Cher lecteur de BDGest

Vous utilisez « Adblock » ou un autre logiciel qui bloque les zones publicitaires. Ces emplacements publicitaires sont une source de revenus indispensable à l'activité de notre site.

Depuis la création des site bdgest.com et bedetheque.com, nous nous sommes fait une règle de refuser tous les formats publicitaires dits "intrusifs". Notre conviction est qu'une publicité de qualité et bien intégrée dans le design du site sera beaucoup mieux perçue par nos visiteurs.

Pour continuer à apprécier notre contenu tout en gardant une bonne expérience de lecture, nous vous proposons soit :


  • de validez dans votre logiciel Adblock votre acceptation de la visibilité des publicités sur nos sites.
    Depuis la barre des modules vous pouvez désactiver AdBlock pour les domaine "bdgest.com" et "bedetheque.com".

  • d'acquérir une licence BDGest.
    En plus de vous permettre l'accès au logiciel BDGest Online pour gérer votre collection de bande dessinées, cette licence vous permet de naviguer sur le site sans aucune publicité.


Merci pour votre compréhension et soutien,
L'équipe BDGest
Titre Fenetre
Contenu Fenetre
Connexion
  • Se souvenir de moi
J'ai oublié mon mot de passe
Toute la bande dessinée

Carthago 1. Le Lagon de Fortuna

02/04/2007 22228 visiteurs 6.9/10 (10 notes)

P acifique sud, 1993. Au cours d’une opération de forage sous-marine, un groupe de scaphandriers employé par un géant mondial du gaz et du pétrole pénètre une caverne immense qui abrite des spécimens supposés disparus depuis des millions d’années. La découverte est d’importance mais les enjeux industriels priment et l’évènement sera donc gardé secret.
Une quinzaine d’années plus tard, une poignée d’hommes connaissent désormais l'existence de cet espace souterrain et de sa faune. Le groupe Adome, organisation écologique, contacte Kim Melville, océanographe réputée, pour enquêter sur les lieux et confirmer l’existence d’un tueur des mers : le mégalodon. Ils ne sont pas les seuls à témoigner de l’intérêt pour la créature et pour le site.

Nouveau scénario de Christophe Bec en librairie en ce début d’année 2007 et nouvel album digne d’intérêt. Pour le féru de fantastique qui suit sa carrière, l’auteur a ceci d’intéressant que chacune de ses productions permet de se livrer au jeu des références dans le cadre de récits respectueux du genre. C’est une réalité plus qu’une anecdote mais elle ne risque pas d’occulter une capacité à composer un récit qui tient en haleine, particulièrement bien charpenté comme c’est le cas avec ce Lagon de Fortuna. Le découpage en séquences de cinq ou six pages maximum jouant avec la chronologie et les lieux imprime un rythme, un tempo, tout à fait convaincant. La technique n’est pas nouvelle mais elle se révèle ici d'une efficacité indiscutable. Le temps que la tension monte, que les protagonistes de l’instant se trouvent en difficulté ou qu’une information importante soit révélée et l’on passe à autre chose. Le schéma fonctionne, sans que ce soit frustrant puisque chacune des « briques » apporte quelque chose à un édifice pour le moment sans faille et sans que la respiration de l’ensemble en souffre.

Ensuite, on s’amusera – ou pas, il est possible de ne pas être joueur après tout – à enfiler les perles cinéphiliques (et autres) qui semblent vous faire régulièrement de l’œil au fil des pages. En vrac et pour ne citer que les plus évidentes : une Melville qui s’attaque à un monstre marin c’est d'une facilité ravissante ; le retour dans les abysses de l’auteur de Sanctuaire rappelle des bons souvenirs que le mal de l’altitude avait un peu ternis ; l’impression d’entendre le score de John Williams lorsqu’un – gigantesque – grand blanc se profile est à porter au crédit d’un dessinateur qui livre une partition classique mais qui soutient bien le script ; qu’on se fasse piéger, le doigt sur la gâchette du sarcasme prêt à exploser à l’instant où l’on redoute de voir les Dents de la mer dans l’Aveyron, c’est un joli pied de nez rassurant.

Il faut compter aussi sur une dimension écologique qui sait pourtant rester discrète pour ne pas transformer le récit d’aventure en pensum. S'ajoute aussi un duo de personnages peu scrupuleux taillés dans le roc de l’archétype des « méchants » (un industriel marqué par son passé et un richissime collectionneur peu regardant sur les moyens de satisfaire son vice) qui va peser de toute son influence sur le déroulement de l’action à venir pour pimenter l’action. Pour l'ambiance, il y a aussi une dose de mysticisme et quelques passages en apparence un tantinet verbeux chargés de faire monter la pression sans trop en montrer et de distiller quelques faits trop longs à exposer autrement. Le tout fleure bon un type de cinéma d’une époque un peu révolue, celle où montage et déroulement d’une intrigue ne rimaient pas avec épilepsie.

