des migrants et n'hésite pas à nous questionner sur ces sujets de société. C'est une oeuvre magistrale, d'une immense qualité !

    ckicmoi Le 19/04/2007 à 22:04:43

    Les raisons, les errances, les espoirs, les difficultés d'adaptation mais aussi les réussites de ceux qui ont un jour osé partir à l'étranger en quête d'un travail et de jours meilleurs.
    Un album muet mais qui parle avec beaucoup de finesse et beaucoup de sensibilité.
    Subtil et Superbe !!!

    Cynic_kike Le 16/03/2007 à 06:49:27

    Achete et "lu" hier. Lu entre guillemets, car vous ne trouverez aucun texte dans cette BD. C'est un one shot tres original. Toutes les planches sont a l'image de celle presentee dans la bedetheque.

    Un petit bijou, tant dans la qualite des dessins et l'originalite de l'approche du theme aborde.
    L'histoire est de plus tres simple, tres belle, et bien que faisant reference au passe, elle donne quelques cles pour comprendre certaines situations humaines toujours d'actualite.

    A mon sens, un ouvrage obligatoire dans toute bedetheque qui se respecte.