Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Catsby 1. Volume 1/6

17/05/2007 8740 visiteurs 6.5/10 (4 notes)

D epuis qu'elle, Persoue, est partie, la vie de Catsby n'a plus rien de magnifique. Déjà qu'avant c'était pas le pied... Jugez plutôt : 26 ans, chômeur, hébergé (et même souvent nourri, abreuvé et sorti) par son fidèle pote Hound, pour une agence matrimoniale il appartient à la catégorie C, c'est dire. Et Persoue, sa petite amie depuis six ans, vient de lui porter le coup de grâce : dans trois jours, elle se marie.

Ce premier tome de Catsby est une heureuse surprise dans ce printemps plutôt avare en termes d'albums qui retiennent l'attention. A priori pourtant rien de neuf sous le soleil blafard : c'est parti pour six tomes d'une comédie de moeurs mettant en scène six personnages dont le quotidien va s'imbriquer et révéler leur nature profonde. La révéler mais aussi la façonner. Avec un tel synopsis, il y a de quoi prédire l'ébauche d'un énième monument d'ennui dont certains auteurs, quel que soit le média qu'ils utilisent, ont le secret. Ceux qui ont une passion pour conter le désespoir d'anti-héros soumis aux morsures des amours déçues, aux blessures des échecs. Pour embrouiller, si besoin en était, les chassés-croisés de personnages qui n'auraient jamais dû se rencontrer ou d'amants qui n'auraient jamais dû se séparer. Pour dresser le portrait d'âmes perdues dans l'anonymat de la ville ou d'une société qui favorise l'isolement.

Catsby c'est un peu tout ça mais sans tomber dans les travers du pensum. Le type qui n'a plus envie de sortir de sous la couette, le maladroit qui a oublié les codes de la vie sociale et les usages à force de ne plus vraiment fréquenter ses congénères, la difficulté de faire tomber les masques dans le cadre des relations hommes-femmes, le poids des conventions, on les retrouve. Mais sans les lourdeurs. Pas de révolution au menu, juste un propos qui passe, qui le cas échéant peut toucher.

Le mérite en revient grandement à une mise en scène tout en finesse. Pas dans le fait que les protagonistes soient chats ou chiens. Car il n'y a rien de novateur en effet dans le classique recours à des personnages animaliers qui correspond probablement à un désir d'affirmer l'universalité du propos (quel auteur avouerait qu'il est plus facile de dessiner des animaux et des hommes ? ah, Rocky...). Les personnages secondaires eux sont humains. Pour bien marquer qu'ils ne sont pas de la même race que ceux qui vont focaliser l'attention ? Pour finir de brouiller les cartes, Catsby est le seul félin parmi les personnages principaux de type mâle : symbole ? indice ? à voir.

C'est peut-être finalement le phrasé qui achève de séduire. Catsby est né sur le net. Sa composition vise apparament à tirer profit du rythme du scroll et la durée des séquences s'adapte aux impératifs liés au temps de consultation propre au support. L'esprit du dessin animé n'est jamais loin (une adaptation semble prévue), les 12 segments repris sur seulement 210 pages défileraient d'ailleurs à toute vitesse s'il n'y avait pas l'envie de jouer fréquemment d'allers-retours entre répliques, pensées et mimiques. Rien de culte dans celles-ci, c'est leur authenticité et leur agencement qui font mouche. L'auteur se plait en particulier à user des effets créés de l'opposition entre un personnage statique et un autre secoué par les émotions, dans le cadre d'un plan fixe (en BD c'est malin, j'en suis conscient...), dans le but de renforcer un effet. L'absence de réaction apparente comme une carapace face à la frénésie comme un déguisement, pour un objectif commun : ne pas courir le risque de se dévoiler.

Avec son langage moderne et sa mise en scène alerte, grâce à son ton en équilibre constant entre fantaisie et sincérité, ce premier tome de Catsby marque des points. Il ose parler de sentiments sans se sentir obligé de les porter au pinacle ni les tourner en dérision, simplement (et en la matière on sait combien il est difficile de faire simple), en les exposant aux lecteurs tout en faisant le pari qu'ils pourront résonner en chacun. Sentiment n'est pas un gros mot ni un tabou, c'est peut-être la leçon de ce manhwa qui fait du bien. Et si on assumait plus souvent nos sentiments ? Vivement la suite

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
6.5

Informations sur l'album

Catsby
1. Volume 1/6

  • Currently 2.90/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 2.9/5 (10 votes)

  • Doha
  • Doha
  • 04/2007
  • Casterman
  • Han Guk
  • 978-2-203-37713-4
  • 224

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.