Sous prétexte de donner un peu facilement dans l’actualité télévisuelle récente, rapprocher Carthago de la série Surface, tentative mollassonne (et risible au vu du résultat final) de recyclage de l’univers de Spielberg millésimé années 80 qui a fini par sombrer dans le ridicule à l’occasion d’une fin précipitée faute de succès, serait le dernier service à rendre à rendre au rejeton de Bec et Henninot.

Laissé dubitatif par un Temps des loups qui misait tout sur un climax ultra dépouillé, désarçonné par un Bunker confus qui semblait bégayer son thème sur un air de déjà-vu, l’amateur avait retrouvé son enthousiasme avec un Pandemonium de bonne facture qui s’appuyait sur des codes solides. Carthago confirme la donne. De là à dire que Christophe Bec a bien fait d’avoir choisi de se consacrer exclusivement au scénario de ses albums…

Par L. Cirade
Moyenne des chroniqueurs
6.9

Informations sur l'album

Carthago
1. Le Lagon de Fortuna

  • Currently 4.12/10
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Note: 4.1/5 (244 votes)

Poster un avis sur cet album

Votre note :
Vous devez être connecté pour poster un avis sur le site.

L'avis des visiteurs

    Cellophane Le 03/02/2018 à 19:13:54

    Au début, j'étais un peu perdu dans ces multiples histoires à différentes époques, avec des gens qui veulent on ne sait trop quoi...

    Et tranquillement, tout se met en place pour offrir une histoire assez flippante à mon goût (oui, j'ai pris le livre au titre et la couverture sombre mais je ne suis pas fan des bestioles qui vivent sous l'eau, donc la, j'ai été servi...).

    Le tout s'avère après lecture très réussi dans l'ambiance, le scénario, avec des dessins qui accompagnent bien.

    minot Le 08/01/2018 à 16:38:28

    De la bonne BD d'aventure, tout simplement. Le scénario est divertissant et le dessin suffisamment accrocheur et dynamique pour plaire. Cette histoire de requin préhistorique mélange efficacement action, mystère et suspense. On est à quelque part entre "Les dents de la mer", "Jurassic Park" et "Abyss". Sensations fortes garanties.

    paulin89 Le 06/01/2016 à 10:05:48

    bon début dans le scénario même si il est un peu long à se lancer, les dessins sont convaincants, à voir la suite.

    Pierre07600 Le 15/04/2015 à 23:03:13

    Très beau dessin, histoire captivent, on y retrouve Donovan, l'homme centenaire ( Carthago Aventure ) avec de nouveau personnage Lou, Kim et le président de Carthago.
    hâte de voir la suite.
    8/10

    BIBI37 Le 14/02/2015 à 16:57:59

    une histoire de requin préhistorique qui a bien du mal à décoller. De trop nombreux flash-backs viennent perturber la fluidité du récit. les héros sont peu convaincants et les méchants ont du mal à convaincre.
    Bref un sentiment de déjà-lu.
    Pas sur d'être OK pour le tome II.
    5/10.

    Docteur Parangon Le 09/06/2013 à 19:52:20

    Un bel album de cryptozoologie océanographique.
    L'intrigue avance bien, les différentes scènes permettent au lecteur de reconstituer le puzzle du récit.
    Le trait est fin et les couleurs bien choisis.

    chaps31 Le 25/04/2013 à 11:08:18

    Carthago est du Bec classique c'est-à dire une copie en BD des Blockbusters cinématographiques américains. Cela va du divertissant et agréable Avatar au navet intersidéral qu'est Independance day.

    Pour Carthago on est à mi-chemin, des personnages archétypes voire caricaturaux et peu réalistes une fois que l'on a plus de 16 ans. Utiliser le sensationnel sans trop se soucier de la vraisemblance, Bec fait une série subaquatique et se renseigne à minima sur la plongée ce qui amène 2-3 cases avec des dialogues à s'écrouler de rire où l'on sent la copie de quelques lignes d'un site internet sur la plongée sans comprendre ce que l'on écrit... Assez pathétique, un j'menfoutisme évident du lecteur et aucun travail sérieux de documentation de Bec sur le sujet principal de sa BD...

    Mais bon si on met son cerveau sur pause on passe un agréable moment, du Bec, du médiocre mais qui divertie.

    baaggio Le 04/12/2011 à 16:46:19

    franchement super tome 1 et 2 ;alors la moi j'adore univers oceanique ou l'on est loin de connaitre l'etendue de la faune (si sa ce dit pour l'ocean?)decouverte d'une grotte enorme avec des especes datant du miocene , affaire etouffé par la boite de forrage qui gere le site ,la petite fille a l'air tres speciale vivement le tome 3

    quentjoss Le 25/11/2010 à 20:47:06

    Je ne connaissais pas la "patte" d'Eric Henninot et je l'ai appréciée. (+ les décors et animaux que les visages des personnages un peu moins à mon gout).
    Quelques magnifiques dessins (notamment des plongeurs au début du tome).

    Le scénario est très sympa également et j'ai beaucoup aimé le coté lieu par lieu.

    zzz vincent Le 02/03/2009 à 17:56:02

    Carthago est une saisissante plongée dans les profondeurs et dans le temps, en
    effet cette histoire joue sur la peur primitive et la fascination des hommes pour les
    profondeurs inexplorées. Servis par un excellent graphisme et a un scénario bien
    mené ce premier tome est une vraie réussite qui laisse entrevoir le début d' une
    trés bonne série. Peu importe les influences de Bec ( Abyss pour le ciné et Kenya
    pour la bd ) ce n° 1 impose sa propre ambiance, et nous intrigue jusqu' au bout
    avec grand plaisir.

    CaptainKro Le 13/07/2008 à 11:51:42

    Bienvenue à ce qui aiment en vrac l'ambiance "Abyss" tendance "Dents de la mer", qui n'aiment pas les "world company", qui apprécient un dessins clair et précis, ainsi que les aventures à suspens. Carthago me semble regrouper tous ces éléments, ce qui fait un cocktail détonnant et très captivant. Pas de critique particulière, sauf une: à quand la suite ??

    judoc Le 30/12/2007 à 10:57:06

    Album prometteur sur un thème plusieurs fois exploité par le cinéma, mélange de Jurassic park (vieilles et grosses bébètes) et des dents de la mer, une plate-forme pétrolière dans le rouge dirigé par un étrange PDG masqué, un mystérieux et riche collectionneur "d'antiquité", des scientifiques passionnés, une enfant "pas comme les autres", des écolos actifs et pour finir des aborigènes australien. On imagine que tout ce petit monde répartit de part le monde va se retrouver pour papoter "gros squale" voir "fin du monde". Les dessins et la colorisation sont réussi et adaptés aux situations et le scénario peut nous emmener dans une multitude de directions. A suivre...

    GimpUser Le 15/05/2007 à 23:18:24

    Sans avoir lu l'album mais tout en ayant regardé la planche mise en ligne et avoir lu la présentation de l'histoire, il me semble qu'il manque un nom au sommaire de cet album.
    Le nom d'un scénariste. J'ai nommé Michael Crichton qui a écrit voici bien 10 ans (après Jurassic park) un livre intitulé "Mégalodon". Du nom de ce requin qui vivait à l'ère secondaire, le Mégalodon carcarias. Requin géant de la taille d'une baleine et aussi féroce (si ce n'est encore plus compte tenu de sa taille) que le grand requin blanc.

    Il y a d'énormes similitudes entre cette BD et le livre de Crichton... : Le grand requin qui vit dans les fosses océaniques et qui remonte un beau jour en surface dans des circonstances particulières ...

    Alors ? Plagiat ? Libre interprétation ?

    madlosa Le 14/04/2007 à 16:57:17

    Carthago commence très fort et très vite, et même si effectivement les allusions aus Dents de la mer et à Abyss sont présentes au début, on sent que le scénario va nous emmener très loin. Les personnages sont déjà bien présents, et les planches, découpées comme des prises de vues sont étonnantes. Pour plonger dans cette histoire, il na va pas falloir manquer d'air ni de souffle... Bravo aux auteurs !!!

    garoute Le 13/04/2007 à 18:52:35

    Au début, on à l'impression d'un déjà vu.... (Abyss, Les dents de la mer....) Après quelque pages, on voit un scénario très bien ficelé, un suspens énorme et une grande impatience dans l'attente du tome2. Bravo!

    wolf-w Le 10/04/2007 à 18:35:09

    Oublions un instant de scènes filmographiques, mais que de belle apparence fantastique à suspense dans cette nouvelle série !
    On y plonge avec plaisir...

    Da Rocha Le 27/03/2007 à 00:04:21

    Avec Carthago, le prolifique Christophe BEC inaugure une nouvelle série au sein des Humanoïdes Associés.

    Ce premier tome commence donc tel une aventure océanographique façon "Abyss". Très vite, le fantastique des "Dents de la Mer" s'invite à la fête. Pour élaborer son intrigue, le scénariste Christophe BEC combine adroitement plusieurs thèmes parmi lesquels on citera l'écologie, la découverte scientifique et les considérations économiques de multinationales. Cet habile mélange nous donne une narration prenante et laisse la porte ouverte à toutes les hypothèses pour les prochains tomes. Du coté des personnages, les différents protagonistes sont introduits à point nommé dans le récit. En outre, les quelques éléments de leur passé qui nous sont donnés permettent de les apprivoiser en douceur.

    Le graphisme du dessinateur Éric HENNINOT s'est nettement amélioré depuis sa dernière production "Alister Kayne". Son trait me paraît plus maîtrisé dans un style réaliste que j'apprécie. Les planches sont des plus réussies avec de nombreux détails et une mise en couleur bien appropriée de Delphine RIEU. Mon seul bémol sera relatif à la physionomie parfois aléatoire de certains personnages, mais je chipote.

    Prévue en huit tomes, cette série n'a pas fini de nous interpeller.